Bateaux à voile: types de voiliers, gréements, utilisations et définitions

Les voiliers sont propulsés par des voiles utilisant la force du vent. Il existe de nombreux types de voiliers, également appelés voiliers, dériveurs, yachts à voile et, tout simplement, yachts. Les voiliers varient en taille, des dériveurs légers, tels que le dériveur Optimist (2,36 m) jusqu’aux superyachts de 90 mètres de long.

Voile Hanse 345

Le Hanse 345 est un voilier de 34 pieds parfait pour un couple ou une famille en croisière.

Il existe un éventail beaucoup plus large de voiliers que de véhicules sur nos routes, ce qui peut faire du choix d’un premier bateau approprié une tâche ardue. Les voitures ont toutes une largeur et une longueur similaires, de la Smart Car de 2,5 mètres à la limousine allongée de 8,5 mètres. Cependant, les voiliers englobent une vaste gamme de tailles et peuvent avoir une, deux ou même trois coques.

Différents voiliers et leurs utilisations

Une des clés de cela est que, en tant qu’activité, la voile se présente sous de nombreuses formes. La voile peut aller d’un potier tranquille pendant une heure à deux par une douce soirée d’été à une course complète à travers un océan. Cela va d’une activité sociale relaxante à un sport d’adrénaline à part entière, apprécié par des personnes de tous âges et de tous horizons, sur une vaste gamme de budgets différents avec une variété de niveaux de compétence.

La course de voiliers est un passe-temps en soirée et le week-end pour beaucoup dans les clubs de voile et les clubs de yacht du monde entier. Il existe également des équipes professionnelles de course de voiliers qui prennent part à des courses allant de la course côtière de jour aux équipes en solitaire et en équipage qui parcourent le monde, parfois sans s’arrêter.

Voile optimiste

Un Optimist est un petit dériveur navigué principalement par des enfants.

La croisière en voilier est de loin l’activité la plus populaire et se pratique de nombreuses manières différentes, en utilisant la gamme complète de voiliers sur de nombreux types d’eau, des lacs, rivières et canaux, aux eaux côtières et même à travers les océans.

Étant donné le grand nombre de variétés différentes d’activités de voile, il n’est peut-être pas surprenant qu’il existe un grand nombre de styles de bateaux différents. Certains d’entre eux sont optimisés avec un type de voile dominant à l’esprit, tandis que d’autres équilibrent une gamme de fonctionnalités pour un certain nombre de types d’utilisation différents. Cela peut sembler difficile de choisir le premier bateau optimal, mais ne vous inquiétez pas: essayez-en quelques-uns, puis achetez-en un qui ne dépasse pas votre budget.

bateau à voile au près

Certains voiliers sont tout simplement époustouflants – ici, un grand superyacht se déplace au près.

Changement de mode

Les bateaux, en particulier ceux en fibre de verre, ont une longue durée de vie intrinsèque – il existe encore des exemples des premiers bateaux de ce matériau, construits dans les années 1950, qui sont structurellement en bon état, même si de nombreux systèmes et cosmétiques ont été remplacés plusieurs fois. Au fil des décennies, les modes de conception de yachts ont énormément changé, parfois sous l’effet de tendances particulières à une certaine époque. Dans certains cas, il s’agissait de règles de notation pour les bateaux de course qui créaient des modes qui se répandaient dans les yachts de croisière.

Dans d’autres cas, les caractéristiques particulières étaient motivées par des considérations plus pratiques – avant l’avènement des systèmes modernes de manutention des voiles, les gréements de ketch avec des voiles fixées sur deux mâts étaient populaires, car cela réduisait la taille de chacun. De même, un gréement à tête de coupe avec deux voiles d’avant était également populaire pour des raisons similaires.

Cependant, les systèmes de manutention de voile modernes permettent à une seule personne de manipuler des voiles de deux fois cette taille et beaucoup plus grandes que si des treuils motorisés et des systèmes d’enroulement sont spécifiés. Par conséquent, le gréement de sloop est devenu presque omniprésent ces derniers temps, quelle que soit la taille du bateau.

Il existe également toute une gamme de types de quilles différents. Celles-ci reflètent à la fois les progrès de la conception des bateaux et la grande variété de différents types de voile, allant de la rampe en eau peu profonde au voyage en mer et du potage doux l’après-midi à la course d’adrénaline pleine dans laquelle la plus grande efficacité est primordiale.

Alors que de nombreux acheteurs n’envisageront qu’un navire à la fine pointe de la technologie, il existe également un enthousiasme de longue date pour les métiers traditionnels dans de nombreux domaines de la communauté de la voile. Ce n’est pas simplement l’apanage d’un petit nombre de passionnés de bateaux classiques – il y a des olympiens et des coureurs professionnels du tour du monde dont les propres bateaux sont des classiques parfaitement entretenus. De même, la conception de nombreuses classes de course populaires – même celles privilégiées par les marins d’élite – a plus de 40 ans.

