Un voyage qui change la vie à bord du Pelagic

Au printemps 2016, mon partenaire, Magnus, et moi avons livré Pélagique, l’un des deux yachts possédés et exploités comme un bateau charter d’aventure à haute latitude par l’ancien skipper de Whitbread Round the World Race et Yachting World chroniqueur Skip Novak, de Puerto Williams au Chili aux îles Falkland.

Ayant navigué vers l’Antarctique, le Cap Horn et les canaux chiliens pendant l’été méridional, Pélagique devait passer l’hiver dans le port de Stanley. Cette livraison a également été un adieu pour Magnus. Après plusieurs années de skipping Pélagique et sa grande soeur Pelagic Australis, ce fut sa dernière saison dans les eaux australes avant de se lancer dans de nouveaux projets.

Les îles Falkland se trouvent dans l’Atlantique Sud, à 52 ° S et à quelque 300 milles au nord-est du cap Horn. Au cours de notre livraison de trois jours, une balade vent arrière animée, Magnus m’a parlé de son amour pour l’endroit et des personnes exceptionnelles qu’il y avait rencontrées au fil des ans.

L’archipel comprend les deux îles principales des îles Falkland Est et Ouest, ainsi que de nombreuses îles plus petites. Habituellement sous la pression du temps des horaires d’affrètement, Magnus n’avait visité Stanley et que quelques autres sites, mais les endroits intermédiaires constituent de fantastiques terrains de croisière avec des mouillages sûrs.

Il rêvait d’explorer les paysages spectaculaires et la faune abondante. En tant que photographe, je suis moi aussi attiré par des endroits reculés et des îles stériles balayées par le vent, et en tant que résident de longue date de l’Argentine, j’étais déjà curieux de connaître les Malouines. Au moment où nous avons atterri à Stanley trois jours plus tard, nous avions établi un plan pour revenir.

Skip nous a gentiment prêté Pélagique afin que nous puissions naviguer sur les îles à notre guise, et moins d’un mois plus tard, nous étions sur le vol de retour de Punta Arenas, au Chili. Mais notre fantasme d’île en île dans une mer calme et un temps idyllique a rapidement été brisé.

Le problème est que Stanley se trouve à l’extrême est des îles, dans une zone de vents d’ouest sévères, qui nous a coincés au quai pour la semaine prochaine, soufflant sans relâche à plus de 40 nœuds. Nous avons fait le tour de Stanley dans un vieux Land Rover militaire – omniprésent comme les moutons qui parsèment les îles.

Nous avons ravitaillé, rempli les réservoirs d’eau et de diesel, rencontré des amis et très bien connu le pub. Nous avons attendu et attendu et commençions à craindre que notre voyage ne se produise jamais. Enfin, une semaine plus tard, l’écart prévu dans le temps est arrivé. Le vent est tombé à 20-25 nœuds et nous nous sommes faufilés aussi vite que possible.

Le vent devait souffler du sud-ouest au cours des jours suivants, nous avons donc choisi de faire notre ouest vers le nord des îles, où les mers seraient plus abritées. Étant donné le peu de fiabilité du temps jusqu’à présent, nous n’avions aucune idée de la durée de l’accalmie.Notre première priorité était donc de naviguer aussi loin que possible vers l’ouest alors que les conditions étaient relativement bénignes, puis de repartir lentement.

Depuis trois ans, Thies et Kicki dirigent la ferme ovine et s’occupent des touristes. L’été dernier, ils sont arrivés en nombre record: Kicki nous a dit que cette saison, elle avait cuit des gâteaux et fait des tasses de thé pour plus de 4000 passagers de navires de croisière lors de leurs courtes escales à West Point en route vers la Géorgie du Sud ou l’Antarctique.

Thies et Kicki nous ont accueillis dans leur cuisine ensoleillée, qui aurait été parfaitement chez eux dans une maison de campagne anglaise. Nous nous sommes étreints comme de vieux amis; J’étais instantanément à l’aise en leur compagnie. Le couple a passé toute sa vie d’adulte à naviguer Wanderer III, l’emblématique sloop en bois de 30 pieds dans lequel Eric et Susan Hiscock ont ​​fait le tour du monde à deux reprises.

Au cours des 15 dernières années, ils se sont concentrés principalement sur l’océan Austral. Le plus impressionnant, ils vivaient en Géorgie du Sud, à bord Wanderer III, pendant 26 mois, de 2009 à 2011, et y a publié un extraordinaire album photo de leur séjour. En 2011, ils ont reçu la Cruising Club of America’s Blue Water Medal.

Nous avons discuté de la vie, de la voile, de la Géorgie du Sud, de la photographie, de la littérature; notre conversation a coulé dans la soirée. Un soir après le dîner, ils nous ont invités à bord Wanderer III pour le café et des histoires plus passionnantes, du roulage du bateau près du cap Horn, aux défis et au hasard impliqués dans l’achat de bois de chauffage dans la Géorgie du Sud sans arbres.

