Foil racing – C’est moins cher que vous ne le pensez

Foil racing – C’est moins cher que vous ne le pensez

Départ de la course Downunder Pro

En tant que véliplanchiste passionné depuis l’enfance, j’étais excité d’essayer de déjouer dès que les premiers clips vidéo ont frappé YouTube. Après avoir déménagé à Moreton Bay, à Brisbane QLD, et n’ayant pas de vagues à proximité (ma passion précédente), je cherchais un moyen de rafraîchir mon plaisir de la planche à voile. J’ai d’abord essayé le slalom; c’était incroyablement excitant, en particulier de rouler dans le jibe à pleine vitesse avec dix autres marins ou plus faisant exactement la même chose autour de vous. Les occasions de courir dans la région diminuaient cependant. Heureusement, l’engouement déjoué a frappé au bon moment.

J’ai commencé avec un foil de free ride sur différentes planches, dont un vieux Fanatic, que j’ai coupé et installé une boîte de foil. C’était et c’est toujours très amusant. Je peux partir de 10 à 30 nœuds avec de petites voiles, caresser sous le vent avec peu de voile pendant aussi longtemps que je le souhaite (ou jusqu’à ce que je touche le fond!). Alors que je commençais à devenir plus confiant, j’ai commencé à sauter, même si cela s’est arrêté brutalement lorsque les mâts en aluminium ont commencé à se plier. Prendre l’air est maintenant en attente jusqu’à ce que des mâts plus rigides soient disponibles pour mon fleuret ou que j’apprenne à sauter correctement!

Pendant que je profite de l’équipement de conduite libre, j’ai été attiré par le nombre croissant de marins de windfoil qui courent «au large de la plage» tous les samedis au Royal Queensland Yacht Squadron (RQYS). Les vitesses et les angles qu’ils ont atteints étaient incroyables, annihilant les planches de course autour du parcours dans les vents les plus légers avec ce qui semblait être un effort minimal.

Avec les ressortissants australiens de fleuret venant au RQYS en janvier 2020, j’ai décidé qu’il était temps de mordre la balle et de l’essayer par moi-même. Mais je devais entrer dans la discipline sans dépenser la moitié d’une caution et mettre la main sur l’équipement malgré très peu de publicité sur les sites Web des magasins.

Après avoir fait beaucoup de recherches, je suis tombé sur des foils Zulu, une petite opération au Cap, en Afrique du Sud. Robbie Bense, le propriétaire, avait produit une feuille de course économique de conception similaire aux modèles Starboard qui remportaient des courses dans le monde entier. J’ai acheté cette feuille, avec la livraison, pour moins de 1500 $ (AUD). Une aubaine par rapport aux autres offres du marché.

Parcourir le site Web de Seabreeze à la recherche de bonnes affaires de planche à voile est une habitude deux fois par jour pour moi dans le meilleur des cas. Maintenant que j’avais mon fleuret et que je cherchais une planche de course de fleuret appropriée, mon temps passé à l’écran est passé par le toit. Je savais qu’un tableau de formule était mon option la meilleure et la moins chère. Après quelques semaines de clics et d’espoir, on s’est finalement approché de chez soi: une formule Fanatic 2017 pour un prix d’aubaine. Il ne disposait pas d’une boîte en aluminium renforcée, mais Robbie à Zulu a installé une petite bride sur le mât en aluminium à la connexion de la carte pour mieux répartir la charge sur la carte, ce qui m’a permis d’utiliser la boîte standard.

En termes de gréements, je ne pouvais pas me permettre d’acheter une voile, un mât et une bôme en foil en une seule fois – surtout quand je n’étais pas sûr de poursuivre le sport après les nationaux – j’ai donc décidé d’utiliser ce que j’avais déjà: un 8.5 m KA Koncept. J’ai pensé que ce serait suffisant pour me permettre de faire le tour du parcours dans la plupart des brises tout en apprenant toutes les techniques et les transitions.

À trois mois de la première course des championnats nationaux, mon équipement s’est mis en place. Je savais que je devais faire autant d’entraînement et autant de courses le samedi que possible pour m’habituer à l’équipement. Je n’avais pas non plus participé à une course de planche à voile au vent / sous le vent depuis vingt ans. Dire que j’étais rouillé et inconnaissable était un euphémisme. Après une seule séance d’entraînement l’après-midi avant la première course disponible, je me suis lancé dans le grand bain avec mon nouvel équipement.

