Aéroglisseur: l’invention britannique qui a dominé la Manche

Passagers descendant d'un aéroglisseur

Les aéroglisseurs traverseraient la Manche en seulement une demi-heure

Les machines ont été un triomphe de l’invention et de l’ingénierie britanniques, transportant les passagers en France en moins d’une demi-heure.

Avec leur équipage de type compagnie aérienne, il n’y avait pas de moyen plus glamour ou plus rapide de faire la traversée.

À une époque où le tunnel sous la Manche n’était encore qu’un rêve lointain, ils menaçaient le règne des vagues des compagnies de ferry. Pourtant, l’aéroglisseur était également bruyant, souvent cahoteux et à la merci du temps.

Les gens ont adoré voyager en aéroglisseur

Warwick Jacobs

Cela fait 50 ans que les premiers passagers payants sont montés à bord à Ramsgate, déclenchant une bataille acharnée à trois pour la suprématie sur la lucrative route de la Manche.

L’aéroglisseur – troisième hors-bord, troisième avion, troisième château gonflable – a été conçu par Sir Christopher Cockerell, qui a démontré son idée en utilisant une boîte de nourriture pour chat et un aspirateur.

Présentée pour la première fois dans les années 1950, son invention était un mode de transport révolutionnaire qui roulait sur un coussin d’air. Dans des conditions idéales, il planait au-dessus de la surface de la terre ou de la mer, réduisant considérablement le frottement, et ses hélices permettaient des vitesses élevées.

Cockerell, un constructeur de bateaux de Lowestoft, espérait que les militaires achèteraient ses machines. Cependant, il est devenu évident que le transport de passagers était également l’avenir du vol stationnaire.

L’objectif ambitieux était toujours de transporter des personnes et leurs voitures à travers la Manche. Mais alors que la technologie était en cours de développement, il y a eu un début plus modeste avec l’aéroglisseur réservé aux passagers.

Une entreprise suédo-américaine se faisant appeler HoverLloyd, qui a commencé ses services pour la première fois à l’été 1966 de Ramsgate à Calais, a été la première. La société Townsend a suivi, opérant à partir de Douvres, mais le service a été de courte durée. Pendant ce temps, l’aéroglisseur de British Rail, connu sous le nom de Seaspeed, a commencé des essais et des services aux passagers sur le Solent.

L’aéroglisseur a été construit à Cowes sur l’île de Wight. Les premières versions ne pouvaient transporter que 38 personnes mais se sont avérées populaires. Ils étaient rapides, très maniables et parce qu’ils pouvaient traverser les terres, ils n’avaient pas besoin de port.

pourpérettes

L’aéroglisseur Seaspeed a recruté de jolies jeunes femmes appelées «  pourpérettes  »

«Les gens ont adoré voyager sur l’aéroglisseur», explique Warwick Jacobs du Hovercraft Museum de Lee-on-the-Solent, Hampshire.

«Ils étaient beaucoup plus rapides que les ferries. C’était une façon glamour de voyager et les passagers étaient prêts à payer une prime. Voyager en aéroglisseur fait désormais partie des vacances. »

La guerre en vol stationnaire s’est intensifiée lorsque de plus gros bateaux capables de transporter des voitures et plus de personnes ont été introduits en 1968. Les modèles ultérieurs ont pu transporter 60 véhicules et plus de 400 passagers.

Ces géants amphibies pesant 300 tonnes et mesurant 186 pieds de long avaient un équipage de 16 personnes et pouvaient voyager à des vitesses de plus de 70 mph.

Seaspeed a installé une base à Douvres offrant un temps de traversée encore plus court que son rival le long de la côte. Le trajet officiel le plus rapide entre l’Angleterre et la France a été de 22 minutes, bien qu’un aéroglisseur aurait effectué le trajet en 15 minutes 23 secondes en voyageant sans passagers.

HoverLloyd a opté pour une livrée rouge vif et une opération de style aérien. Il a offert des portes de départ et a facturé les traversées comme des «vols», tandis que les opérations de Seaspeed étaient davantage gérées comme une compagnie de ferry.

Passagers à bord de l'aéroglisseur Princess Margaret

L’aéroglisseur était une façon glamour de voyager et les passagers étaient prêts à payer une prime

Les deux sociétés ont recruté de jolies jeunes femmes, en les équipant pour aller chercher des uniformes. Sur l’aéroglisseur Seaspeed, qui reliait l’Angleterre à Calais et Boulogne, ils étaient connus sous le nom de «purserettes».

Les passagers se sont assis face à l’avant et ont reçu des boissons et des collations hors taxes. Des aéroglisseurs spécialement conçus s’ouvrent des deux côtés de la Manche.

