Bateaux à moteur

Quoi vérifier avant d’acheter un bateau ? 31 étapes importantes pour déterminer l’état d’un navire (guide complet)

[ad_1]

L’achat d’un bateau neuf (ou d’occasion) est l’une des transactions financières les plus importantes de votre vie.

Il est important de procéder à une inspection approfondie avant de mettre de l’argent sur la table.

Dans cet article, nous couvrons les points essentiels à retenir lors de l’inspection d’un nouveau bateau. Cette liste de contrôle vous aidera à déterminer l’état du navire afin que vous puissiez obtenir le meilleur rapport qualité-prix :

Zones importantes à couvrir dans une liste de contrôle d’inspection de bateau

Avant d’acheter un bateau, il est utile de jeter un regard franc sur chaque aspect du navire pour s’assurer que tout est en parfait état. Cela vous permet d’éviter des pièges coûteux.

Cela permet également au vendeur d’identifier les éléments susceptibles d’affecter la commercialisation de son bateau.

Un expert maritime peut vous aider à identifier les défauts d’un nouveau bateau. Cependant, il est important que vous sachiez quoi vérifier lorsque vous concluez une telle affaire.

Voici les principales choses à inspecter avant d’acheter un bateau :

  • Extérieur
  • Intérieur
  • Équipement de fonctionnement

Liste de contrôle d’inspection extérieure

L’extérieur d’un bateau est la partie la plus importante du navire car il est en contact direct avec l’eau.

Tout défaut extérieur que vous n’avez pas détecté avant d’acheter peut vous coûter des milliers de dollars en réparations.

Cela peut également réduire l’excitation de posséder un bateau. Utilisez cette liste de contrôle pour vous assurer que tout va bien.

1) Coque

Vous voulez commencer votre inspection par une promenade rapide autour du bateau pour un aperçu général.

Vérifiez l’apparence des parties importantes de la coque telles que les virures, les bouchains et l’étrave. Y a-t-il des fissures, de la peinture écaillée et des dépressions ?

Tapotez toute la coque avec le manche en plastique d’un gros tournevis ou d’un maillet. Si vous entendez un son solide de « thunk », c’est un bon signe.

Un son aigu ou sourd est le signe d’un vide. Les fissures ouvertes, les modèles de contrainte et toute déformation évidente sont un signe révélateur d’accidents.

Examinez la coque pour les cloques. Un bateau neuf ne devrait pas avoir d’ampoules, mais les petites ampoules restent tolérables. Cependant, des cloques sévères suggèrent des problèmes graves qui nécessitent une enquête plus approfondie.

Tous les problèmes de coque ne sont pas assez sérieux pour exclure un bateau.

Cependant, toute marque de contrainte ou fissure sur la coque peut compromettre la capacité du bateau à résister à une collision.

Une coque affaiblie peut accélérer l’effet de l’environnement marin hostile sur le navire. Une peinture dépareillée sur la coque indique qu’ils ont réparé le bateau une fois terminé. Si vous avez des doutes, demandez conseil à un professionnel.

2) Quille

La quille doit fonctionner en ligne droite d’avant en arrière.

Il doit être droit horizontalement et ne présenter aucun signe de dommage ou d’usure.

Votre géomètre devra peut-être passer sous le bateau pour bien voir la quille.

3) Pont

Comme la coque, le pont doit être étanche et ne présenter aucun vide dans le stratifié.

Examinez le pont pour la pénétration d’humidité, les vides et le délaminage.

À l’aide des outils indiqués ci-dessus, enveloppez bien l’ensemble du jeu et gardez une oreille attentive pour tout son étrange. Vous voulez que le pont soit solide et sans défaut physique.

Les fissures, les bosses, les dépressions, les points faibles et la décoloration de la peinture indiquent de graves défauts qui nécessitent une enquête approfondie.

Si vous entendez un son creux après avoir frappé le pont avec un maillet, examinez les panneaux en fibre de verre et en bois pour voir s’ils sont endommagés. En outre, il est important que les accessoires de pont tels que les taquets et les cadènes soient étanches et exempts de dommages.

4) Poste de pilotage

Vérifiez que la direction est libre et facile à déplacer.

Les cadrans doivent être exempts de buée et de buée et les commandes ne doivent présenter aucun signe d’humidité. Testez les équipements de navigation pour vous assurer qu’ils sont en parfait état.

