Steve Cockerill nous parle de ses naviguation sur l’Europe

Steve Cockerill (399) descendant le lac pendant les Europe Inlands à Haversham © Sue Johnson

Avec la résurgence de la classe Europe au Royaume-Uni, l’ex-marin européen et légende de la voile Steve Cockerill a récemment acheté deux Europes pour lui et sa femme pour naviguer! Nous avons parlé à Steve pour discuter de son temps à naviguer en Europe et pourquoi il a décidé de retourner en classe.

Steve: J’étais un marin diplômé au Tamworth Sailing Club où les marins dominants dans cette classe à l’échelle nationale étaient mon frère et John Burgoine. Ces deux-là avaient acheté l’Europe pour courir pendant l’hiver car leurs équipages n’étaient pas vraiment fanatiques de la voile dans le froid. J’étais en équipe à l’université et je retournais au club pour une course impaire. Un de mes amis, un ancien équipage, avait aussi une Europe et m’a proposé de me la prêter pour une course. La première fois que j’ai mis le bateau au vent, c’était génial. Sensible. Animé. Hou la la! – J’étais accro. Je suppose que cela a aussi aidé que dans cette première course j’ai battu les deux légendes du club par une marge considérable …

J’ai ensuite emprunté un bateau au président de l’époque pour me rendre aux championnats nationaux à Plymouth en 1987? J’ai été ravi de terminer 7e sur 50. J’ai rencontré un gentil gars de Belgique qui travaillait au Scaldia Yachting Center à Dornik (maintenant appelé Van Laer Yachting Center) et il a dit qu’il avait des Roland Europe d’occasion à vendre à son travail. Et ainsi a commencé mon amour pour acheter des Europes à l’étranger et les ramener au Royaume-Uni.

Ma première Europe était K145 un Roland jaune. Le pied de mât était fixé avec des écrous à oreilles et n’avait que 4 positions. Dick Batt m’a fait une voile. Je suis allé aux Nationals sans aucune attente et suis arrivé 2e à Ian Walters. Même si j’avais un emploi chez Performance Sails et un patron qui voulait que je fasse de la planche à voile, j’ai été amoureux de l’Europe et je suis donc parti pour un  » vrai  » travail dans l’industrie, chez British Aerospace à Bristol, me permettant de prendre un prêt bancaire décent à acheter une meilleure Europe. J’avais l’habitude de retourner au Draycote Water Sailing Club le week-end pour pouvoir faire la course avec Ian Walters et Nigel Snedker qui étaient 1er et 3ème à mes premiers championnats nationaux. C’était difficile de naviguer sur ces deux-là – je les ai rarement battus.

Nous devions nous qualifier pour les championnats du monde – ma première était en Norvège. Je n’étais pas préparé pour une ligne de départ avec la fin de biais qui était pleine de 5 minutes pour aller au départ. Soit vous deviez avoir le contrôle du bateau, soit vous commenciez à la troisième rangée! Ce n’est que lorsque j’ai rejoint mon club de voile local à Bristol, pilotant la grande flotte Enterprise en tant qu’invité, que ma fortune a changé. J’ai commencé un programme d’entraînement sérieux, en rentrant du travail chaque jour. J’ai passé les pauses entre les courses à m’entraîner à tenir mon bateau sur la ligne. Chaque jour férié, je prenais un ferry pour la Belgique ou les Pays-Bas pour participer à la course sérieuse. Il était évident que j’étais faible au portant, donc j’avais besoin d’apprendre des Européens. Je rejoignais un jour férié et un peu de temps libre pour participer aux championnats de Belgique et des Pays-Bas, puis je prenais un ferry pour rentrer chez moi, fatigué prêt pour une autre semaine de travail. À ma troisième tentative, j’ai remporté mon premier de 7 titres nationaux. Je suis devenu le mesureur de voile de la classe et rédacteur de la newsletter. Renommer le titre de la newsletter «Europinions» était peut-être ma première tentative de marketing!

J’ai réalisé que je n’allais pas être en mesure de concourir à l’avant de la flotte internationale à moins de rivaliser avec eux à plein temps, alors j’ai vendu ma maison, me faisant suffisamment de profit pour prendre 6 mois de congé, vivant dans mon camping-car Bedford de 50 £ et courir à toutes les régates européennes. Je n’étais pas seul sur le circuit, avec les mêmes marins d’Italie, de France, d’Allemagne, du Danemark, de Finlande, de Belgique, des Pays-Bas, de Norvège et de Suède qui se présentaient à presque toutes les grandes régates, mais j’étais le seul marin britannique. Ils avaient des entraîneurs et des côtes, alors que je devais quitter la plage très tôt juste pour prendre le départ. J’avais ma guitare, mon bateau et juste assez d’argent pour manger, dormir, naviguer, gratter, répéter. J’étais certainement le parent pauvre. Tout le monde avait de nouveaux camping-cars intelligents, des côtes étincelantes et des autocars bien payés.

Je me suis cependant fait un nombre surprenant d’amis européens et de partenaires d’entraînement en cours de route, dont Thomas Johansen (champion du monde laser et médaillé d’or olympique en 49er), Jyurki Taimenen (champion du monde d’Europe) Sebastian Godefroid (champion du monde et d’Europe laser et Finn Olympic médaillé d’argent) et Serge Kats, (Champion du Monde d’Europe). Évidemment, il y en avait plus mais j’aime nommer drop!

Après avoir pris un emploi avec la Royal Navy, j’ai navigué sur le 470 car j’avais presque la taille pour être barre. Je n’avais pas l’expérience des anciens marins du 420 – donc je marcherais un peu trop! Quand je suis passé au Laser, j’ai passé les deux premières années à essayer de faire en sorte que le bateau fasse des transitions comme l’Europe. Bien que j’allais plus lentement au début, j’ai continué à y travailler. Je dirais maintenant que mon downwind au Laser est l’endroit où je suis le plus dominant. Après avoir quitté la Royal Navy, j’ai repris un autre rôle dans l’industrie aérospatiale, mais j’avais hâte de revenir au sport que j’aime. J’ai pris le rôle de coach de développement en Europe, ce qui m’a permis de commencer à développer Coq sur le marché. J’ai également entraîné Min Dezille, le représentant belge de la classe Europe pour les Jeux Olympiques de Sydney 2000.

Malgré ma victoire aux Mondiaux Aero 7 en 2017, je n’étais vraiment pas assez grand pour le gréement Aero 7 et ma femme, Sarah, n’aimait pas le gréement Aero 5. Je savais qu’elle aimerait l’Europe et a pris un pari et mis la main sur deux bateaux pour que nous puissions nous entraîner ensemble – appelez ça ma crise de la quarantaine! Je pense avoir entendu le bateau me rappeler, tant de bons souvenirs et un si beau bateau. Je pense que j’aimerais être d’abord considéré comme un marin d’Europe plutôt que comme un marin laser.

Nous sommes extrêmement reconnaissants à Steve d’avoir pris le temps de partager ses histoires sur l’Europe, et sommes heureux de le retrouver dans la classe! Steve et Sarah Cockerill navigueront sur GBR 387 et GBR 399, et Steve a prouvé qu’il n’avait pas oublié comment naviguer en Europe, dominant aux Championnats Intérieures 2020! L’interview de Steve a déjà suscité beaucoup d’intérêt au sein de la flotte UK Europe, plusieurs anciens marins européens envisageant de rejoindre la flotte!

Pour en savoir plus sur la classe UK Europe, n’hésitez pas à visiter le site Web: www.ukeuropeclass.com

Super post