Trois intronisés au Temple de la renommée de l’America’s Cup

America’s Cup: trois intronisés au Temple de la renommée de l’America’s Cup

Le Herreshoff Marine Museum a prêté sa maquette à l’échelle 1 / 6e de Reliance -America’s Cup Hall of Fame Induction – Novembre 2019 – Yachting Heritage Centre, Flensburg, Allemagne © Katrin Storsberg

Le Yachting Heritage Centre présente des expositions liées à l’histoire du yachting. – Intronisation au Temple de la renommée de l’America’s Cup – Novembre 2019 – Yachting Heritage Centre, Flensburg, Allemagne © Ina Steinhusen

À la mi-novembre 2019, trois sommités de l’America’s Cup ont été intronisées au Hall of Fame de l’AC lors d’un dîner cravate noire au Robbe & Berking Yachting Heritage Centre à Flensburg, en Allemagne.

Le Robbe & Berking Yachting Heritage Centre, fondé par Oliver Berking, abrite actuellement une magnifique exposition sur l’histoire de l’America’s Cup, avec des articles prêtés par le musée Herreshoff, Elizabeth Meyer, William Collier et bien d’autres.

Son chantier attenant, le chantier Berking Classics, avec Vim, Gretel, Kiwi Magic et huit autres bateaux classiques de 12 mètres, a ajouté une touche spéciale compte tenu de l’association des trois intronisés avec l’ère des 12 mètres.

« Comme pour les meilleurs événements d’intronisation, ce fut une réunion significative des participants et des fans de la Coupe; ce fut un plaisir de voir Bill Trenkle, Tom Whidden, Tom Schnackenberg, Grant Simmer, Ken McAlpine, Joop Slooff, Bruno Trouble et Dyer Jones se remémore les jours des 12 mètres », a rappelé Steven Tsuchiya, président du comité de sélection du Temple de la renommée de l’America’s Cup.

L’America’s Cup Hall of Fame a été fondé en 1992, dans le cadre du Herreshoff Marine Museum, par Halsey Herreshoff, quadruple défenseur de l’America’s Cup et petit-fils du légendaire concepteur de yachts Nathanael G. Herreshoff. Plus de quatre-vingts légendes de la Coupe ont été intronisées dans la salle. Les candidats éligibles à l’examen comprennent des membres de l’équipe, des concepteurs, des constructeurs, des chefs de syndicat, des partisans, des chroniqueurs et d’autres personnes de mérite. Chaque candidat est jugé sur la base de ses capacités exceptionnelles, de sa reconnaissance internationale, de son caractère, de ses performances et de sa contribution au sport. Les membres du comité de sélection sont intimes avec l’histoire et les traditions de l’America’s Cup et sont attachés à l’intégrité du Hall of Fame.

L’America’s Cup Hall of Fame a été fondé en 1992 sous les auspices du Herreshoff Marine Museum par Halsey Herreshoff, quatre fois défenseur de l’America’s Cup et petit-fils du légendaire concepteur de yachts Nathanael Herreshoff.

Pour en savoir plus sur l’America’s Cup Hall of Fame cliquez ici

Citations de l’America’s Cup Hall of Fame pour les trois intronisés:

William T. « Bill » Trenkle (États-Unis) (né en 1958)

Bill Trenkle illustre ce qu’il faut pour remporter l’America’s Cup avec intégrité. Il possède de superbes compétences en navigation, un savoir-faire en ingénierie, un sens aigu de la gestion et un bon caractère.

Si l’on décrivait Bill Trenkle en un mot, ce serait «loyal». Il a couru et travaillé avec Dennis Conner dans huit campagnes de l’America’s Cup sur une période de 24 ans de 1979 à 2003, remportant l’America’s Cup à trois reprises. Au cours de cette période, Trenkle est passé d’équipage «possible» en tant que cadet à l’Université d’État de New York Maritime College (promotion de 1980) à celui de directeur des opérations de longue date de Conner.

Dans son livre Comeback, Conner a déclaré: «Bill est un marin dans le sens le plus raffiné de ce terme. Il comprend à la fois d’un point de vue académique et pratique ce qu’il faut pour faire marcher un bateau. Donnez un travail à Bill, n’importe quel travail, et vous savez que cela sera fait à la perfection. C’est l’éloge d’un skipper exigeant.
Au début de sa carrière en Coupe, Bill Trenkle était régleur de voiles, d’abord sur le bateau de mise au point, puis dans l’équipe universitaire pour la série 1986-87 à Fremantle. En tant que marchand de port à bord des Stars & Stripes ’87 victorieux, Trenkle avait un œil pour les formes de voiles rapides, possédait des re exes de foudre et, plus important encore, il pouvait constamment anticiper ce que Conner ferait à la barre. Conner se souvient: «Je n’ai jamais eu à dire un mot sur l’assiette des voiles.»

En utilisant son diplôme d’ingénieur du Maritime College, Trenkle a aidé à la gestion de projet de construction de trois yachts de 12 mètres pour la série 1986-87. En 1988, il a dirigé la construction du catamaran Stars & Stripes avec son «wing-sail» complexe et innovant. Aujourd’hui, il est expert maritime et ingénieur maritime accrédité. Et, depuis 1996, Trenkle est président et directeur des opérations de Dennis Conner Sports. Aucun travail n’a jamais été trop grand ou trop petit pour Bill Trenkle, ce qui lui a valu une excellente réputation dans la communauté de l’America’s Cup.