Types de voiliers

Il existe de nombreux types de bateaux pour la voile, différenciés par les caractéristiques distinctives suivantes:

    1. Type de coque: monocoque, catamaran ou trimaran
    1. Type de quille: quille d’aileron, quille d’aile, quille de cale, dérive, ou dérive; quille relevable, quille longue
    1. Type de gouvernail: quille accrochée, dérive accrochée, tableau arrière suspendu, bêche, gouvernails jumeaux
    1. Configuration du mât et voiles: sloop de tête de mât, sloop fractionnaire, ketch, goélette, yawl, cutter, cat rig

Explorons ces différents types plus en détail.

catamaran tag 60

Un catamaran Tag 60 vole sur une coque tout en naviguant.

Type de coque

La coque est la partie principale d’un voilier, généralement en fibre de verre, en métal ou en bois. Le type de coque décrit le nombre de coques.

    • Monocoque – une coque
    • Catamaran – deux coques
    • Trimaran – trois coques

Monocoque les bateaux à voile sont de loin les plus courants et reposent sur une combinaison de la forme de la coque et du poids (lest) de la quille pour la stabilité. Catamarans peut offrir beaucoup plus d’espace intérieur et de surface de pont pour une longueur donnée. Ils sont donc de plus en plus appréciés des propriétaires de yachts de croisière.

Catamarans et trimaran les voiliers ont une stabilité considérablement accrue en raison de leur plus grand faisceau global, mais ils sont plus légers car ils ne sont pas alourdis par une quille et ont une surface mouillée minimale. Cela donne le potentiel pour des vitesses extrêmement plus rapides sous voile. Les deux types d’embarcations sont également appelés «mutihulls».

voile trimaran

Les trimarans ont plus de stabilité de forme que les monocoques ou les catamarans et peuvent être conduits plus durement.

Type de quille

Tous les voiliers ont un ou plusieurs foils sous la coque qui minimisent la marge de manœuvre, la tendance d’un bateau à être soufflé latéralement par un vent de travers. Ceux-ci utilisent le mouvement vers l’avant d’un bateau pour assurer la portance d’une manière analogue à une aile d’avion.

Dans les dériveurs et les multicoques, ceux-ci n’ont pas de poids supplémentaire, mais les monocoques plus grands ont des quilles lestées qui fournissent également un levier pour améliorer la stabilité du navire. Plus le poids du ballast est élevé – ou plus il est suspendu sous la coque – plus la stabilité sera grande.

Types de quille (de gauche à droite): Quille Finn, Quille Bulb, Quille longue. Illustration de Claudia Myatt.

Types de quille (à partir de la gauche): quille finn, quille bulbe, quille longue. Illustration de Claudia Myatt.

Quille à ailettes
Le type de quille le plus courant est de loin une quille simple sous le milieu du bateau. Celles-ci sont généralement étroites en coupe transversale, courtes par rapport à la longueur de la coque et représentent 30 à 45% du poids total du bateau.

Quille aile ou bulbe
Une variante de la quille à ailettes, avec un poids concentré dans une ampoule ou une paire d’ailettes au bas du foil. Cela augmente la stabilité, car le poids est concentré plus bas, ou permet un tirant d’eau réduit pour faciliter la navigation en eau peu profonde. En revanche, la présence de l’ampoule ou des ailes augmente la traînée.

Quille longue
Une quille longue (ou pleine longueur) se trouve souvent sur les voiliers traditionnels. Il a une forme plus longue, moins profonde et plus large qui se marie avec la forme générale de la coque. Bien que populaires dans certains cercles pour la navigation longue distance, les bateaux à longue quille ont tendance à être difficiles à manœuvrer en marche arrière et à avoir un grand rayon de braquage, ce qui peut être gênant, voire stressant, lors des manœuvres dans l’espace confiné de nombreuses marinas.

Types de quille: quille de cale, quille pivotante, quille relevable

Types de quille (à partir de la gauche): quille de cale, quille pivotante, quille relevable. Illustration Claudia Myatt.

Quille de cale
Deux quilles peu profondes, situées de chaque côté de la ligne médiane de la coque. Les voiliers à quilles de cale peuvent se tenir debout sur le sable ou la boue à marée basse. Les quilles de cale réduisent également la tendance à rouler, agissant comme des ailettes de stabilisation.

Normalement adaptés aux petits yachts à voile, de nombreuses quilles de cale ne sont pas aussi efficaces que les quilles à ailettes conventionnelles pour réduire la marge de manœuvre, bien que les meilleures puissent surpasser un modèle de quille à ailettes peu profonde mal conçu de tirant d’eau équivalent.