La transmission doit passer facilement sans bruit. S’il fait un son maladroit, quelque chose ne va pas.

5) Joint coque-pont

Vous souhaitez que votre bateau soit livré avec des joints coque-pont collés, boulonnés ou vitrés.

Ceux-ci sont plus robustes et plus durables que les joints rivetés ou vissés.

Les espaces entre les joints ne doivent pas se trouver dans le casier à mouillage, les meubles de la cabine et la salle des machines, car ce sont des points d’entrée potentiels pour l’humidité.

6) Moulure Garniture

Un nouveau bateau doit avoir une moulure ajustée et bien finie.

Vérifiez à l’intérieur des armoires et des couchettes pour tout problème structurel.

La fibre de verre doit lier les cloisons à la coque pour une meilleure étanchéité à l’eau.

Les filets de mastic ou de mousse empêchent l’accumulation de pression entre la coque et la cloison et renforcent la structure pour éviter les fissures de la fibre de verre.

7) Matériel

Vérifiez que le matériel de pont tel que les stabilisateurs, les toits, les guindeaux et les tours sont fermement boulonnés.

Il est préférable d’utiliser des boulons métalliques avec des plaques de support. Les plaques de support en fibre de verre, en aluminium ou en acier inoxydable sont les meilleures, mais le support en bois fera également l’affaire.

Il est important que la quincaillerie de pont ait un composé de literie pour l’imperméabilisation.

S’il y a des renflements du composé à la base des attaches, cela montre qu’elles sont étanches.

8) Coussins

Vérifiez la qualité du rembourrage.

Y a-t-il des taches ou des filigranes sur les coussins ?

Si vous constatez des détériorations dues à des dégâts des eaux ou à l’usure, le vendeur pourra être amené à les changer.

9) Trappes

Les trappes sur le pont et le tableau arrière doivent être étanches.

Vérifiez que les trappes ont des loquets, des joints et des gouttières pour une étanchéité à 100 % afin d’éviter les inondations.

Recherchez la corrosion, l’excès de calfeutrage et les signes de dommages. Vérifiez si les trappes s’ouvrent librement.

Faites également attention à l’eau et à toute odeur étrange dans les compartiments auxquels vous accédez par chaque trappe.

Toute odeur de gaz ou d’eau peut indiquer une trappe défaillante.

10) Pare-brise

Le pare-brise, les rideaux supérieurs et latéraux doivent être correctement fixés au pont.

Vérifiez les espaces qui pourraient permettre à la pluie et aux embruns d’atteindre les commandes.

Si le pare-brise ne peut pas empêcher l’eau d’entrer, vos voyages seront humides quelle que soit la météo.

11) Feux de navigation

Vous voulez que tous les feux de pont soient visibles sans obstructions.

Les équipements, les structures de pont et la position des feux ne doivent pas se chevaucher pour assurer une visibilité maximale tout autour du bateau.

12) Rail de vie

Inspectez les rails et la chaire pour l’ajustement et la finition. Vous voulez que les chandeliers et les rails de sauvetage soient solidement boulonnés au pont.

Les chandeliers et les rails en acier inoxydable sont plus solides et offrent une meilleure résistance à la corrosion, mais sont coûteux.

Les balustrades en aluminium zinc peuvent être plus abordables et esthétiques au début, mais elles ont une faible résistance à la corrosion.

Recherchez des signes de rouille à l’endroit où les rails et le pont se rencontrent, car cela peut entraîner des fuites.

Intérieur sur le bateau à vérifier

L’inspection intérieure consiste à vérifier la sole (plancher de la cabine), l’aménagement, la finition, la cuisine et les couchages.

13) Étanchéité à l’eau

Sous les ponts, vous voulez être au chaud, au sec et à l’aise. Vérifiez chaque espace pour des traces d’eau.

S’il y a des signes de corrosion ou des filigranes, ou une peinture écaillée, posez des questions.

Examinez les espaces de l’armoire et le rangement pour voir si l’installation est solide. Vérifiez le travail de fibre de verre pour le collage ou le vissage de mauvaise qualité car la fixation sont des points d’entrée d’eau potentiels.

14) Rembourrage

La sellerie offre-t-elle le niveau de confort que vous désirez dans un bateau ? Examinez le matériau utilisé pour les coussins, les tables et les chaises.

