La course de voile du Vendée Globe voit le sauvetage le plus spectaculaire de la décennie

L’un des sauvetages en mer les plus spectaculaires jamais réalisés dans le Vendée Globe s’est produit tôt hier matin lorsque Kevin Escoffier, skipper du yacht de course abandonné PRB, s’est hissé d’un radeau de sauvetage et est monté sur le bateau d’un concurrent dans des houles de 18 pieds et des vents hurlants dans l’océan Austral. Jean Le Cam, qui avait détourné son yacht de 60 pieds Oui nous Cam! à la recherche d’Escoffier, avait lui-même été sauvé 12 ans plus tôt dans cette course de voile autour du monde sans escale, en solitaire.

Deux semaines après son départ, la neuvième édition de la Vendée avait vu deux de ses meilleurs bateaux se briser dans l’océan. Le bateau de Jérémie Beyou Charal a perdu son mât deux jours après le début de la course et a boité 600 milles pour revenir au point de départ des Sables d’Olonne, en France. Un gouvernail sur Hugo Boss s’est cassé au milieu de l’Atlantique et son skipper Alex Thomson a été contraint de quitter la course et de naviguer 1 200 milles en direction du Cap, en Afrique du Sud. Thomson avait été favorisé pour remporter la Vendée cette année avec son yacht à foils très technique et très rapide.

Mais le naufrage de lundi a été l’événement le plus dramatique – et le plus dangereux – de ce qui est considéré comme la course la plus extrême de la voile.

Ce sauvetage dans la course mondiale de voile sans escale du Vendée Globe a été le plus spectaculaire de la dernière décennie

Voici Escoffier dans sa combinaison de survie après avoir été secouru par Jean Le Cam après une longue nuit de recherche et de sauvetage dans l’océan Austral.

«Le bateau a plongé dans une vague», dit Escoffier dans une interview. Il était alors à la deuxième place de la course, naviguant sur des mers imposantes de 18 pieds dans l’océan Austral au crépuscule. Mais au lieu de sortir de la vague, le bateau s’est fendu en deux et la proue a pointé à un angle de 90 degrés vers le ciel, tandis que le reste du yacht était inondé.

En quelques secondes, Escoffier était à la taille dans l’eau. «J’ai baissé la tête alors qu’une grosse vague arrivait et j’ai eu le temps d’envoyer un texto avant que la vague ne fasse griller l’électronique», dit-il. «C’était fou à quelle vitesse c’est arrivé. J’en ai vu beaucoup [on these offshore races], mais c’est une première. » La rupture du bateau s’est produite dans les cinq secondes, estime Escoffier. Son texte cryptique de deux lignes indiquait à son équipe d’assistance qu’il abandonnait le navire. «Ce n’est pas une blague», furent ses derniers mots.

L’homme de 40 ans, vétéran de plusieurs courses de voile à travers le monde, a à peine eu le temps de mettre sa combinaison de survie et de lancer le radeau de sauvetage avant que son bateau ne coule. Sa balise d’urgence a donné aux équipes de recherche son emplacement approximatif, mais dans ces conditions féroces de nuit, tout sauvetage serait comme trouver l’aiguille proverbiale dans une botte de foin.

Jean Le Cam a passé des heures sur le pont de son yacht, à parcourir la mer à la recherche d'Escoffier.

Jean Le Cam a passé plusieurs heures sur le pont de son yacht à parcourir les mers sombres à la recherche d’Escoffier. 

La Vendée est considérée comme la course autour du monde la plus extrême. Les concurrents dorment deux ou trois heures par jour, mangent du gruau riche en protéines et passent le reste à naviguer dans les pires conditions à la vitesse la plus rapide possible. Ils planifient généralement des itinéraires à des dizaines, voire des centaines de kilomètres de leurs concurrents les plus proches, cherchant à gagner de précieuses minutes pour battre les autres voiliers. Les bateaux de 60 pieds sont de haute technologie, légers et barebones, construits pour être navigués par une seule personne dans les eaux les plus agitées du monde.

