Les bateaux les plus rapides du monde s’inscrivent à la Rolex Fastnet Race

Alors que le Vendée Globe a fait la une des journaux cet hiver avec une flotte record de 31 bateaux, la France possède une flotte de bateaux encore plus extraordinaire: les Ultimes.

Développés au cours des 30 dernières années par des équipes qui tentent de battre le record du tour du monde sans escale, le Trophée Jules Verne, ces multicoques volants géants de 32 m de long sur 23 m de large sont de loin les yachts de course au large les plus rapides. En août, plusieurs participeront à la Rolex Fastnet Race. Si des conditions suffisamment vives se matérialisent, ces embarcations sont plus que capables de finir en moins d’une journée, bien que le nouveau cap vers Cherbourg soit plus long à 695 miles nautiques.

En 2019, alors que la plupart des concurrents devaient encore atteindre Land’s End, un combat de poids lourds se jouait dans les derniers instants de la course Ultime entre deux titans – le détenteur du record du monde en solo sans escale (et vainqueur du Vendée Globe) François Gabart, naviguant avec Jimmy Spithill à bord du MACIF et du Maxi Edmond de Rothschild, co-skippé par les vainqueurs de la Volvo Ocean Race Franck Cammas et Charles Caudrelier. La MACIF a dépassé le Lizard avec sa rivale à la poursuite, mais en laissant leur empannage final un peu plus longtemps, Cammas et Caudrelier ont pu naviguer sous un angle plus chaud dans l’arrivée et ont poussé leur rivale au poteau, pour gagner par à peine 58 secondes. .

Ces deux bateaux reviendront concourir dans la classe Open Multihull de la Rolex Fastnet Race, seul le MACIF a été acquis par Team Actual, qui a terminé quatrième il y a deux ans sur son précédent trimaran Ultime. Fin avril, le trimaran est sorti du hangar du Team Actual dans sa nouvelle livrée. Depuis leur base de La Trinité-sur-Mer, le skipper Yves Le Blevec et son équipe font encore actuellement connaissance avec leur nouvelle bête. En comparant sa performance à celle de son précédent Ultime, Le Blevec observe: «Dans l’air léger, c’est similaire et dans le grand vent et les grosses vagues, ce n’est pas très différent, mais dans des conditions moyennes, le bateau est entre 10 et 15% plus rapide.

L'Actuel Ultim de 32 m de long et 23 m de large a participé en tant que MACIF à la dernière Rolex Fastnet Race et le skipper Yves le Blevec avec Team Actual fait actuellement connaissance avec leur nouvelle bête © Ronan Gladu / ronangladu.com

L’Actuel Ultim de 32 m de long et 23 m de large a participé en tant que MACIF à la dernière Rolex Fastnet Race et le skipper Yves Le Blevec avec Team Actual fait actuellement connaissance avec leur nouvelle bête © Ronan Gladu / ronangladu.com

Alors que les foilers préfèrent généralement l’eau plate, Le Blevec soutient que c’est en fait dans des conditions ondulées où ils voient leur performance gagner. «Avec l’ancien bateau, nous avons eu de grandes difficultés à aller vite contre les vagues car le bateau tombe dans les creux. Sur le nouveau bateau avec les foils, il reste hors de l’eau et ne tombe pas dans les vagues, donc ils vont plus vite. »

Le Blevec, qui a remporté la classe IRC Canting Keel de la Rolex Fastnet Race 2015 avec Bretagne Telecom de Nicolas Groleau, affirme que pour les Ultimes, le changement de cap vers Cherbourg ne les impactera pas beaucoup mais il apprécie l’amélioration de la logistique que le port du Cotentin offrira. «Avant, il était très difficile pour les concurrents de franchir la ligne et de se faire dire qu’ils ne pouvaient pas entrer dans le port. À Cherbourg, ce sera plus simple. Le Blevec garde de bons souvenirs de la ville après y avoir passé plusieurs mois à la fin des années 1990 à construire le maxi-catamaran Team Adventure.

Quant à la Rolex Fastnet Race, Le Blevec est un grand fan. «C’est comme un monument – une course très emblématique. Chaque marin connaît la Fastnet Race. C’est une mesure pour tout le monde en voile. Le départ de la course est toujours un moment très spécial car il y a beaucoup de types de bateaux différents. Nous sommes les plus rapides mais nous pouvons jouer avec les Contessa 32 et il y a toutes les catégories. C’est très important pour tout le monde. »

Yves Le Blevec et son équipe à bord d'Actual Ultim 3 seront l'un des bateaux les plus rapides de la 49e édition de la course © Ronan Gladu / ronangladu.com

Yves Le Blevec et son équipe à bord d’Actual Ultim 3 seront l’un des bateaux les plus rapides de la 49e édition de la course © Ronan Gladu / ronangladu.com

De leur côté, Franck Cammas et Charles Caudrelier, respectivement skippeurs à la victoire lors des éditions 2011-12 et 2017-18 de la Volvo Ocean Race, reviennent à nouveau en tant que co-skippers du Maxi Edmond de Rothschild pour défendre leur titre. Leur force est une équipe hautement expérimentée et le temps qu’ils ont passé à développer et à apprendre les subtilités de leur Ultime.