Dans l’environnement marin, les tissus spécialisés et les matériaux de coussin sont les matériaux de rembourrage appropriés.

15) Sécurité de la cabine

La cabine doit offrir des niveaux de sécurité adéquats. La quincaillerie de la cabine doit être correctement fixée.

Assurez-vous que les gaz d’échappement du moteur ne s’infiltrent pas dans l’habitacle.

Il devrait également y avoir un interrupteur de coupure pour la source du réservoir de propane. Vérifiez que le drain de l’évier et les autres tuyaux traversant la coque se connectent correctement à un raccord passe-coque avec une vanne de passe-coque.

16) Cuisine

Sur les eaux agitées, la porcelaine, les lave-vaisselle et autres appareils mal fixés peuvent devenir des projectiles. L’équipement de cuisine doit être boulonné et monté à l’arrière afin qu’il ne bouge pas librement lorsque vous frappez des eaux orageuses.

Les portes du congélateur et du réfrigérateur ne doivent pas avoir de charnières sur le côté arrière pour les empêcher de s’ouvrir lorsque le bateau est dans un avion.

Le poêle, le stockage de propane, l’évier, le robinet et les autres appareils doivent être installés, fonctionnels et bien fixés.

Inspectez également les couchages, les portes, les meubles, les loquets et les tiroirs. Examinez les systèmes de climatisation et de divertissement pour une installation et un fonctionnement corrects.

17) Espace casier

Le bateau a-t-il suffisamment d’espace de coffre? Les casiers sont-ils facilement accessibles et étanches ?

Les casiers sont-ils suffisamment sécurisés pour empêcher leurs provisions de se déverser sur des eaux agitées ? Vous voulez que vos casiers soient spacieux, stables et sécurisés en toutes circonstances.

Équipement de fonctionnement que vous devriez vérifier

Le moteur, les systèmes électriques et les systèmes de propulsion du bateau doivent être en parfait état.

Voici les éléments à couvrir lors de l’inspection de l’équipement de fonctionnement :

18) Moteur

Effectuez des tests approfondis sur le moteur pour certifier qu’il est OK.

Effectuez une inspection et une évaluation approfondies du moteur, de la salle des machines, des lits et des supports.

Vérifiez que la trappe du moteur s’ouvre facilement et que les tuyaux de ventilation doivent être libres. Les numéros de moteur doivent correspondre à ceux du contrat.

Un bon moyen de connaître l’état de santé du moteur est de le faire tourner à plein régime en cours.

Si le moteur dépasse ou n’atteint pas la plage de régime maximale du fabricant, il se peut qu’il y ait un problème avec lui ou l’hélice. Vous devez également inspecter la transmission et tous les autres composants accessibles.

Vérifiez que la hauteur des colonnes montantes d’échappement est au-dessus de la ligne de flottaison pour éviter les retours d’eau. Il doit également être fixé solidement avec un support approprié.

Examinez l’échappement pour les trous car cela peut permettre à l’eau et aux gaz d’échappement de pénétrer dans l’espace intérieur et la cale du bateau.

Vérifiez également que les refroidisseurs du moteur fonctionnent correctement et que les tuyaux d’admission d’eau brute sont doublement serrés à chaque extrémité.

19) Huile moteur

Testez l’huile moteur pour l’eau, le grain, la couleur et l’odeur.

S’il sent le brûlé ou contient de l’eau, il se peut qu’il y ait une fissure dans le bloc moteur. L’huile visqueuse laiteuse indique de graves problèmes de moteur.

Les conduites de carburant et le filtre à carburant doivent être exempts de débris et de condensation.

Sinon, le moteur perdra de la puissance et crachotera périodiquement. et risque d’être endommagé.

20) Hélice

Les arbres de transmission doivent être droits et vrais. Ils doivent être solides, solides et avoir un support solide.

Vérifier que la bride de l’arbre et celle de la transmission n’ont pas de jeu ou de décalage au point de rencontre.

Si le bateau a une hélice in-bord, vérifiez que la distance entre la coque et chaque pointe est la même.

21) Direction

Vérifiez que le mouvement du gouvernail est fluide et facile. Inspectez les infiltrations d’eau dans le gouvernail et vérifiez l’usure et le desserrage des charnières.

