«Si je devais revivre ma vie, je dirais à Dieu: je vous en prie, laissez-moi naître au Cachemire» | Condé Nast Traveler India

Plus de 30 ans après le départ de sa famille du Jammu-et-Cachemire, le cinéaste Vidhu Vinod Chopra est prêt à tourner la page de ce chapitre de sa vie. Par ShikaraL’histoire inédite des pandits du Cachemire, Chopra met en lumière l’exode des Pandits du Cachemire qui a eu lieu entre 1989 et 1990. Qu’est-ce que le Cachemire du passé, qu’est-ce que le Cachemire de l’avenir et que faut-il faire s’ils devaient voyager aujourd’hui? Le cinéaste, qui revient chaque année chez lui, nous raconte…

Dites-nous ce qu’est Shikara…

ShikaraEst un hommage à ma mère. En 1989, elle est venue à Bombay pour le premier ministre de Parinda, Mais ne pouvait pas retourner au Cachemire. LaShikaraConcerne sa maison, ma maison et comment nous avons perdu cette maison. C’est donc une histoire profondément personnelle. Mais malgré tout ce que ma mère a traversé, elle n’a eu que de l’amour pour les gens, pour la vallée, pour notre maison, et cet amour a vraiment dominé toutes les autres émotions qu’elle a pu ressentir – que ce soit la déception, la colère ou la perte. Et c’est pourquoi j’ai fait ce film.

Quel a été votre matériel source pour ce film?

Principalement, le matériel source est ma vie. Et bien sûr, j’avais [writers] Abhijat Joshi et Rahul Pandita qui ont travaillé avec moi. J’ai lu beaucoup de livres, rencontré beaucoup de gens, mais la source est vraiment ma vie. C’est de la fiction, mais elle est basée sur des événements réels… C’était un film difficile à écrire. Pendant les premières années, je n’étais pas sûr de pouvoir faire le film. C’était trop douloureux. J’avais besoin d’être un peu plus éloigné des événements que ma maman et moi avons vécus pour faire ce film objectivement. Il m’a finalement fallu près de 11 ans pour écrire Shikara

Avez-vous dû modifier votre histoire ou votre traitement, compte tenu des récents événements au Jammu-et-Cachemire?

Shikara devait sortir le 8 novembre de l’année dernière. Mais à la lumière des événements qui se sont produits, je l’ai retardé. Le film raconte des événements d’il y a trois décennies et il m’a fallu 11 ans pour le réaliser. Alors non: le timing n’est pas prévu, comme certains le suggèrent. Et je n’ai rien changé. C’est le reflet de ce que les Pandits du Cachemire ont vécu il y a trois décennies. C’est mon histoire personnelle – cela ne change pas avec les événements dans le pays aujourd’hui. Et c’est un film qui s’est déroulé au Cachemire il y a 30 ans. Et il y a 30 ans, il reste exactement ce qu’il était… cela ne change pas.

Parlez-nous de vos jours au Jammu-et-Cachemire? Comment était-ce à l’époque?

Oh, c’était le paradis! C’était tellement beau. Grandir au Cachemire a été l’une des plus belles choses qui me soit arrivée. Mon premier coup de cœur, ma première liaison, mon premier baiser – tout s’est passé au Cachemire. Je dis à mes enfants qui ont grandi à Mumbai que je regrette de ne pas pouvoir leur donner une enfance au Cachemire. Imaginez: vous avez les quatre saisons de l’année. Vous avez le printemps, puis l’été. Puis les pommes mûrissent et les cerises… Puis il y a de la neige et il fait extrêmement froid. Vous êtes assis blotti dans votrerazaaiS et manger des plats chauds fumants. Vous revenez de l’école et vous vous asseyez là près duBoukhariEt écoutez Binaca Geetmala sur le transistor. Ça me manque! Si je devais revivre ma vie, je dirais à Dieu, s’il vous plaît laissez-moi naître au Cachemire. Malgré tous ses problèmes aujourd’hui. C’est tout simplement magnifique.

Est-ce que cette maison à Srinagar existe toujours?

Le sol reste, le terrain reste, mais la maison, malheureusement, a disparu. Il a été pillé, il s’effondrait… Nous avons finalement dû le vendre. Donc, c’est là, mais ce n’est pas là. J’aimerais qu’il soit toujours là [with us].

Vous continuez de retourner au Jammu-et-Cachemire. Comment a-t-il changé au fil des ans?

Eh bien, j’y vais chaque année. La terre est toujours aussi belle qu’elle l’était, mais démographiquement, elle a changé, car beaucoup de [Kashmiri] Les pandits sont partis. Ce n’est donc pas pareil. C’est devenu un peu désolé – et cela vous frappe parfois. J’espère et prie pour qu’un jour cela revienne à ce que c’était.

Où avez-vous tourné Shikara? Avez-vous dû recréer des parties du Cachemire ailleurs?

Il a été tourné presque entièrement au Cachemire. J’étais là en été, je suis retourné en automne puis en hiver. À l’exception des camps de réfugiés, que nous avons recréés à Mumbai, et de certaines séquences à Agra – l’histoire y va brièvement – tout le reste a été tourné au Cachemire. Et nous avons tourné dans tout le Cachemire – L’hôtel Lalit à Srinagar, sur shikaras au milieu d’un lac, sur les eaux stagnantes du Dal, dans une maison déserte de Pandit, près de Hazratbal… nous avons tourné partout.

Pour quelqu’un qui n’est jamais allé au Jammu-et-Cachemire, qui aimerait comprendre les gens et la culture, quels livres ou films recommanderiez-vous?

Oh, tous les vieux films de Shammi Kapoor et Shashi Kapoor et Rajendra Kumar. Voilà comment était le Cachemire. Si belle! RegarderCachemire Ki Kali,Arzoo. Cela vous ramènera au Cachemire comme il était et comme j’espère que cela redeviendra. J’aimerais voir Shah Rukh Khan chanter une chanson d’amour dans un shikara sur le lac Dal!

À ceux qui voyagent au Cachemire, quels endroits et expériences recommanderiez-vous?

Oh, d’abord, voyage dans un shikara, vivent dans une péniche. Ensuite, lorsque vous avez terminé avec le lac, allez dans les montagnes. Visitez Gulmarg – il y a un charmant hôtel appelé The Khyber [Himalayan Resort & Spa] Là. À Pahalgam, il y a un super hôtel qui s’appelle Pahalgam Hotel, c’est mon préféré [place to stay] au Cachemire, presque comme chez moi. C’est un bel hôtel pittoresque, avec la rivière Lidder qui coule devant. En dehors de cela, allez à Tangmarg. Ensuite, il y a Shankaracharya, Hazratbal, Kheer Bhawani… Faites une randonnée, allez vous promener… il y a tellement de choses à faire. Et c’est trop magnifique!

Shikara — L’histoire inédite des pandits du Cachemire sort le 7 février