Les coureurs réguliers du RQYS ont été (et sont) plus que serviables. La planche à voile est un sport très invitant en général et cela a été souligné lorsque je suis arrivé pour la première fois. Tout le monde est ravi de voir de nouvelles personnes courir, en particulier dans la catégorie fleuret. Chez RQYS, vous partagez la ligne de départ avec les pensionnaires de course, la classe Techno et la classe RSX. Il abrite également bon nombre des meilleurs windfoilers du pays qui sont plus qu’heureux de partager leurs connaissances.

Après quelques instructions générales, j’ai frappé la ligne hors du chemin des planches de course et des autres foilers et je me suis dirigé vers le vent. J’ai remarqué très tôt que ma capacité face au vent faisait gravement défaut, mais il était trop tôt pour dire dans quelle mesure elle était liée à l’équipement par rapport à mon expérience et ma technique (ou leur absence). J’ai quand même réussi à atteindre le sommet avant la flotte de planche de course.

C’est sur le parcours sous le vent que j’ai réalisé à quel point les courses de fleuret peuvent être infectieuses. La sensation que vous obtenez en survolant la côtelette lorsque vous criez sous le vent presque mort est difficile à battre. Enduring plusieurs touchdowns et plantages J’ai trié la meilleure position pour garder le contrôle. J’ai essayé de me détendre sur les empannages en atterrissant pendant que je tournais la voile tout en maintenant un certain élan vers l’avant.

Après ce premier goût, je me suis entraîné tous les après-midi après le travail que j’ai pu, cependant, en raison d’autres engagements (comme la photographie pour SurfSailKite), j’ai eu du mal à me lancer dans des essais de course menant aux nationaux. À l’occasion de l’entraînement de l’après-midi, j’ai pu naviguer le long de certains points chauds locaux pour voir où j’étais. Il était toujours évident que je ne pouvais pas faire correspondre les angles qu’ils pouvaient atteindre au près et au portant, mais mes punaises et empannages et ma technique générale s’amélioraient.

Les nationaux allaient toujours être une expérience d’apprentissage. Je savais que ce serait une excellente occasion d’être dans un environnement de course avec de nombreux marins de haut niveau et j’ai pris note de tout ce qu’ils ont fait sur le parcours et à terre. Mon objectif était juste de contourner le parcours et d’essayer de m’améliorer à chaque course. Malheureusement, ma plate-forme avait d’autres idées.

Avec les nerfs sur la ligne de départ pour la première course, je voulais éviter le peloton afin d’avoir un vent propre et un foil sur la ligne. Cela signifiait se diriger vers la broche à chaque fois que la majorité se dirigeait vers l’extrémité du bateau. Il était évident pour eux (pas pour moi cependant) que la ligne était préférée aux bateaux. J’ai réussi à démarrer proprement et à remonter le vent pour toutes mes courses. C’était intimidant de remarquer tout de suite que j’étais vers l’arrière de la flotte et que je me dirigeais à un angle très bas par rapport à la plupart, mais je n’arrêtais pas de me rappeler que je n’allais jamais être là-haut et me concentrer sur ma propre course.

J’ai réussi à avoir un peu de compétition à l’arrière et j’ai aimé courir sur le parcours avec un grand nombre de windfoilers pour la première fois (une flotte de 34 concurrents). Cela fait du bien de terminer les premières courses dans le temps imparti au format grand prix (15 min pour terminer la course après que le vainqueur ait franchi la ligne). Malheureusement, lors de la troisième course, j’ai pris un bord et suis tombé sur la voile, soufflant le pied pour lofer la couture en morceaux.

La prochaine course n’a eu lieu qu’après la pause déjeuner et le vent s’est levé. J’ai calé ma prochaine plus grande voile, un 7,5 m KA, et je suis parti. Cependant, le vent est lentement tombé et j’ai eu du mal à me déjouer sous le vent. C’était extrêmement frustrant avec les meilleurs gars qui volaient devant moi comme s’il y avait tout le vent du monde. N’ayant pas la possibilité de terminer le cours, je n’avais pas d’autre choix que de l’appeler un jour.

J’ai commencé le deuxième jour avec ma voile de 8,5 m et une réparation de ruban très douteux terminée la nuit précédente. C’était ma seule vraie option car le vent était similaire au premier jour. J’ai eu de bons départs en utilisant la même tactique de fin de course et j’ai réussi à rester plus près de la flotte principale avec une légère augmentation du vent dans les courses deux et trois. C’était génial de contourner les trois tours sans se faire roder ou tomber du fleuret. La réparation a duré jusqu’à la fin de la course 3 avant de repartir et de terminer efficacement ma régate.

