Carnival vend six navires de croisière alors que les réservations se tarissent | Affaires

Carnival a subi des pertes de 4,4 milliards de dollars (3,6 milliards de livres sterling) en trois mois, les activités de la compagnie de croisière ayant été pratiquement coulées par la pandémie de Covid-19.

Les revenus ont chuté à 700 millions de dollars, contre 4,8 milliards de dollars pour la même période de mars à mai en 2019, alors que les réservations se tarissaient et que les compagnies de croisière de la société avaient suspendu leurs traversées après de graves épidémies à bord de ses navires.

Alors que de nombreuses lignes, y compris ses filiales britanniques P&O et Cunard, ont annoncé qu’elles suspendraient leurs opérations au moins jusqu’à l’automne, Carnival espère que certaines activités reprendront à partir de la fin de l’été, avec 475 millions de dollars de réservations pour les traversées de 2020. Il conserve un total de 2,6 milliards de dollars en espèces de ses clients, beaucoup ayant accepté des bons pour de futures traversées en 2021.

De nombreux navires – avec équipage à bord – restent au large et ne peuvent pas accoster en raison des restrictions imposées par les gouvernements. Carnival a déclaré que 21 000 employés étaient toujours à bord de ses navires, soit environ un quart de son équipage, mais il prévoyait de rentrer la plupart d’entre eux d’ici la fin du mois de juin.

La société a averti qu’elle serait confrontée à des coûts d’exploitation et administratifs continus d’environ 250 millions de dollars par mois une fois que tous ses navires seraient en «pause». Seuls 61 des plus de 100 navires de la flotte ont jusqu’à présent réussi à atteindre le port.

Le groupe prévoit de vendre six navires de croisière, qui coûtent généralement entre 500 millions et 1 milliard de dollars neufs, car il cherche à s’adapter à un avenir incertain.

Carnival a déclaré qu’il ne pouvait pas prédire quand les affaires normales reprendraient. Cependant, il «s’attend à reprendre les opérations des clients, après une collaboration avec le gouvernement et les autorités sanitaires, de manière progressive, avec des navires et des marques spécifiques qui reviennent en service au fil du temps».

Il s’attend à ce que les premières croisières de retour «proviendront d’un certain nombre de ports d’attache facilement accessibles», plutôt que du marché des croisières à la mouche, et que ses flottes soient plus petites.

Carnival a déclaré avoir levé plus de 6,6 milliards de dollars cette année en obligations et en émissions d’actions pour augmenter sa liquidité.

Il a déclaré plus tôt cette année que le secteur pourrait ne jamais se rétablir complètement, après avoir été au centre des préoccupations au début de la pandémie. Les passagers du Diamond Princess ont été confinés dans une cabine au large du Japon en février, tandis que le Ruby Princess a été identifié comme un importateur clé de Covid-19 en Australie.

L’opérateur de croisière, qui a dû rapatrier des passagers à un coût énorme, fait face à des poursuites judiciaires de la part de passagers sur des navires touchés par le coronavirus.

Autre signe des difficultés de l’industrie, la compagnie britannique de croisières Cruise and Maritime Voyages a déclaré mercredi qu’elle était en discussion d’urgence avec des investisseurs et des prêteurs potentiels après l’effondrement d’un éventuel accord de prêt.

Super post