Un ancien habitant d’Estevan navigue autour du monde sans outils de navigation électroniques

Bert terHart essaie de faire quelque chose que personne d’autre en Amérique du Nord n’a jamais fait.

L’ancien résident d’Estevan, qui réside maintenant sur l’île Gabriola, en Colombie-Britannique, espère être la première personne de ce continent à effectuer une « circum-navigation » à l’est sur une seule main, sans assistance, sans escale via les cinq Grands Capes du Sud en utilisant uniquement des , outils de navigation non électroniques. Un important programme de sensibilisation à l’environnement fait également partie de son voyage.

Il retrace son amour de la voile, des grands espaces et du grand ciel pour grandir dans la région d’Estevan.

« Mon père m’a appris à naviguer sur le barrage de Boundary », a-t-il écrit dans un e-mail. «C’est l’un des plus amusants que j’ai jamais eu à naviguer sur un bateau, grand ou petit. Même là, une fois autour d’un point, il n’y avait personne d’autre que vous.

Bert terHart
Bert terHart

«Pas d’autres personnes, pas de maisons, pas de routes. Pour un petit garçon, c’était comme être transporté dans un autre pays entièrement. Il ne se passe presque pas une journée sur ce bateau où je ne pense à aucune expérience ni à quelque chose que j’ai appris à naviguer sur un petit bateau sur le barrage Boundary en Saskatchewan. »

Vivre dans une petite ville lui a fait créer chaque jour ses propres aventures, alors que ceux des grands centres ont un plus grand accès à l’aventure, que ce soit les arts, la culture sportive ou le divertissement.

Le voyage vers les cinq Capes – le Cap Sud en Nouvelle-Zélande, le Sud Est et le Cap Leeuwin en Australie, le Cap Agulhas en Afrique du Sud et le Cap Horn au Chili – est extrêmement difficile. Seulement environ 300 personnes sur la planète l’ont fait.

« C’est une très mauvaise idée ou c’est vraiment difficile ou peut-être les deux », écrit-il.

À l’origine, il l’a fait pour inciter les enfants à rechercher des carrières dans les sciences, en particulier l’océan et l’atmosphère. C’est là que réside sa propre formation universitaire, car il est titulaire d’une maîtrise en océanographie.

« Pour aller de l’avant dans un monde où nous sommes tous confrontés à des défis climatiques et environnementaux extrêmement difficiles, nous avons besoin des meilleurs et des plus brillants travailleurs pour résoudre ces problèmes très difficiles », a-t-il déclaré.

Un certain nombre de projets scientifiques sont également à bord.

«Parce que les océans du monde sont si vastes, il y a très peu de données collectées sur la plupart d’entre eux. Des citoyens comme moi peuvent contribuer de manière très significative en collectant de simples informations. Pour moi, c’est une idée extrêmement pertinente de nos jours », a déclaré terHart.

Et il y a aussi la possibilité de faire quelque chose d’extraordinaire, quelque chose pour lui et ses enfants à regarder avec fierté.
«À un niveau plus profond, l’extraordinaire est ce qui colore les vies», a déclaré terHart. «Vous n’avez pas à naviguer autour du monde pour faire quelque chose d’extraordinaire. Il s’agit simplement de sourire à un étranger, de maintenir la porte ouverte ou de prêter main forte quand on en a besoin. Ce voyage est plein d’exemples de personnes qui font des choses extraordinaires pour moi. Ils ont profondément enrichi ma vie. »

Jusqu’à présent, le voyage a été tout ce que terHart avait imaginé, et il y a également eu quelques surprises en cours de route.

«C’est un endroit extrêmement beau où la nature est pleinement exposée à chaque moment de la journée. Je pense que n’importe qui peut s’adapter rapidement pour survivre sur un petit bateau en mer, mais ce qui est une surprise constante, c’est la beauté des jours et des nuits, la diversité de la mer et du ciel et les incroyables créatures qui vivent ici », a-t-il déclaré.

La voile fait partie intégrante de la vie de terHart. Il est un membre actif du Gabriola Island Power and Sail Squadron et jusqu’à récemment, il était l’officier de l’éducation. Il est également membre du Silva Bay Yacht Club, de l’île Gabriola et de l’Ocean Cruising Club. Il a skippé son bateau plusieurs fois en mer de Béring tout en contournant l’île de Vancouver et Haida Gwaii

Son voilier, le Seaburban, a été construit en 1987 à Hamilton par Hank Hinkley et un partenaire canadien, et est un OCY 45. Basé sur la coque Reliance 44, il s’agit d’un modèle de Cruising Club of America tout-aller de Pierre Meunier qui a fait ses preuves. sur les océans Atlantique et Pacifique ainsi que sur le golfe d’Alaska et la mer de Béring.

Il est parti le 27 octobre 2019 et entame maintenant la deuxième étape de son voyage des îles Falkland au large des côtes argentines, jusqu’au cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud, un trajet estimé à 16000 kilomètres.

Les gens peuvent suivre ses expériences sur sa page Facebook, The 5 Capes, Seaburban Around Alone, ou via son blog ou son compte Instagram.

Super post