Après qu’Escoffier a pris son radeau de sauvetage, il était très seul. Le Cam, qui courait sa cinquième Vendée, s’est détourné de sa course pour tenter de retrouver son compatriote français. Lorsqu’il est arrivé deux heures plus tard, il a trouvé le radeau de sauvetage mais n’a pas pu manœuvrer pour un sauvetage en raison de la houle et des vents violents. Aussi miraculeusement qu’il avait trouvé Escoffier dans le minuscule radeau de sauvetage, Le Cam l’a perdu et a passé les heures suivantes à essayer de déplacer la petite balise lumineuse dans l’océan sombre.

«J’étais tellement heureux de voir Jean», raconte Escoffier à propos de la première tentative. «Mais il était impossible de passer du radeau de sauvetage à son bateau. Je savais que je devrais passer la nuit dans le radeau.  »

Ce sauvetage dans la course mondiale de voile sans escale du Vendée Globe a été le plus spectaculaire de la dernière décennie

Le bateau d’Escoffier a été coincé sous une énorme vague et s’est cassé en deux. Il n’avait que quelques secondes pour envoyer un appel de détresse et évacuer alors qu’il coulait. 

Apprenant qu’Escoffier était de nouveau perdu, les organisateurs de la course ont détourné trois autres coureurs pour tenter de retrouver le radeau de sauvetage. Boris Herrmann, voile Seaexplorer, en était un. «J’étais calme quand je cherchais», dit-il. «Mais je savais que le trouver était une pure chance. Alors j’ai prié.

Herrmann a fait écho aux sentiments des autres coureurs. «Nous courons tous mais il y a une solidarité là-bas», dit-il. «Les autres marins sont plus importants que la course. Il ne faisait aucun doute que nous abandonnerions la course pour chercher Kevin.  »

Après plusieurs heures, Le Cam a retrouvé le radeau de sauvetage et a pu se mettre en position pour un sauvetage. Le Cam a jeté une ligne de Oui nous Cam! et Escoffier a pu se traîner hors du radeau de sauvetage dans l’eau et sur la poupe du bateau.

Ce sauvetage dans la course mondiale de voile sans escale du Vendée Globe a été le plus spectaculaire de la dernière décennie

Jean Le Cam avait lui-même été secouru par un autre pilote lors du Vendée Globe 2008 après que son bateau ait chaviré dans l’océan Austral. 

«Désolé de perturber votre course, a été la première chose que j’ai dite à Jean», dit Escoffier. «Il a fait une blague en disant qu’il avait dérangé d’autres races plus tôt.

Entendre qu’Escoffier avait été sauvé était «le meilleur moment de sa vie», dit Herrmann, ajoutant qu’il «ne voulait pas penser à ce qui aurait pu arriver».

«Nous savons tous que ce genre de chose peut arriver», a déclaré Alexia Barrier, skipper de TSE 4MYPLANET, notant que cette partie de la course à travers l’océan Austral est la plus perfide. «C’est bien de gagner, mais il vaut mieux finir en une seule pièce», a-t-elle ajouté. «Après avoir traversé l’océan Austral, nous retournerons en mode course. Pour l’instant, c’est un peu effrayant.  »

Ce sauvetage dans la course mondiale de voile sans escale du Vendée Globe a été le plus spectaculaire de la dernière décennie

Hugo Boss, le yacht préféré de la course, a également abandonné après qu’un de ses gouvernails ait été endommagé. 

Mike Golding, un coureur vétéran devenu analyste, dit que les personnes impliquées dans le sauvetage seront «inondées d’adrénaline» pendant un jour ou deux avant de revenir en mode course et d’affronter le reste de l’océan Austral. Herrmann, qui reste à la sixième place, a décrit des «vagues d’émotion» après le sauvetage.

Les organisateurs de la course discuteront de la manière d’ajuster les horaires des bateaux impliqués dans le sauvetage. Escoffier peut être récupéré par la Marine Nationale pour que Le Cam puisse continuer la course.

« Il est encore difficile de croire que cela s’est produit », a déclaré Escoffier lors d’un appel Skype. «Cela semble être un mauvais rêve.»

La Vendée devrait s’achever début février. Il reste 30 yachts de course parmi les 33 qui ont débuté le 8 novembre.