Aventures sud-asiatiques sur la route des croisières moins fréquentées

C’est une journée ensoleillée ici au pays des cocotiers, l’humidité sud-indienne languissante, le trafic se déplaçant lentement mais régulièrement et je roule avec style – souriant à l’arrière d’un petit tuk-tuk bruyant dirigé par un homme nommé Nazeer.

Après avoir débarqué mon navire dans le port simple et fonctionnel de la ville – vraiment juste une jetée simple bordée de stands de pop-up locaux dans des tentes temporaires, vendant toutes sortes de saris et de textiles et de bibelots – j’ai rencontré une petite foule de chauffeurs. Nazeer émergea de la foule, tendit la main et sourit. Bientôt – un prix équitable négocié – nous étions en route.

Il promet une matinée complète, remplie de marchés aux poissons et d’épices et de temples. «En avant, nous verrons l’ancienne zone coloniale – où les Hollandais se sont installés, puis les Portugais. Maintenant, tout le monde, riche, pauvre, tout le monde y vit ensemble », dit Nazeer, par-dessus son épaule, calmement, alors que nous traversons une intersection où six rues se rejoignent, cyclomoteurs et petits camions et autres tuk-tuks manoeuvrant en quelque sorte les uns sans les autres à l’aide d’un feu de circulation.

Nous montons sur un pont traversant l’une des nombreuses eaux stagnantes lentes qui ont rendu cette région célèbre. En me tournant vers la gauche, je vois, s’élevant à l’horizon, l’éminence blanche flottante du luxueux navire qui m’a transporté dans ce lieu fascinant.

Je suis à Kochi (parfois connu sous le nom de Cochin) parce que je descends la côte ouest de l’Inde sur le Silver Spirit, faisant escale dans des ports qui ne voient qu’une poignée de navires de croisière chaque année par rapport aux Caraïbes ou à la Méditerranée (ou presque n’importe où ailleurs).

Sur notre itinéraire de 18 jours – embarquement à Mumbai, arrivée à Singapour – nous naviguons dans la mer d’Oman et la baie du Bengale et le détroit de Malacca, visitant six pays en cours de route. C’est un voyage rempli d’expériences – et de défis – qui vont au-delà de tout itinéraire de croisière typique.

Amarré pendant deux jours à Kochi, dans le sud-ouest de l’Inde, j’ai le temps pour deux circuits complètement différents, dont le voyage en tuk-tuk (que j’ai moi-même imaginé). Mais je m’inscris également à quelques-unes des excursions officielles à terre proposées par la compagnie de croisière, une liste variée qui va bien au-delà de ces activités habituelles.

Il comprend un voyage en train vers une plantation de thé au Sri Lanka, des voyages terrestres de plusieurs jours vers des destinations légendaires telles que Bagan et Mandalay, et des promenades en bateau à moteur dans les eaux saphir et les karsts calcaires pour visiter des villages flottants.

Et des cours de cuisine aussi. En descendant du Silver Spirit et à bord d’un autocar, nous arrivons bientôt à une grande maison de bord de mer prospère (et climatisée). «Ici, la nourriture est légère et douce et douce, et nous sommes un peuple doux», explique Nimmy Paul, alors qu’elle remue sur une cuisinière, encadrant des articles du New York Times et du Week-end australien derrière, la déclarant maîtresse des épices. . «En vérité, la cuisine reflète le lieu et le climat.»

Et, fidèle à son histoire de ville portuaire au VIe siècle, Kochi est un creuset de religions, de pays et de cultures – et la plupart de ces pots incluent la noix de coco. Le Kerala, l’état où il se trouve, signifie littéralement «le pays des cocotiers».

« Ici, c’est de la crème de noix de coco, de l’huile de noix de coco, de la noix de coco râpée », dit Paul dans sa cuisine confortable. « C’est de la noix de coco. »

Elle crée une série de plats délicieux – soupe de potiron au lait de coco, poisson-roi local baigné d’épices – en faisant circuler des ingrédients individuels tels que les feuilles de curry et le fenugrec, racontant son histoire en cuisinant.