«À notre niveau, la rivalité était amicale», se souvient Alan Burns, 83 ans, un ancien lieutenant de la Royal Navy qui a été capitaine d’aéroglisseur avec Seaspeed pendant 14 ans.

«Nous sommes allés aux mêmes soirées et il y a eu quelques romances.

«L’aéroglisseur était incroyable à conduire. C’était amusant mais cela pouvait être difficile dans des conditions difficiles ou quand il y avait du brouillard. C’est devenu un peu cahoteux. Je me souviens d’une saison où nous avons manqué de sacs de maladie et avons dû utiliser des sacs hors taxes à la place. »

Sir Christopher Cockerell

L’aéroglisseur était une idée originale de Sir Christopher Cockerell

L’engin avait des «jupes» en caoutchouc qui se gonflaient. Il y a eu un énorme rugissement lorsque les moteurs ont démarré et que les hélices montées sur le dessus ont commencé à tourner, créant un nuage de sable et de galets. Bien que conçu pour planer au-dessus de la mer, le temps changeant de la Manche était un ennemi de l’aéroglisseur et en un coup de vent, ils avaient tendance à rebondir plutôt qu’à écrémer.

Les passagers avaient le choix de s’asseoir à l’arrière près des moteurs bruyants ou à l’avant où il était plus accidenté.

Dans la cabine scellée, il n’y avait pas d’option de promenade sur le pont pour quiconque se sentait mal à l’aise. Les thés à la crème servis en première classe étaient un peu trop loin pour certains. Au cours des 74 premiers jours du service exploité par British Rail, 186 des 482 traversées programmées ont été annulées et les passagers mécontents transférés vers les ferries.

Réalisant finalement que la rivalité pourrait mettre fin aux deux sociétés, HoverLloyd et Seaspeed ont fusionné en 1981 pour créer Hoverspeed.

Malgré le choc des cultures, les voyages en aéroglisseur ont prospéré et pendant l’année de pointe de l’exploitation, 1986, environ trois millions de personnes ont été transportées à travers la Manche.

Sir Cockerell et un aéroglisseur

Les deux derniers aéroglisseurs ont effectué leurs derniers vols l’année suivant la mort de Sir Cockerell

L’aéroglisseur avait un bon dossier de sécurité, bien qu’en 1985, quatre passagers soient morts après qu’un collisionneur avec une digue à Douvres.

Cependant, dans les années 90, une baisse a commencé. Les coûts de fonctionnement étaient toujours élevés car chacun des quatre moteurs de l’engin utilisait une tonne de carburant toutes les heures.

L’ouverture du tunnel sous la Manche en 1994 a entraîné une nouvelle concurrence qui ne dépendait pas des conditions météorologiques, mais c’est la fin des ventes hors taxes entre les pays de l’UE en 1999 qui est accusée d’avoir sonné le glas. En un an, le service transmanche a été abandonné.

Les deux derniers aéroglisseurs, nommés princesse Anne et princesse Margaret, ont effectué leurs derniers «vols» à l’automne 2000, un an après la mort de Sir Christopher Cockerell. Les deux avaient fonctionné pendant de nombreuses années de plus que leur vie professionnelle prévue, mais le temps avait rattrapé l’aéroglisseur, jadis considéré avec admiration comme l’avenir des voyages en mer.

Aujourd’hui, le seul service d’aéroglisseur restant au Royaume-Uni est à travers le Solent de Southsea à Ryde sur l’île de Wight, pour les passagers seulement. Cependant, ceux qui se souviennent de l’âge d’or de l’aéroglisseur sont déterminés à ne pas oublier cette brillante invention britannique.

Aéroglisseur Hovertravel

Le seul service d’aéroglisseur restant au Royaume-Uni est à travers le Solent de Southsea à Ryde

Pour marquer le 50e anniversaire des premiers passages de passagers en 1966 et le lancement du Hovercraft Club de Grande-Bretagne cette année-là, il y aura un festival d’aéroglisseurs d’une semaine au Chatham Dockyard dans le Kent le mois prochain.

À l’horizon, un plan du musée de l’aéroglisseur vise à embellir l’un des derniers bateaux de la Manche, qui languit tristement depuis sa mise hors service il y a 16 ans et permet aux passionnés de monter à bord, à partir d’août.

«L’aéroglisseur fait fièrement partie de notre histoire maritime», explique Warwick Jacobs. « Il est crucial d’en sauver un pour la nation. »

Dans certains quartiers, l’aéroglisseur est considéré comme un flop mais l’historien bondit à sa défense.

«Ils ont traversé la Manche pendant plus de 30 ans, effectuant environ 250 000 voyages et transportant au total environ 80 millions de personnes», ajoute-t-il.

«C’est une grande réussite. Même maintenant avec le Chunnel, il n’y a pas de moyen plus rapide de traverser la France. L’aéroglisseur était le Concorde des mers. »