Dériveurs et dérives
Ce sont des appendices mobiles qui résistent à la marge de manœuvre mais peuvent être retirés dans la coque du bateau pour réduire le tirant d’eau pour les eaux peu profondes, ou pour faciliter le chargement sur une remorque. Les deux sont normalement non lestés, en particulier dans les dériveurs et de nombreux dayailers. Les dériveurs tournent sur une goupille qui permet à la partie inférieure de basculer vers le haut dans le bateau. En revanche, les dérives glissent de haut en bas dans une fente verticale.

Quilles pivotantes et quilles de levage
Ce sont essentiellement les mêmes que les dérives et dérives respectivement, mais avec l’ajout de ballast pour améliorer la stabilité.

dérive et dérive

Sur ces dériveurs, vous pouvez clairement voir la différence entre une dérive et une dérive. Illustration Claudia Myatt.

Type de gouvernail

Gouvernail suspendu à la quille
Cela se trouve uniquement avec de longues quilles à voile de forme traditionnelle. Il est facile de créer une grande résistance quand ils sont construits, et il est peu probable que les feuilles soient accrochées par des casiers à homard ou des obstructions sous-marines similaires. Cependant, il est presque impossible de créer une forme efficace, ce qui signifie que la direction a tendance à être plus lourde et que plus d’angle de barre est nécessaire, ce qui augmente la traînée et ralentit le bateau.

Gouvernail suspendu Skeg
Il s’agit d’un développement ultérieur sur les voiliers à quille plus courte, avec un appendice vestigial sous la coque auquel le palier inférieur du gouvernail est fixé. Une sorte d’étape à mi-chemin entre un safran suspendu à quille et un gouvernail à pelle. Il est souvent considéré comme un agencement solide, mais en réalité, cela dépend de l’ingénierie de l’agencement particulier et de la qualité de la fixation du skeg à la coque.

Gouvernail de direction
C’est la disposition de base adoptée par la grande majorité des nouveaux modèles de voiliers depuis le milieu des années 1980. La lame est généralement construite autour d’un stock métallique qui s’étend vers le haut dans un tube à l’intérieur de la coque qui lui donne un soutien. S’il est correctement conçu, cela peut être un arrangement très solide qui donne un excellent contrôle.

Gouvernail suspendu au tableau
Il s’agit généralement d’une variante du gouvernail à bêche, mais avec le foil accroché à l’arrière du bateau.

Gouvernails jumeaux
Il s’agit d’un arrangement plus récent qui a d’abord trouvé la faveur parmi les yachts de course en solitaire longue distance, mais qui s’est maintenant répandu beaucoup plus largement, y compris dans de nombreux yachts de croisière. Lorsque le bateau est complètement alimenté – comme avec une augmentation inattendue du vent – les deux gouvernails ont tendance à être plus efficaces qu’un seul foil central, permettant de maintenir le contrôle plus longtemps. En revanche, le bateau peut être moins réactif lors des manœuvres à moteur, car l’hélice passe entre les gouvernails.

Configuration du gréement et voiles

Différentes configurations de gréement et combinaisons de voiles sont une autre façon de catégoriser les voiliers. Ce ne sont là que quelques-uns des types les plus courants.

Types de gréement (à partir de la gauche): gréement de tête de mât bermudien, gréement fractionné bermudien, gréement de coupe bermudien. Remarquez la deuxième voile d'avant sur le bateau gréé par le cutter.

Types de gréement (à partir de la gauche): gréement de tête de mât bermudien, gréement fractionné bermudien, gréement de coupe bermudien. Remarquez la deuxième voile d’avant sur le bateau gréé par le cutter.

Sloop de bannière Masthead

Le type le plus courant de voilier est un sloop bermudien, avec un seul mât et deux voiles, une grand-voile et une voile d’avant. La voile d’avant est hissée au sommet du mât sur l’étai, un fil de soutien qui va du haut du mât à la proue du voilier.

Sloop fractionnaire
Très similaire au sloop de tête de mât décrit ci-dessus, mais l’étai sur un sloop de gréement fractionné n’atteint pas le sommet du mât. Un avantage de performance dont peut bénéficier un sloop à gréement fractionné est la plus grande capacité qu’il offre à un équipage de plier le haut du mât et d’aplatir ses voiles lorsque le vent monte et que la pleine puissance n’est plus nécessaire.

Coupeur
Également similaire à un sloop, un cutter a un seul mât et grand-voile, mais le mât est plus à l’arrière pour permettre l’utilisation simultanée de deux voiles d’avant qui sont réglées à partir de deux étais. L’étai porte la flèche et l’étai intérieur porte la trinquette. Historiquement, cela a été un gréement préféré pour les voiliers de croisière sérieux car il offre une gamme de combinaisons de voiles pour différentes forces de vent.