Alors que nous commençons à creuser, la nourriture fumante dans nos assiettes, elle partage qu’elle a enseigné la cuisine dans une école de finition dans les années 1990, puis, il y a plus de deux décennies, a ouvert sa cuisine à des invités internationaux.

«Nous n’en avons eu que deux cette première année», dit-elle, notant que ces chiffres ont beaucoup augmenté au cours des 22 dernières années. Mais le passage du temps n’a pas ôté son enthousiasme. «C’est un rêve devenu réalité, partager ma passion», dit-elle.

Notre voyage nous emmène également sur les plages de sable blanc de Goa, une fois une colonie portugaise et maintenant l’un des meilleurs endroits en Inde pour profiter du soleil.

En conséquence, je fais un peu plus ce jour-là que de nager dans les eaux chaudes de la mer d’Oman et de traîner sur une chaise longue. À Colombo, la capitale animée du Sri Lanka, je participe à une excursion à terre pour une visite de la ville qui se termine par un thé en plein air sur un large balcon du célèbre hôtel Galle Face, la lumière de fin d’après-midi qui clignote sur la mer.

Dans chaque endroit, les gens étaient loin d’être blasés, peu habitués à ce que des centaines de passagers inondent leurs villes. En fait, ils semblaient excités d’avoir le navire là-bas, demandant des informations sur la vie à bord, d’où nous venons, où nous nous dirigeons ensuite. Mais se rendre au navire et en revenir – lorsqu’il n’était pas en excursion à terre – était parfois une aventure; le Silver Spirit accostait souvent dans de vastes ports, parfois industriels.

À Colombo, par exemple, je décide de faire un voyage de shopping en solo, gérant, avec quelques difficultés, quelques appels téléphoniques, des SMS sur WhatsApp et beaucoup de persévérance de sa part, pour me connecter avec un sympathique chauffeur Uber nommé Uranius Fernando, enfin le rencontrer à l’une des nombreuses portes de la zone portuaire.

Mais la lutte en valait la peine. Pendant environ 20 minutes, nous sommes ensemble, avec moi sur le siège du passager avant, nous parlons de la vie ici, de la politique locale, de son entreprise de tourisme et de la dynamique religieuse dans cette ville cosmopolite. En sortant, j’ai non seulement établi un lien personnel (nous échangeons encore occasionnellement des textes), mais j’ai aussi beaucoup appris.

Comme je l’ai fait, de retour à Kochi, où Nazeer m’a fait une grande tournée. Nous visitons une buanderie en plein air où des hommes et des femmes qui travaillent dur lavent des vêtements dans de petites stalles savonneuses et j’essaie ma main avec un fer à repasser au charbon à l’ancienne.

Il s’arrête à l’église Saint-François, construite en 1503, souvent connue localement comme l’église Vasco da Gama, car le célèbre explorateur portugais a été à l’origine enterré ici et sa pierre tombale est toujours debout.

Nous visitons un temple dédié à Lord Shiva, vieux de trois siècles. Et Nazeer me dépose sur un marché aux poissons, où je parcourt de petits stands vendant des carangues, des crevettes et des vivaneaux fraîchement sortis de l’eau.

Me ramenant au Silver Spirit, il montre du doigt un petit stade de football, notant que son fils y joue («c’est son terrain!»), Me montrant une photo d’équipe, la tenant sur son téléphone, d’une main, tandis qu’il se faufile dans un trafic de plus en plus dense.

«Peut-être qu’il jouera pour l’Angleterre – ou le Canada! Vous pouvez venir le voir jouer, pas de ticket, gratuitement! », Me dit Nazeer.

Peut être ou peut être pas. Quoi qu’il en soit, je reviens à bord avec un nouvel ami, une bonne histoire et la chaleur de ce coin du monde, si méconnu de nombreux croisiéristes.