Un bon moyen de vérifier s’il y a un faible niveau de liquide ou des fuites dans le volant est de le tourner de butée en butée.

Au-dessus de sept tours suggère une direction lâche.

Vous voulez que les gouvernails tournent complètement jusqu’à leurs arrêts. La pompe de direction hydraulique doit être de la taille idéale spécifiée par le fabricant.

Le pilote automatique et les flexibles doivent être en excellent état.

22) Batterie

Vérifiez qu’aucun système (à l’exception des pompes de cale) n’est connecté directement à la batterie.

Tous les équipements CC doivent être en ligne et hors ligne lorsque vous allumez et éteignez l’interrupteur principal de la batterie. Les pompes de cale automatiques sont le seul engrenage qui doit rester allumé.

Une batterie inutilisée pendant plus de deux mois pourrait avoir perdu plus de 35 % de sa charge.

Vérifiez également que l’alternateur fournit une puissance adéquate à la batterie. Et testez le chargeur de batterie pour vous assurer qu’il fournit la tension de charge appropriée.

23) Connexions de câblage

Assurez-vous que toutes les installations électriques sont conformes aux bonnes pratiques et aux exigences de sécurité.

Assurez-vous qu’il n’y a pas de fils lâches et dénudés, y compris les connexions scellées avec des rubans électriques.

Faites également un test pour voir si l’équipement électrique fonctionne correctement.

Testez les fuites de courant vagabond sur le bateau.

24) Cale

Inspectez la cale et les pompes de cale pour vous assurer qu’elles fonctionnent correctement.

La pompe de cale automatique doit fonctionner lorsque l’alimentation CC est coupée et être livrée avec une commande de dérogation manuelle.

25) Jauges

Inspectez les jauges de carburant, de pression et d’huile pour une installation et un fonctionnement corrects.

Testez chaque système de contrôle qui fournit des informations vitales sur le navire pour une meilleure connaissance de la situation.

26) Plomberie

Assurez-vous que chaque composant du système de plomberie fonctionne parfaitement.

Testez les vannes pour voir si elles s’ouvrent et se ferment facilement.

Inspectez et testez les toilettes, la douche, la pompe, le robinet et chaque partie de la tête.

Vérifiez les crépines, les tamis et les tuyaux pour les fissures, la fragilité et les fuites. Une odeur d’humidité ou de moisi et des taches d’eau ou des flaques d’eau peuvent indiquer une fuite quelque part dans le système de plomberie.

La tête et le réservoir de rétention sont-ils accessibles ou avez-vous besoin de dévisser des pièces du bateau pour le vider ?

Vous voulez que le système ait une vanne Y afin que vous puissiez désactiver l’option de décharge directe pendant que vous êtes dans le port. Quoi que vous fassiez, assurez-vous que la tête ou le réservoir de rétention est facile à nettoyer et suffisamment grand pour le nombre de personnes qui passeront du temps sur le bateau.

27) Système de carburant

Inspectez le réservoir, le filtre à carburant, le réservoir et les supports, l’arrêt et les conduites de carburant.

Assurez-vous qu’il n’y a pas de fuites et que le compartiment est étanche.

28) Mât et gréement

Pour les voiliers, vous devez également inspecter le mât et le gréement pour les éléments suivants :

  • Vérifiez que le mât, la bôme et les poteaux sont en bon état.
  • Examinez toutes les pièces mobiles, y compris les poulies de tête de mât, les poulies associées, les treuils et les soudures.
  • Inspectez le fil de gréement pour déceler les frottements et les brins cassés et autres connexions.
  • Faites attention aux fissures, à la corrosion et aux déformations des terminaux oculaires.
  • Le mât doit être plat, droit et sain sans dommages, corrosion ou défauts de surface.
  • Examinez les pièces jointes, les raccords et les épandeurs de toile pour détecter les frottements, l’usure et la corrosion.

29) Équipement de sécurité

Inspectez et testez pour vous assurer que le système d’extinction automatique d’incendie est installé et fonctionne correctement.

Découvrez la quantité, la taille et le type d’extincteurs fixes sur le bateau. Assurez-vous qu’ils sont conformes aux exigences de la Garde côtière et locales.

Le bateau doit avoir des signaux de détresse visuels, des feux de navigation et des signaux sonores.

