Célébrer les femmes de la Voile de Saint-Barth

Célébrer les femmes de la Voile de Saint-Barth

A bord de Selene – Les Voiles de St. Barth 2019. © Christophe Jouany

Alors que les Voiles de St. Barth, Richard Mille accueille la société de cosmétiques de luxe Sisley en tant que nouveau partenaire, il met en lumière les femmes qui naviguent et skipper à Saint-Barth.

Bien que leur nombre soit moindre, ils rivalisent à égalité avec les hommes et, mieux encore, remportent la victoire, comme Wendy Schmidt (Selene), Catherine Pourre (Eärendil) et Pamala Baldwin (Liquid).

Depuis la première édition des Voiles de St. Barth Richard Mille en 2010, les femmes ont toujours été représentées en équipage mais aussi en skippers. La régate a également accueilli des équipes entièrement féminines, comme Les Voiles au Féminin dirigées par Sophie Olivaud et Emilie Aubin de Saint-Barthélemy (2013, 2014, 2015, 2017 et 2018), et Les Sirènes sur la Tigresse d’Olympia de Susan Glenny (2016, 2017 et 2018).

« Les Voiles de St. Barth Richard Mille est un événement que j’aime particulièrement. La régate se déroule sur un plan d’eau unique, et St. Barth a une atmosphère tellement incroyable », a déclaré Glenny, le marin britannique qui a, entre autres choses, skippé Maiden, le bateau le plus connu pour son équipage 100% féminin dans le Whitbread 1989-1990 (maintenant appelé The Ocean Race). Aujourd’hui, The Maiden Factor fait campagne dans le monde entier pour la promotion et la collecte de fonds pour l’éducation des filles.

« Tigress a toujours été une petite équipe mais avec de grandes ambitions. J’ai toujours cru passionnément que chacun pouvait profiter des plaisirs de la voile quel que soit son âge, son sexe ou son expérience », ajoute Glenny, un des meilleurs finisseurs des Voiles de St. Barth Richard Mille.

Elle n’est pas la seule femme à se battre pour les honneurs à Saint-Barth. D’autres incluent Annie O’Sullivan sur Diamonds are Forever, Sarah Waters sur Hot Stuff, Shannon Mindich sur Solstice (deuxième en 2017), Lucy Jones sur Northern Child (cinquième en 2016) et Kristy Hinze Clark, co-skipper de Jim Clark sur le Maxi Comanche (quatrième en 2015 puis sixième en 2016).

Trois femmes ont fait encore mieux en inscrivant leur nom au palmarès de la régate: Wendy Schmidt à bord de Selene dans la catégorie Maxi en 2013, Catherine Pourre sur Eärendil en Class40 lors de l’édition 2017, et plus récemment Pamala Baldwin sur son J / 122 Liquid en CSA 4 l’année dernière.

« Les Voiles de St. Barth Richard Mille est sans conteste ma course préférée dans les Caraïbes », a déclaré Baldwin, un habitant d’Antigua. «J’aime tous les aspects de cette régate – les organisateurs s’occupent de l’événement dans les moindres détails et avec une telle sophistication. Ils le font bien et le font avec classe, que nous soyons sur l’eau ou sur terre.

« Les Voiles de St. Barth Richard Mille s’adapte si bien aux gros bateaux, ce qui est très attrayant. C’est à couper le souffle de regarder les Maxi bateaux courir et de traverser avec des bateaux comme le mien. Pourtant, comme nous retournons tous à terre, il y a un une vraie camaraderie plutôt qu’une rivalité. St. Barth et l’événement ont une si bonne ambiance et quelque chose pour tout le monde. Ils réussissent absolument. Si je devais choisir une régate que je pourrais faire, c’est celle-là.  »

Baldwin n’a raté aucune édition depuis 2016, et après avoir remporté sa section en 2019, elle prévoit de revenir défendre son titre. Elle sait que la compétition s’annonce rude lors de cette 11e édition, notamment avec l’arrivée d’une nouvelle compétition, comme Morgane Ursault-Poupon.

Nouveau aux Voiles de St. Barth Richard Mille

Ursault-Poupon est le skipper de la Class40 Up Sailing – United for the Planet, et s’est distinguée sur les courses les plus prestigieuses de ces deux dernières années comme la Route du Rhum et la Transat Jacques Vabre. Grâce à ses liens familiaux Les Voiles de St. Barth, Richard Mille est une régate qui lui tient déjà à cœur, et elle est ravie que son horaire se soit enfin aligné pour participer à l’édition de cette année.

« Tout s’est finalement réuni! » dit Ursault Poupon. «Je suis très content d’autant plus que c’est mon oncle, Luc Poupon, qui a créé l’événement et qui continue de le co-organiser aujourd’hui avec François Tolède. Après la Transat Jacques Vabre, j’ai en effet pris ma Class40 dans l’Ouest Indies. Cette année, je prévois aussi de participer à la Heineken Regatta, puis à la Coupe Atlantique avant de continuer avec la Transat Québec St-Malo pour revenir en Europe.  »

Rejoindre Ursault Poupon pour la saison caribéenne, c’est Rémi Lhotellier, l’un de ses fidèles coéquipiers, et Louis Duc, qui a terminé cinquième de la dernière Route du Café en duo avec Aurélien Ducroz en Class40.

«La perspective de courir au plus haut niveau sur les incroyables eaux de St, Barth est évidemment excitante», a déclaré Ursault-Poupon, qui attend avec impatience la rude compétition de la régate, qu’elle soit masculine ou féminine.

Plus d’informations à lesvoilesdestbarthrichardmille.com