Henry Racamier (France) (1912-2003)

Grand et élégant avec un scintillement dans les yeux, l’homme d’affaires français Henry Racamier est entré dans l’histoire de l’America’s Cup en 1982 au moment où il a accepté de sponsoriser les «  Challenger Races for the America’s Cup  » organisées par le Royal Sydney Yacht Squadron (le Challenger of Record) à Newport. Associer Louis Vuitton (LV) à l’America’s Cup était une décision logique et intelligente: fondée en 1854, LV était un contemporain de la Coupe (primée en 1851). Peu de temps après, à l’été 1983, il a présenté la Coupe Louis Vuitton nouvellement créée aux gagnants, John Bertrand et Alan Bond.

Au cours de la décennie suivante, alors que Racamier a tenu les rênes de Louis Vuitton, il est resté passionnément dédié aux liens historiques et culturels entre LV et l’America’s Cup. De nombreux concurrents de la Coupe du passé, dont Sir Thomas Lipton et Harold Vanderbilt, étaient des clients de LV.

Lorsque l’America’s Cup suivante a débuté à Fremantle (série 1986-87), la Louis Vuitton Cup s’est imposée comme un événement sportif et médiatique majeur à part entière. Avec Bruno Troublé comme bras droit de Racamier, la Coupe Louis Vuitton, dirigée par une équipe compétente, est devenue une organisation à part entière au sein de l’un des événements phares du sport.

Une grande partie de la vie professionnelle précédente d’Henry Racamier n’avait pas été passée chez LV, mais en tant que président et propriétaire d’une entreprise sidérurgique prospère. C’est grâce à son mariage avec Odile Vuitton, arrière-petite-fille du fondateur, Louis, que Henry s’est engagé dans l’entreprise, et à la mort de son beau-père, Georges-Louis Vuitton en 1976, il a rejoint LV en tant que Président exécutif à 65 ans, âge où la plupart décident de prendre leur retraite, apportant avec lui son style de gestion dynamique et moderne.

Peu de temps après son arrivée, Henry Racamier a transformé Louis Vuitton d’une entreprise familiale artisanale prestigieuse mais tranquille de 132 ans avec trois magasins en une marque de luxe mondiale de premier plan cotée aux bourses de Paris et de New York. Sous Racamier, le chiffre d’affaires et la rentabilité ont été multipliés par 25 en moins de 10 ans. En 1987, Racamier crée LVMH, fusionnant le groupe LV (Louis Vuitton, Givenchy, Veuve Clicquot, et al) avec Moët-Hennessy.

Lorsque Henry Racamier quitte la présidence en 1992, la Coupe Louis Vuitton battait son plein. Louis Vuitton a continué à soutenir les courses Challenger et l’American’s Cup jusqu’en 2017, la plus longue association pour une marque avec un événement dans le monde du sport.

William H. Dyer Jones (États-Unis) (né en 1946)

La contribution de Dyer Jones à l’America’s Cup s’étend de 1967, pendant l’ère des 12 mètres à Newport, à la dernière apparition de l’America’s Cup Class à Valence en 2007. Au cours de cette période, il a joué un rôle crucial à plusieurs tournants importants de la histoire de l’America’s Cup.
En 1967, Jones a servi comme membre d’équipage occasionnel à bord de Columbia pendant les essais de sélection des défenseurs. Tout au long des années 1970, il a siégé aux comités auxiliaires du comité de course de l’America’s Cup du New York Yacht Club.

Jones a obtenu son premier rôle de leader dans l’America’s Cup en 1983, alors qu’il était président du comité de course de NYYC. Il a supervisé le match AUSTRALIA II contre Liberty à un moment où la controverse sur la quille ailée d’Australie II menaçait de faire dérailler le combat.

Après la controverse et les poursuites judiciaires entourant le défi néo-zélandais du «Big Boat» de 1988, Jones a aidé à organiser un comité de fiducie pour résoudre les conflits futurs sans recourir aux tribunaux de New York. Ce comité est depuis devenu le panel d’arbitrage de l’America’s Cup.

Compte tenu de l’expérience de Jones dans la gestion de courses et en tant qu’ancien Commodore du New York Yacht Club (1991-92), il a été sélectionné pour diriger l’Association des Challengers pour le match de 2000 à Auckland. Pour le match suivant là-bas en 2003, Jones a été directeur de régate pour la série de sélection Louis Vuitton Challenger. Fort de ses qualifications, le nouveau Swiss Defender et le Challenger of Record ont nommé Jones directeur des régates pour la première régate de l’America’s Cup qui se tiendra en Europe, à Valence, en Espagne, qui comprenait une nouvelle série de régates préliminaires organisées en quatre Lieux européens.

Dyer Jones a joué un rôle important dans les succès des régates de l’America’s Cup à Newport en 1983, à Auckland en 1999-2000 et 2002-2003, et en Europe en 2004-2007. Dans tous les rôles de l’America’s Cup, il a servi avec distinction et avec un gentleman calme – mais une confiance ferme – qui a suscité la confiance et gagné le respect des concurrents et des officiels, même dans le feu de la compétition.