Des détecteurs de fumée, des détecteurs de monoxyde de carbone, des dispositifs de flottaison individuels et des trousses de premiers soins devraient également être disponibles. Il devrait y avoir une ventilation adéquate pour la salle des machines et le tuyau d’échappement.

30) Lignes

Vous souhaitez inspecter les différentes conduites et câbles pour détecter les frottements, l’usure et la corrosion.

Vérifiez l’ancre et le câble d’accélérateur pour les effets de la corrosion, car ils sont souvent plus exposés.

31) Vérifier les pièces manquantes

Est-ce que quelque chose n’est pas à sa place ? Faites attention aux boulons et vis égarés autour du bateau.

Si vous voyez un trou qui semble contenir quelque chose ou des fils exposés, quelqu’un a peut-être retiré quelque chose du navire.

Qui devrait effectuer une inspection de bateau neuf?

Pour de meilleurs résultats, engagez un expert maritime qualifié pour une inspection détaillée du bateau avant de signer un accord.

Évitez les personnes qui ne travaillent que sur les quais mais se présentent comme un expert maritime.

Demandez des références ou contactez les associations de géomètres maritimes pour un professionnel près de chez vous.

Cela peut vous surprendre que les nouveaux bateaux nécessitent des contrôles et des inspections aussi approfondis. Cependant, de nombreuses personnes ont appris à leurs dépens après avoir fait des folies sur le bateau de leurs rêves et avoir été déçues.

Vous ne voulez pas être cette personne.

Combien de temps dure une inspection de bateau ?

La durée réelle d’une inspection de bateau dépend de plusieurs facteurs. Il faut environ une journée pour effectuer les inspections sur la plupart des petits bateaux.

Les plus gros navires tels que les yachts et les grands catamarans peuvent nécessiter plus d’une journée.

L’arpenteur peut inspecter un bateau dans l’eau pendant l’été en une journée.

Cependant, le mauvais temps, l’horaire du chantier, la période de l’année et l’emplacement du bateau peuvent tous retarder ou accélérer le processus d’inspection.

L’étendue de l’inspection est également un facteur important. Alors que certaines inspections se limitent à l’examen des systèmes du bateau, au nettoyage du fond et à un court-courrier, d’autres sont plus détaillées.

Si vous souhaitez une inspection et des tests complets du moteur et d’autres systèmes vitaux du bateau, l’expert maritime peut nécessiter plus d’une journée pour terminer le travail.

Sur les voiliers, vous pouvez également vérifier les mâts et le gréement.

Après l’inspection, l’expert a besoin de temps pour rédiger un rapport évaluant l’état de santé du bateau, les conclusions et les recommandations.

Le temps dont vous avez besoin pour effectuer une inspection du bateau dépend de l’état de l’embarcation et de la complexité de ses systèmes.

Si le bateau est en pleine forme, il n’y aura pas grand-chose à étudier. Cependant, de graves défauts de construction et le non-respect des réglementations et des normes nécessitent des investigations plus poussées.

Parfois, vous aurez peut-être besoin d’un professionnel pour vérifier les choses avant de pouvoir terminer l’inspection.

Quel est le coût d’une inspection professionnelle de bateau?

L’expert maritime peut facturer un taux forfaitaire ou un taux horaire. S’il utilise un forfait, celui-ci sera fonction de la longueur du bateau.

Les tarifs vont d’environ 20 $ par pied linéaire sur les petits bateaux. Le prix augmente avec la taille et la complexité du navire, surtout si vous inspectez un vieux bateau.

Pour une estimation approximative, déterminez la longueur du bateau et multipliez par 20 $.

Pendant ce temps, d’autres facteurs peuvent augmenter le prix de l’inspection. Une enquête sur les moteurs peut vous coûter 500 $.

Si la coque est sale et a besoin d’un lavage à pression, cela coûte environ 15 $ par pied, et la facture peut être à votre charge. Négociez cela avec le vendeur.

Cependant, le vendeur paierait le carburant et le capitaine si cela était nécessaire.

Comment réduire les coûts d’inspection des bateaux

Vous pouvez réduire le coût de l’inspection en aidant le géomètre.

Ne laissez pas les choses que vous pouvez inspecter vous-même au professionnel. Aidez-le à ouvrir les trappes, à tirer le matériel, à tester les appareils et à retirer les éléments qui pourraient perturber le flux de travail.