Vagabond était l’un des espaces les plus confortables dans lesquels nous ayons jamais été – intime, plein de livres, éclairé par des lampes à paraffine, maintenu au chaud par un poêle à bois. Une vraie maison, aussi charmante et hospitalière que ses propriétaires.

Notre plan initial était d’aller à New Island ensuite, considéré comme l’un des plus beaux des Malouines. Afin d’attraper la marée, qui peut courir jusqu’à six nœuds à travers le Woolly Gut entre West Point Island et West Falkland elle-même, nous sommes partis dans le gloaming.

Nous nous sommes dirigés vers le sud-ouest sous la voile d’avant seul sur une mer aussi lisse que le pétrole, en roulant de temps en temps lorsque le vent tombait en dessous de cinq nœuds. Dans le silence parfait du matin, nous pouvions entendre des oiseaux battre des ailes alors qu’ils décollaient au loin.

Nous avons modifié notre cap à plusieurs reprises, essayant d’anticiper où la prochaine baleine allait faire surface, écoutant le son d’un autre monde qu’ils émettaient lorsqu’ils soufflaient. A partir de ce matin, nous avons été escortés en permanence par des dauphins. À un moment donné, nous avons compté 22 tout autour Pélagique!

Alors que nous approchions de l’île, nous nous sommes éloignés de la route pour regarder de près les Colliers, une paire impressionnante de piles marines que je voulais photographier. Nous avons passé des heures à faire le tour des rochers, sous la voile seule, juste pour le plaisir. Les piles de la mer sont constituées d’étagères en couches sur lesquelles des dizaines de lions de mer profitaient du soleil.

Cependant, à chaque tour du yacht, les jeunes mâles sont devenus de plus en plus vocaux, jusqu’à ce qu’ils nous chassent finalement de leur territoire avec leur cacophonie d’aboiements et une puanteur intense.

Nous avions fait un détour pour voir les Colliers, et au moment où nous sommes partis, le soleil se couchait. Aller à New Island aurait signifié doubler sur nous-mêmes, alors au lieu de cela nous avons dirigé Pélagique vers Beaver Island.

L’île Beaver, la plus à l’ouest des Malouines, abrite le pionnier de la voile des hautes latitudes sud Jérôme Poncet et sa famille. En 1978-1979, son Damien II a été le premier yacht à passer l’hiver en Antarctique et reste à ce jour le seul yacht à avoir hiverné si loin au sud (67 ° 45’S). Malheureusement, il n’y avait personne sur l’île Beaver – Poncet était au palais de Buckingham, recevant une médaille polaire de la reine.

Pourtant, nous avons parcouru le périmètre de l’île et fait un pique-nique au sommet d’une des impressionnantes falaises, suivi de caracaras curieux et audacieux et, à une distance plus prudente, plusieurs troupeaux de rennes. Ce ne sont pas originaires des Malouines, mais des importations de Géorgie du Sud où, à leur tour, ils ont été introduits par les baleiniers norvégiens au début du 20e siècle.

En 2002 et 2003, Poncet a navigué 31 rennes de Géorgie du Sud à Beaver Island sur son yacht Toison d’Or. On ne peut qu’imaginer à quel point le voyage a dû être déconcertant pour les rennes, mais ils sont arrivés sur l’île et ont prospéré.

Notre délicieuse expérience de voyager seul sous voile d’avant depuis West Point Island a créé un précédent, et nous avons continué sous le même plan de voile tôt le matin suivant, jusqu’à Pit Creek, sur Weddell Island. L’ancrage est très étroit et peu profond, donc même avec PélagiqueDe lever la quille, nous n’avons pas pu atteindre la tête de la crique.

Des dauphins connus localement sous le nom de porcs gonflés, après le bruit qu’ils font lorsqu’ils remontent à la surface, ont escorté notre canot jusqu’à la rive. Ce sont des dauphins de Commerson, que l’on ne trouve que dans des passages étroits; rarement au large. En mer, les dauphins élégants de Peale prennent le relais, sautant souvent de manière ludique à côté d’un navire pendant des heures.

Nous avions désormais développé une routine de croisière: arriver à un nouveau mouillage; jetez l’ancre; prenez le canot à terre et partez en randonnée autour de l’île. Lors de notre promenade autour de Pit Creek, nous avons trouvé des vestiges d’anciens établissements humains – une vieille bouée de pêche, les ruines d’une maison avec seulement la cheminée et la cheminée toujours debout – mais encore une fois, nous avions l’île pour nous seuls.

Nous avons levé l’ancre à la première lumière et avons navigué dans des airs légers autour du nord de l’île de Weddell, en direction de la colonie de Weddell. Nous avons appelé dans la baie dans l’espoir de rencontrer les propriétaires de la colonie, mais personne n’a répondu à la radio, alors nous avons décidé d’utiliser les dernières lueurs du jour pour continuer vers New Year Cove, où nous avons passé la nuit.

