Le Cléac’h remporte l’étape et mène la 51 ème Solitaire du Figaro

Dunkerque, France (8 septembre 2020) – Au départ d’une course quasi parfaite de 404 milles depuis la Baie de Saint-Brieuc où les 35 skippers solos avaient pris le départ deux jours plus tôt, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) a remporté l’étape 2 du 51e La Solitaire du Figaro lorsqu’il a franchi la ligne d’arrivée au large de Dunkerque aujourd’hui à 16: 20: 34h heure locale.

Le vainqueur de 43 ans du dernier Vendée Globe a mis 2 jours 5 heures 20 minutes et 34 secondes pour décrocher la septième victoire d’étape de sa carrière à La Solitaire, qui s’étend désormais sur 20 ans et deux victoires au général en 2010 et 2013.

Alors que Le Cléac’h reprend la première place du classement général après deux étapes, la deuxième place du Britannique Sam Goodchild a livré le premier podium britannique à l’ère moderne de la course, certainement depuis que Clare Francis a remporté la dernière étape de Kinsale au Croisic. en 1975.

Goodchild, 30 ans, qui a passé les six premières années de sa vie à sillonner les Caraïbes avec ses parents avant de se lancer à l’adolescence à l’école en Angleterre, a terminé 34 minutes et six secondes derrière Le Cléac’h et deux minutes et 22 secondes d’avance. de Yann Eliès (Queguiner Materiaux-Leucémie Espoir), triple vainqueur de La Solitaire.

Goodchild a révisé Eliès dans les derniers kilomètres jusqu’à la ligne pour se retrouver pris en sandwich entre les deux seuls gagnants multiples de La Solitaire. Il prend la troisième place du classement général, 43 minutes et 59 secondes derrière Le Cléac’h et à seulement six minutes et 29 secondes du deuxième Xavier Macaire (Groupe SNEF).

«Passer Yann était la cerise sur le gâteau», a souri un Goodchild épuisé qui a terminé neuvième sur les 642 milles de la première étape du Fastnet et retour. «Quand j’ai déménagé en France il y a dix ans, j’ai admiré ces gars et les ai admirés. Yann remportait le Figaro à l’époque et être sur un podium entre les deux aujourd’hui est assez spécial. Je ne m’attendais pas à ce que cela se produise et c’est vraiment cool. Je vais essayer de continuer à faire du bon travail pour le reste de la Solitaire.  »

Le skipper solo britannique en est à sa première année de retour à La Solitaire après une pause de quatre ans, et est en passe d’améliorer sa 11e place au général en 2014. Marquer un deuxième et premier dans les courses d’échauffement avant que La Solitaire ne montre qu’il était en forme bien qu’il s’agisse de sa première saison dans le seul design Figaro Beneteau 3.

Sa deuxième place aujourd’hui est le résultat d’une bonne vitesse, d’une tactique solide et de la patience, en enlevant des bateaux tout au long des deux secondes étapes après avoir contourné le phare d’Eddystone en sixième.

«Armel a eu une course impressionnante et a mené du début à la fin, donc c’est le mieux que je puisse faire après avoir appelé le bon tir lors du match aller», a reconnu Goodchild. «C’était lent à venir. Cela s’est produit avec un mouvement à la fois et est allé bateau par bateau. Je suis vraiment content de la deuxième, c’est sûr et je vais juste devoir essayer de ne pas la laisser mettre trop de pression pour le reste de la Solitaire.  »

La victoire d’étape de Le Cléac’h est sa première depuis 2013 quand il a gagné de Porto à Gijon, mais il semble penser que son jeu rappelle sa victoire au général de 2010 quand il a triomphé sur trois des quatre spéciales.

«J’ai le sentiment d’être en harmonie avec le bateau, avec ma stratégie, mais aussi d’être bon en vitesse, un domaine dans lequel je n’étais peut-être pas aussi bon au match aller», a déclaré Le Cléac’h. «J’ai réussi à faire ce que je voulais. Je me suis bien positionné et quand j’ai pris la tête d’Eddystone, j’étais content de ma stratégie, cela m’a donné confiance pour l’avenir.

«Je suis super content, c’est certainement ma septième victoire d’étape, mais surtout c’est une bonne victoire d’étape, je suis content de la façon dont ça s’est passé, c’était stratégiquement construit et après ça, il y avait la bonne vitesse, tout allait bien tout au fait, je suis satisfait à 100%. »

Dans la montée vers le nord à travers la Manche jusqu’à Eddystone, Le Cléac’h a fait son coup gagnant, se trompant le plus à l’est où il était le mieux placé pour le vent qui s’est produit alors qu’un front occlus se dissipait.