Gaff Righ - Illustration Claudia Myatt

Une voile de gréement gaff a un esprit, donnant à la voile quatre bords plutôt que les trois sur un gréement bermudan.

Gaffe
Un gréement gaff est nommé pour le longeron supplémentaire, appelé gaff, qui est soulevé avec la voile et se traduit par une grand-voile à quatre côtés (et / ou un mizzen). Les bateaux gréés Gaff sont généralement moins efficaces pour naviguer au près. L’extrémité de la gaffe près du mât s’appelle la gorge et l’extrémité la plus éloignée s’appelle le pic.

Ketch
Similaire aux sloops, avec l’ajout d’un deuxième mât plus court derrière le mât principal, mais en avant du montant du gouvernail. Le deuxième mât s’appelle l’artimon. Autrefois populaire même sur des voiliers aussi petits que 32 pieds, les systèmes de manutention de voile modernes signifient que moins de ketchs ont été construits au cours des deux dernières décennies.

Types de gréement (à partir de la gauche): Ketch, goélette, yawl. Ces types ont un deuxième mât

Types de gréement (à partir de la gauche): Ketch, yawl, goélette. Ces types ont un deuxième mât appelé «mât d’artimon». Illustration Claudia Myatt.

Goélette
Similaire à un ketch, mais le mât le plus à l’arrière est plus haut que le mât avant. Une goélette peut avoir jusqu’à six mâts, bien que la plupart n’en aient que deux.

Yawl
Également semblable à un ketch mais avec un mât d’artimon beaucoup plus petit qui est placé derrière le poteau de gouvernail. Le mât d’artimon et la voile sur un yawl ne sont pas aussi gros qu’un ketch, et fournissent généralement plus d’équilibre à un voilier que de propulsion.

Gréements non étayés
Il existe un certain nombre de voiliers qui ont des gréements plus inhabituels qui ne dépendent pas du gréement dormant pour maintenir le mât en place. L’exemple le plus courant en est le gréement Cat originaire de la Nouvelle-Angleterre. Cela a un seul mât situé bien en avant dans le bateau et aucune voile d’avant. Il existe de nombreuses variantes, l’une des plus connues étant la gamme Freedom de ketchs (principalement) à gréement de chat qui ont été construits pendant environ 30 ans à partir du milieu des années 1970.

Acheter un voilier

L’idée d’acheter un voilier peut être à la fois passionnante et un peu intimidante si vous n’en avez jamais possédé auparavant. Il y a quelques points à considérer avant de se lancer dans la propriété d’un voilier.

Combien pouvez-vous vous permettre de dépenser?
Le coût initial de possession d’un voilier va normalement au-delà du prix d’achat, il vaut donc la peine de faire vos recherches. Les dépenses à prendre en compte comprennent les primes d’assurance, les frais d’amarrage, les frais de formation, les tâches d’entretien et de maintenance régulières ainsi que les réparations ponctuelles.

Au minimum, une assurance responsabilité civile est importante. Si votre voilier ne peut pas vivre sur une remorque pendant votre trajet, serez-vous en mesure de vous offrir une place dans la marina ou de trouver un mouillage pratique? Consultez notre guide pour trouver le bon mouillage.

Si vous débutez dans la voile, avez-vous besoin de suivre des cours de formation pour apprendre les techniques de manutention des bateaux et comment utiliser les équipements de sécurité et les systèmes de communication? Chaque année, votre voilier doit être entièrement inspecté pour vérifier les dommages et réparer toute usure. S’il y a un moteur, il doit être entretenu régulièrement. En savoir plus sur l’entretien des bateaux ici

Achat neuf vs d’occasion

Nouveau – avantages et inconvénients
Si vous savez exactement ce que vous voulez dans un voilier, acheter un nouveau bateau pourrait être le meilleur itinéraire pour vous. Vous pourrez spécifier l’arrivée de votre bateau et choisir parmi une liste d’extras optionnels. Les voiliers neufs sont normalement vendus avec une garantie du fabricant, ce qui vous donne la tranquillité d’esprit. Cependant, comme une voiture neuve, un bateau se dépréciera en valeur au cours des premières années.

Utilisé – avantages et inconvénients
Si le budget est un facteur critique lors du choix de votre voilier, un bateau d’occasion peut être une sage décision. Un modèle de cinq ans pourrait vous faire économiser 50% du coût d’un nouveau bateau et les bateaux plus anciens peuvent être récupérés pour un montant très modeste.

Un bateau plus grand est donc possible pour un prix d’achat inférieur lors de l’achat d’occasion. Cependant, il est important de prévoir le coût des fonctionnalités et équipements supplémentaires dont vous aurez besoin. Les voiliers d’occasion sont rarement garantis, il est donc très important de s’assurer que tout bateau que vous envisagez d’acheter dispose d’une enquête maritime complète pour vérifier l’état et l’entretien du voilier.