Le coureur offshore Henry Bomby partage 5 conseils pour naviguer après la tombée de la nuit

Henry Bomby a parcouru de nombreux kilomètres toute la nuit. Il parle à Andy Rice de la façon de maintenir la vitesse de votre bateau après la tombée de la nuit

C’est lorsque vous vous retrouvez pris à 50 nœuds avec le gros cerf-volant sur un yacht Figaro en solitaire alors que vous essayez de contourner le cap Finisterre que vous appréciez le temps que vous avez passé à faire le tri des routines de navigation de nuit. Pour Henry Bomby, cette grande nuit juste à côté de La Corogne était bien plus effrayante que tout ce qu’il a rencontré dans l’océan Austral lors de la dernière Volvo Ocean Race.

Il a également traversé l’Atlantique à bord d’un trimaran MOD70 à des vitesses supérieures à 30 nœuds. Ce sont toutes des expériences de navigation de nuit très différentes, mais il y a des règles d’or qui s’appliquent à tous les niveaux, que vous soyez en monocoque ou en multicoque, en solo, en double ou en équipage complet.

1. Faites comme le jour

La navigation de nuit sollicite davantage vos autres sens. Vous devez donc viser à faire de la nuit autant que possible le jour: des rayures dayglo sur la voile et des torches pour éclairer les témoins et le guindant des voiles d’avant, par exemple.

Sur un bateau avec équipage complet, assurez-vous de ne pas gêner la vision nocturne des autres, mais si je cours en solo ou en double, j’ai tendance à avoir une lumière vive qui brille en permanence sur le foc et l’aile chaque fois qu’il vole.

Je garde une torche d’homme à la mer dans ma poche et porte une lampe frontale Black Diamond. Si vous avez des torches vraiment brillantes, rappelez-vous que vous n’avez pas besoin de les faire briller directement sur la voile et d’aveugler tout le monde avec le reflet. Vous pouvez en faire briller seulement 5% sur la voile et faire disparaître le reste du faisceau dans le ciel nocturne. S’il y a un bon clair de lune, vous n’aurez peut-être pas du tout besoin des torches.


Avec la pleine lune et le vent suivant, la navigation de nuit peut être l’un des grands plaisirs à vivre quand…

Montres de nuit

Le skipper expert Dan Bower explique comment planifier, que devez-vous prendre en compte et quels sont les…


2. Entraînez-vous la nuit

Si vous faites des courses RORC en été, vous savez que vous pourriez avoir cinq ou six heures d’obscurité et que vous allez passer au moins un sixième de votre temps de course dans l’obscurité. Vous devriez donc viser à passer un sixième de vos heures d’entraînement dans le noir également.

Cependant, presque personne ne le fait, ce qui signifie qu’il existe des opportunités pour ceux qui font l’effort supplémentaire de pratiquer dans le noir. En course, les bateaux tombent souvent en arrière une fois la nuit tombée parce qu’ils n’ont tout simplement pas orchestré leurs manœuvres dans l’obscurité. Ne sois pas ce bateau.

3. Coucher et lever du soleil

Assurez-vous que vous avez de bons barreaux expérimentés au volant pour les périodes de transition entre la nuit et le jour, en particulier au coucher du soleil. Comprendre comment le bateau fonctionne de manière optimale pendant la journée et comment vous devrez peut-être adapter la configuration à la tombée de la nuit est une compétence clé. Ceci est particulièrement vrai si vous naviguez sur un parcours VMG au près ou au portant où vous voyez vraiment la différence dans la capacité de barre, et en étant capable de garder le bateau dans la rainure. Les vagues ajoutent une autre dimension de difficulté.

Avec une visibilité réduite, une bonne sensation du bateau est vitale, mais vous devrez également vous fier davantage aux instruments. Notez les chiffres que vous voyez avant le coucher du soleil et utilisez-les comme guide une fois que la nuit tombe. La nuit, les instruments sont vraiment votre ami. C’est une bonne compétence de pouvoir maintenir le bateau à ces chiffres.

4. Règles de priorité

N’oubliez pas que la nuit, les règles d’évitement des collisions changent. Assurez-vous que vous êtes au courant du Règlement international pour la prévention des abordages en mer (IRPCAS). Si vous êtes sur une piste de course très fréquentée, le skipper et le navigateur doivent tenir l’équipage sur le pont bien informé de tout autre bateau sur un parcours de collision. J’ai eu quelques occasions au Figaro où la course était si serrée que j’ai appelé d’autres concurrents à la radio pour les prévenir de ma présence. Mieux vaut prévenir que guérir.

5. Faites le plein

Les gens oublient souvent de manger la nuit, ou ils restent dans le même régime alimentaire que s’ils étaient à terre, en train de dîner au coucher du soleil et de ne pas manger ou de prendre le petit déjeuner jusqu’au lever du soleil. Mangez toujours quelque chose qui vous donnera de l’énergie entre minuit et 03h00, que ce soit un repas lyophilisé, une barre énergétique, des noix ou autre chose pour vous aider à passer la nuit.

Il y a un peu de bravade à être un marin au large touffu, mais plus vous pourrez dormir, mieux vous vous comporterez lorsque vous serez de quart. Si vous êtes dans une course très serrée et que vous avez dormi moins de deux heures, cela représente probablement 2 à 3% de moins sur votre niveau de concentration, ce qui pourrait se traduire par un ralentissement de 1% par rapport à vos rivaux. Si vous êtes un élément clé de l’équipe de direction, restez aussi frais que possible pour ces moments-là.

night-sail-henry-bomby-bw-headshot-600px-square À propos de l’expert

Henry Bomby s’impose rapidement comme l’un des grands noms de la course au large. Quatre fois concurrent de la Solitaire du Figaro, il rejoint Tournez la marée sur le plastique pour la dernière Volvo Ocean Race. Maintenant, le joueur de 29 ans a jeté son dévolu sur les Jeux Olympiques de 2024 dans le nouvel événement de quillard hauturier en double.