Après le virement de bord, son influence au nord de la flotte s’est avérée définitive et il a été en mesure de mener au virage de Plymouth, et n’a jamais été défié par le peloton de chasse sur ce qui s’est avéré une finale très intense de 100 milles empannant un couloir étroit lié par le des voies de navigation vers le nord, alors qu’elles contournaient la voie de navigation la plus fréquentée du monde.

«Ce choix, plusieurs itinéraires l’ont donné, mais il y avait un élément de risque de tomber dans un vent léger, Armel y est allé, pas les autres», admire Christian Le Pape, le patron du groupe Finistère Course Offshore Training à Port-la -Forêt, où Le Cléac’h s’entraîne depuis ses débuts au Figaro Bénéteau il y a près de vingt ans.

«C’était peut-être un peu courageux, mais je pense qu’il a probablement vu que le nuage s’était éloigné devant lui, suggérant que l’occlusion était en cours», a suggéré Marcel van Triest, qui travaille sur la stratégie météo avec Le Cléac’h ainsi que Goodchild .

«J’étais déterminé, assez sûr de mon choix, je voulais vraiment me positionner au nord de la flotte pour anticiper le vent», a confié Le Cléac’h. «Cela s’est bien passé et m’a permis de dépasser Eddystone à la première place et de m’échapper. Quand j’ai senti que ça commençait à ralentir un peu après le point de départ, j’ai profité de l’occasion pour appuyer, j’ai beaucoup piloté, car je savais que ces mètres allaient compter double.

Détails de la courseClassementTraqueurFacebook

La course à quatre étapes en solitaire de 1830 nm dans le monotype de dernière génération à fleuret Figaro Bénéteau 3 est un terrain d’essai très compétitif pour les solitaires. Analyse du parcours par le directeur de course:

Étape 1: un voyage de 642 milles vers le Fastnet et retour (30 août au 2 septembre)

«Le seul waypoint de cette première longue étape sera le Fastnet Rock, qu’ils devront laisser à tribord. Cela va être très ouvert pour les solitaires dès le départ, chacun essayant de trouver la bonne tactique et d’éviter les pièges de la Manche et de la mer Celtique », a expliqué Francis Le Goff. Une fois sortis de la baie de Saint-Brieuc, les skippers se dirigeront vers l’Irlande en évitant les rochers autour des îles Scilly et en respectant les différentes voies de navigation (TSS) à l’ouest de Cornwall à l’aller et au retour. Tout est possible. Ils peuvent aller à l’intérieur ou à l’extérieur des îles, nous pouvons donc nous attendre à un jeu tactique passionnant …


Etape 2:404 miles jusqu’à Dunkerque via la côte anglaise (6 au 8 septembre)

À l’origine, à 497 milles de Dunkerque via la côte anglaise, une prévision de vent léger a raccourci la marque de virage la plus au nord à Eddystone au large de Plymouth et non à Wolf Rock au large de Lands End comme programmé. Dès le départ, ce sera une étape de 120 milles marins jusqu’au phare d’Eddystone suivie d’une longue et rapide course sous le vent de 160 milles vers l’est jusqu’à une marque, Antifer, au large du Havre, puis 100 milles de plus en procession sous le vent jusqu’à Dunkerque, la flotte s’engageait de plus en plus dans une voie étroite, empannant à plusieurs reprises un cours délimité par des hautes terres au sud et la voie de navigation interdite à leur gauche. Les dirigeants sont attendus à Dunkerque après environ deux jours et demi de mer.


Étape 3: une étape côtière de 504 milles de Dunkerque à Saint-Nazaire (12 au 15 septembre)

Il y aura de superbes vues en cours de route dans cette troisième étape avec un large éventail de toiles de fond. Les côtes d’Opale, d’Albâtre, de Nacre de Normandie et de Granit Rose et les falaises escarpées à la pointe de la Bretagne, la Côte Mégalithique de Bretagne Sud, la Côte d’Amour et la Côte de Jade de la Loire Estauaire. Tant de choses brillantes à voir, mais la jambe est pleine d’obstacles: promontoires et caps délicats, courants de marée, îles et rochers, pêcheurs… 500 milles de navigation à haute tension, avec un œil sur les cartes et l’autre sur les voiles avec quelques nuits blanches à venir.


Etape 4: un sprint de 24 heures et 183 milles entre les îles pour la grande finale (19 au 20 septembre)

Après trois étapes difficiles et éprouvantes, les solitaires devront puiser profondément sur leurs réserves pour 24 heures de course, une boucle qui devrait les emmener entre l’Ile d’Yeu et Belle-Île via l’Ile de Groix avant de les voir revenir. en Loire-Atlantique pour couronner le grand vainqueur de cette 51e édition qui s’annonce pleine de rebondissements.


Source: La Solitaire du Figaro