«L’accent est mis sur les foils et les gouvernails, mais aussi sur la dérive», explique Caudrelier. «Les améliorations que nous avons apportées au cours des deux dernières années ont été énormes. Nous avons besoin de gros appendices pour voler tôt [typically in 14 knots of wind/28 knots boat speed], mais quand vous volez vite à 40-45, vous avez des problèmes de cavitation – c’est compliqué mais nous avons passé des heures et des heures à travailler là-dessus et je pense que le résultat sera plutôt bon.  » Avec seulement un peu plus de vent et le Maxi Edmond de Rothschild est capable d’accélérer des vitesses moyennes de 30 à 40 nœuds, dont l’extrémité plus lente lui permettrait d’être confortablement amarré à Cherbourg dans les 24 heures suivant le départ de la Rolex Fastnet Race.

La plus grande menace à part le leader actuel du Blevec, ce sont les deux nouveaux Ultimes lancés cette année. Fraîchement sortie du hangar, la toute nouvelle Banque Populaire XI Ultime d’Armel le Cleac’h est actuellement engagée dans la Rolex Fastnet Race, mais ne participera que si cela correspond à son programme de préparation. Pendant ce temps, incroyablement, étant donné que ces engins peuvent coûter plus de 10 millions d’euros, un deuxième Ultime devrait être lancé dans les prochaines semaines pour François Gabart. Gabart cherche actuellement à trouver un sponsor pour sa nouvelle campagne mais il est l’un des marins français les plus doués, déjà avec un CV redoutable pour ses 38 ans.

Pour contrer la menace des nouveaux Ultimes, Maxi Edmond de Rothschild a équipé pour cette saison un nouveau pack foil complet (c’est-à-dire trois gouvernails avec ascenseurs, une dérive équipée d’un foil en T et deux foils de levage dans les flotteurs).

Quant au nouveau cap, Caudrelier le prend dans sa foulée. Même les forts courants de la course d’Aurigny ne représentent qu’une petite fraction de la vitesse d’un Ultime, alors qu’il souligne que le vent arrière dans des conditions légères, le contre-courant peut augmenter la vitesse du vent apparent et la vitesse du bateau qui en résulte pour surmonter le courant. Caudrelier attend avec impatience l’accueil à Cherbourg: «A chaque fois que j’y suis allé, c’était une belle finition. Les gens seront très heureux d’avoir un événement comme le Fastnet. Certaines personnes ne seront peut-être pas satisfaites du changement d’arrivée à Cherbourg, mais je pense qu’après la première édition, elles changeront d’avis. Si les bars sont ouverts, c’est un bon endroit pour finir et, c’est sûr, la nourriture est meilleure!

Le Team Gitana sur Maxi Edmond de Rothschild a vu la fin de sa tentative de record du Trophée Jules Verne plus tôt cette année suite à des dommages à son gouvernail, mais est de retour pour défendre son titre de multicoque dans la Rolex Fastnet Race d'août © Eloi Stichelbaut - polaRYSE / Gitana S.A.

Le Team Gitana sur Maxi Edmond de Rothschild a vu la fin de sa tentative de record du Trophée Jules Verne plus tôt cette année suite à des dommages à son gouvernail, mais est de retour pour défendre son titre de multicoque dans cette Rolex Fastnet Race d’août © Eloi Stichelbaut – polaRYSE / Gitana S.A.

Ailleurs dans la catégorie Open Multihull, le seul skipper britannique engagé est Sam Goodchild, qui a cette saison pris en charge le trimaran Multi50 Leyton. Cependant, la participation de Leyton à la Rolex Fastnet Race dépend à nouveau du calendrier Multi50. La cinquième entrée est l’Ultim’emotion 2 de 24 m de long, l’ancien Prince de Bretagne que l’ancien skipper et vainqueur de la Route du Rhum Lionel Lemonchois a créé en allongeant l’ancien trimaran Sodebo ORMA 60.

Courir sous leur propre handicap dans la classe MOCRA sont quelques autres multicoques de course. Actuellement, cette classe est susceptible d’être menée sur l’eau par le trimaran MOD70 de l’Américain Jason Carroll, Argo. Reste à savoir si Argo sera rejoint par d’autres MOD70. «Je suis très heureux de participer à ma première Rolex Fastnet Race», a déclaré Carroll, deux fois Champion du Monde Melges 32 qui actuellement fait campagne avec un catamaran monotype volant sur le GC32 Racing Tour. «C’est une course emblématique et l’équipe et moi avons hâte de la reprendre. Nos aspirations sont de bien naviguer contre des speed boats similaires et d’espérer les bonnes conditions pour nous permettre de bien marquer sous handicap MOCRA. Évidemment, le temps écoulé et le nouveau record doivent être laissés à l’Ultime tris, mais naviguer sur le parcours au maximum de notre potentiel sera certainement un résultat satisfaisant.

Première fois dans la Rolex Fastnet Race pour le trimaran MOD70 Argo de Jason Carroll, vu ici en compétition dans le 600nm RORC Caribbean 600 © Arthur Daniel / RORC

Première participation à la Rolex Fastnet Race pour le trimaran MOD70 Argo de Jason Carroll, vu ici en compétition dans le 600nm RORC Caribbean 600 © Arthur Daniel / RORC

Dernière liste provisoire des entrées: https://www.rolexfastnetrace.com/en/follow/follow-the-race/entrylists

Pour plus d’informations, rendez-vous sur: https://www.rolexfastnetrace.com