Le troisième et dernier jour de la régate, je suis revenu à mon appel de photographie de voile pour SurfSailKite. Étant tellement passionné de planche à voile et de foiling en particulier, je voulais essayer de capturer un excellent contenu pour promouvoir dans le monde de la planche à voile / voile quelle grande classe le windfoil est. Le directeur de la marque Starboard, Ian Fox, a déclaré que les yeux du monde du windfoil étaient sur nous, donc je pensais que tout ce que je pouvais faire serait un gros plus. Avec des images de drones spectaculaires du ripper local Matt Chew pour accompagner le mien, j’ai réussi à produire un excellent contenu à distribuer en ligne.

Faisant le bilan de mes performances, je suis satisfait du fait que j’ai terminé les cours lorsque les conditions le permettaient et que j’ai pu suivre certains des marins de la flotte. Mes empannages déjoués se sont considérablement améliorés et ma capacité à partir en air pur était un avantage certain à prendre dans les futures courses. J’ai également remarqué que lorsque le vent se levait, ma capacité à suivre la flotte augmentait. Quand je ne me débattais pas avec du matériel (principalement une voile et une aile trop petites par vent léger) j’étais plus compétitif. Cela me donne envie d’acheter éventuellement le bon équipement de course pour voir où je me situe sur un pied d’égalité.

Dans l’ensemble, j’ai apprécié mes premières expériences de course et j’ai l’intention de continuer à poursuivre la classe. Avec quelques petites améliorations d’équipement et plus de temps sur l’eau, je serai plus compétitif et surtout profiter de mon temps dans une plus grande variété de conditions. C’est une forme de course exaltante qui ne peut pas être facilement assortie. De plus, vous naviguez avec un grand groupe de marins amusants et solidaires. Que ne faut-il pas aimer?

Plus d’informations

Ce que je voudrais dire avec cet article, c’est que les courses de windfoil sont plus accessibles que beaucoup de gens ne le pensent. J’ai entendu d’innombrables personnes déclarer qu’elles seraient intéressées à se joindre à la flotte de course si elles avaient une dizaine de pièces de rechange assis autour. Bien que j’ai mentionné ci-dessus qu’il est difficile d’être compétitif avec un équipement moindre, cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas sortir sur le parcours et profiter du sport. Il faut beaucoup de temps sur l’eau pour apprendre les techniques et les transitions nécessaires qui ne dépendent pas du fait d’avoir le foil haut de gamme ou la voile foil. Sortez du cours et apprenez. Il y en aura d’autres qui feront de même, ce qui vous fournira une bonne compétition amicale et de la camaraderie. Cela est d’autant plus logique dans l’année à venir que les nouveaux équipements ont des problèmes de production et de distribution.

Vous trouverez ci-dessous une ventilation de ce que je pense être le moyen le moins cher de sortir sur le parcours ainsi qu’une option légèrement plus chère lorsque vous vous êtes amélioré et souhaitez être compétitif.

Configuration du budget

Article La description Coût (AU $)
Déjouer Fleuret de course zoulou 1450 *
Planche Formula Board (2ème main) 500 – 1000
Voile 8.0 – 9.5 voile de slalom (une) 300 – 600
Mât 490/520 carbone (seconde main) 300 – 500
Boom Aluminium ou carbone (seconde main) 300 – 600

Total

2850 – 4150

Configuration milieu de gamme

Article La description Coût (AU $)
Déjouer Foil Race Zulu avec 2 ailes 1850 *
Planche Formula Board (2ème main) 600 – 1000
Voile Voile foil 8.0 / 9.0 / 10.0 m (une) 1200-1700
Mât 490/520 carbone (seconde main) 300 – 500
Boom Carbone (2e main) 600
Total 4550 – 5650

Conseils pratiques:

  • Vous n’avez pas besoin d’avoir une boîte de papier d’aluminium renforcée dans votre tableau de formule si votre papier d’aluminium a une bride attachée. Cela aide à répartir la force vers le haut à partir de la feuille loin de la boîte elle-même.
  • Lorsque vous apprenez à descendre sous le vent, il est inévitable que des accidents se produisent, en particulier dans les gros morceaux. Ajouter du renfort ou du rembourrage au nez de votre planche peut aider à la protéger. J’ai remarqué que la plupart des meilleurs gars ont même fait ça aux championnats nationaux.
  • Un boom de carbone peut être plus cher que l’équivalent en aluminium, mais leur longévité les rend beaucoup moins chers au cours de leur vie.
  • Les casques sont un bon investissement. Le foiling est un sport dangereux et on ne sait jamais ce qui peut se passer sur le parcours.
  • Les choses se cassent. Assurez-vous d’avoir suffisamment de pièces de rechange et un kit de réparation pour vous aider à passer une régate.