Si vous remarquez un défaut qui vous fait changer d’avis sur l’achat du bateau, dites à l’expert de l’inspecter immédiatement.

Si le problème est suffisamment grave pour disqualifier le bateau, arrêtez l’inspection sur place.

De cette façon, vous ne perdez pas le temps du géomètre et économisez de l’argent.

Liste de contrôle des moteurs diesel marins

Si un moteur diesel prend une grande partie de la valeur d’un bateau, il est important d’effectuer une étude détaillée de la machine avant et pendant l’essai en mer.

Pendant l’inspection, vérifiez les défauts visuels et gardez les oreilles ouvertes.

Voici un guide simple que les professionnels utilisent lors des inspections de moteurs diesel :

Inspectez l’installation du moteur :

Examinez les pièces suivantes pour l’usure et les dommages :

  • Lits de moteur: Vérifiez qu’il n’y a pas de fissures, de mélange eau/huile et de flaques d’eau ou d’humidité.
  • Supports de moteur de moteur: Examinez les supports à la recherche de fissures, de défauts d’alignement et de distorsions.
  • Arbre d’accouplement moteur: Sont-ils correctement alignés ? Vérifiez qu’ils sont bien boulonnés et que les fixations sont en bon état.
  • Tuyaux: Ceux-ci doivent être souples et exempts d’usure et de fissures.
    • Toute fissure ici peut provoquer une infiltration d’eau dans le bloc moteur.
    • Assurez-vous également que les deux extrémités des tuyaux sont serrées. Les colliers de serrage doivent être exempts de corrosion, d’usure et pas trop serrés.
  • Câblage: Les connexions électriques au moteur et aux batteries doivent être isolées. Faites attention aux rubans électriques et aux fils nus.
  • Courroies de moteur: Appuyez doucement sur chaque courroie du moteur avec votre pouce. Si la dépression est supérieure à 1/4″, il y a un problème.

Joints et joints :

Inspectez le bloc, le collecteur et le carter d’huile à la recherche de fuites et de points de chaleur car ils indiquent une surchauffe.

Examinez les joints des injecteurs, des conduites de carburant et des pompes de relevage.

Vérifiez les fuites autour des réservoirs de carburant et des filtres à carburant. Quelle est l’odeur de l’endroit ? Diesel, humide ou huile ?

Vérifiez les jauges :

Lire les jauges du carter d’huile et de la boîte de vitesses.

Ne nettoyez pas la jauge avec un chiffon ; utilisez votre main.

Si l’huile est granuleuse ou contient des particules, c’est un signe d’usure grave du moteur.

Vérifiez la couleur et la lecture dans le deuxième sondage. Si le lubrifiant sent le brûlé ou semble laiteux ou pétillant, le bloc moteur peut être fissuré.

Vérifiez le boîtier de la turbine :

Examinez les aubes de la turbine pour l’usure et la distorsion.

Si vous trouvez des puces, cela doit être résolu.

Inspectez les anodes en zinc :

Inspectez les anodes en zinc sur l’arbre d’hélice ou la coque, ainsi que dans l’échangeur thermique du moteur si elles sont utilisées.

Un zinc d’arbre entièrement compromis ne peut pas remplir sa fonction d’empêcher la corrosion de la transmission, c’est donc un problème sérieux.

Testez le moteur en direct :

Faites tourner le moteur à plein régime pour identifier les défauts cachés.

Alimentez le moteur au maximum et vérifiez les fluctuations du régime, de la pression d’huile et de la température de l’eau.

Examinez également le presse-étoupe pour détecter les fuites, vérifiez l’alignement de l’arbre et les joints du tuyau au raccord pour détecter les fuites.

Derniers mots :

Beaucoup de choses peuvent mal se passer avec un nouveau bateau, mais une inspection complète peut vous aider à éviter d’acheter un bateau énergivore.

Le mieux que vous puissiez faire est de faire appel à un expert maritime qualifié pour vous aider dans les inspections.

Mais si vous ne pouvez pas engager un géomètre, il est utile de savoir à quoi faire attention.

Et c’est pourquoi nous avons recherché et créé cette liste de contrôle d’inspection complète lorsque vous souhaitez acheter un nouveau bateau.

Nous espérons que cet article vous aidera à vous orienter dans la bonne direction lors de vos achats de bateaux !

[ad_2]

Super post