De New Year Cove, nous avons navigué sur le canal Smylie. Traverser Race Reef et partir en haute mer a été très difficile, avec d’énormes chutes. En direction du sud-est, nous avons dépassé les impressionnantes falaises de Port Stephens et du cap Meredith, en direction de la colonie de Port Albemarle, célèbre pour sa station de chasse abandonnée.

À l’extrémité sud de Falkland Sound, le canal qui divise les deux principales îles Falkland, Port Albermarle possède certains des paysages les plus frappants des îles Falkland, avec des plages de sable blanc et de grandes parcelles d’algues de formes et de textures proéminentes. Nous avons suivi les empreintes de pingouins menant de la plage et avons trouvé une grande colonie de manchots papous, qui étaient initialement timides, mais finalement se sont dandinés jusqu’à nous, conquis par la curiosité.

Sur le chemin du retour Pélagique, nous fûmes à nouveau escortés par des cochons gonflés, qui semblaient se moquer de nous en sautant et en agitant le ventre tout autour du canot, nous trempant dans de l’eau glacée. Nous avons ri et maudit en plaisantant, nous rappelant de ne jamais oublier que de tels moments sont magiques et une grande partie de la raison pour laquelle nous vivons comme nous le faisons.

Bien que nous manquions de temps, Magnus était désireux d’explorer Chaffers Gullet, un long et mince canal au bout duquel il y avait un ancrage très attrayant au pied d’une colline appelée Little Mollymawk, qui aurait fait un randonnée parfaite.

La conduite sur ce canal étroit – parfois de seulement 80 m de large – a pris plus de temps que prévu, et au moment où nous sommes arrivés au mouillage, il faisait presque noir, nous n’avons donc jamais pu quitter le bateau. Mais ce fut un détour intéressant qui rappela à Magnus son enfance dans des dériveurs sur les Norfolk Broads en Angleterre.

Pendant la nuit, le baromètre a commencé à baisser, et à la première lumière, le vent s’était levé et l’air était beaucoup plus froid. Nous avons eu beaucoup de chance jusqu’à présent, mais étant donné ce que nous savions sur la météo aux Malouines, nous ne voulions pas pousser notre chance. Il était temps de repartir.

Les journées sont restées fraîches mais ensoleillées et les vents légers, alors que nous remontions le détroit de Falkland et continuions vers Stanley presque d’un seul coup, ne nous arrêtant qu’à Shag Harbour et à Salvador Waters.

À Salvador Waters – une grande étendue d’eau reliée à l’Atlantique par un canal étroit de profondeur variable, d’environ sept milles de long – nous avons rencontré des effets de marée intéressants: à un moment donné, Pélagique faisait 11 nœuds sur le sol avec le moteur au ralenti! Bien qu’il s’agisse d’un cas particulièrement extrême, il n’est nullement inhabituel.

Tout au long de notre tour du monde, nous avions été perplexes face aux marées, qui semblaient rarement faire ce qu’elles étaient censées faire. Finalement, nous avons conclu que, bien qu’il existe de nombreuses informations sur les marées pour les Malouines, elles n’ont aucune incidence sur la réalité.

Ou, comme l’a dit notre ami local Paul Ellis: «Les marées ici semblent faire ce qu’elles veulent: parfois elles entrent et sortent; parfois, ils entrent et restent quelques jours. »Les vents d’ouest dominants jouent un rôle important, mais rarement comme on pourrait s’y attendre.

Le traceur de cartes a un waypoint à la porte du pub Victory. J’ai supposé que c’était une blague ou une erreur jusqu’à ce que nous essayions de retourner à Stanley dans une force d’ouragan vers l’ouest. Ce fut une longue journée dans le vent, à la fin de laquelle nous aspirions à une pinte et un dîner chaud.

Pourtant, nous étions tristes de voir notre temps Pélagique et aux Malouines se terminent. Au cours des trois semaines qui ont suivi notre départ de Stanley, nous n’avons vu ni parlé à personne d’autre que Thies et Kicki; nous avions pour nous le terrain de jeu sauvage et idyllique des îles. Nous avions voyagé principalement sous voile, économisant de l’énergie en nous couchant au crépuscule et en nous levant à l’aube, ainsi qu’en lisant à la lueur des bougies pour éviter d’allumer le moteur.

Nous avions appris à travailler ensemble sur un bateau de manière efficace et joyeuse, et nous avons réalisé que le temps que nous avions passé avec Thies et Kicki à West Point avait semé une graine en nous: et si nous prenions la croisière à plein temps? Nous voyagions tous les deux depuis plusieurs années et nous étions impatients d’appeler chez nous, même si nous n’étions pas prêts à arrêter d’explorer le monde. La solution nous regardait en face: nous vivrions sur notre propre bateau.

Quelques mois plus tard, nous nous dirigions vers les Caraïbes pour commencer un nouveau chapitre et c’est ainsi que notre séjour aux îles Falkland a annoncé le début de notre vie de croisière.