Roboat : des bateaux autonomes pour désengorger Amsterdam

Le roboat.

Des péniches aux fermes flottantes, lorsque l’espace se réduit, les Hollandais se tournent vers leurs vastes voies navigables. Dernier exemple en date : le Roboat – ou bateau robotisé – un navire électrique autonome qui fonctionne comme un bateau-taxi, un système de collecte des déchets, un pont et même une scène flottante. Lauren Comiteau a fait un tour sur un prototype de l’un des nouveaux véhicules dans le centre-ville d’Amsterdam pour voir de quoi il s’agit.

Du bassin de Marineterrein Amsterdam, où les créateurs du Roboat montrent comment il se déplace, la réplique majestueuse d’un navire marchand hollandais de l’âge d’or du pays est bien en vue, un contraste frappant avec ce petit navire sans conducteur mais qui souligne les Pays-Bas’ histoire des prouesses maritimes.

« Nous sommes assis sur un navire innovant de très haute technologie qui peut déterminer l’avenir du transport maritime », déclare Ynse Deinema, coordinateur du projet de Roboat. « Le Roboat est un excellent exemple de la façon dont nous innovons et de ce que nous essayons de réaliser. »

Vieille ville, nouveaux problèmes

Au cours des cinq dernières années, Deinema a travaillé pour l’Amsterdam Institute for Advanced Metropolitan Solutions, qui s’est associé au Massachusetts Institute of Technology pour aider à résoudre les problèmes de mobilité et de logistique d’Amsterdam.

Construit dans le 16e siècle, les rues pavées étroites de la ceinture des canaux d’Amsterdam n’ont jamais été conçues pour gérer le trafic moderne. Mais ses 165 canaux, interconnectés et s’étendant sur quelque 60 miles, ont résisté à l’épreuve du temps.

« Amsterdam est célèbre pour ses canaux », déclare Deinema. « Autrefois, nous les utilisions pour le fret et la logistique, mais aussi pour déplacer des personnes. Nous pensions pouvoir réimaginer leur potentiel, mais cela signifierait que nous devions concevoir un nouveau navire innovant, et c’est Roboat.

Aucun humain n’est nécessaire

Ce bateau en aluminium de deux mètres sur quatre est entièrement autonome. Ses créateurs disent que cela le rend plus efficace. « Nous avons un système automatisé avec des bras de verrouillage qui amarre le bateau sans structures coûteuses sur le mur de la clé. Vous n’avez pas besoin d’un humain, juste d’une connexion mécanique », explique Deinema.

« En outre, en tant que système de mobilité aquatique à la demande, vous pouvez effectuer plusieurs arrêts sans avoir besoin d’un skipper. Ce bateau peut accueillir cinq personnes, et avec un skipper prenant l’une d’entre elles, vous perdriez en efficacité.

Du point de vue de la sécurité, Deinema est convaincu que le Roboat surpassera un jour les humains. «Nos bateaux ont une vision à 360 degrés», dit-il. « L’ordinateur n’est jamais fatigué. » Et peut-être que le plus grand avantage des bateaux sans conducteur, dit Deinema, est la façon dont ils peuvent être utilisés, 24h/24 et 7j/7.

« Les bateaux autonomes sont plus flexibles dans la façon dont vous les déployez », dit-il. « Ils peuvent fonctionner tard le soir ou tôt le matin, et c’est une nouvelle approche pour organiser les services de logistique ou de mobilité. »

Durable et flexible

Lucy est sans émissions, alimenté par une batterie électrique qui peut durer jusqu’à 10 heures. Il obtient des instructions sur l’endroit où aller, puis trouve son propre chemin à l’aide d’un ensemble de capteurs numériques qui combinent LIDAR (Laser Image Detection and Ranging), GPS et imagerie vidéo à l’avant et sur les côtés du bateau qui recherchent en permanence les obstacles. .

Il y a une boussole numérique et quatre propulseurs qui servent de moteurs. Et au lieu d’un gouvernail mécanique, le bateau est dirigé en changeant les RPM de deux de ses moteurs.

« Ce bateau peut se déplacer dans n’importe quelle direction », explique Deinema. « Il peut se déplacer très précisément, ce qui est une exigence si vous souhaitez opérer dans des environnements urbains restreints, mais le bateau peut également se déplacer latéralement, ce qui est une caractéristique unique du Roboat. »

Elle navigue de manière transparente à travers les poteaux et autour des scènes dans une configuration conçue pour refléter les canaux étroits bordés de jetées d’Amsterdam, qui sont généralement remplis de bateaux privés et de croisières touristiques sur les canaux, précisément l’environnement urbain pour lequel le Roboat a été construit.

Photo : Pietro Leoni MIT

Lucy peut servir de ferry de fortune en cas de besoin ou pourra être commandée à la manière d’Uber via une application. Mais si vous échangez son pont supérieur, vous obtenez Crystal, le bateau logistique qui transportera les marchandises et ramassera les déchets qui occupent actuellement de précieux biens immobiliers en bordure de rue et obstruent les rues avec les camions polluants maintenant utilisés pour les ramasser.

Ponts temporaires

À terme, les bras de verrouillage du bateau utilisés pour l’accostage pourront également être reliés entre eux pour créer des étapes ou des ponts temporaires, selon les besoins d’une ville. Ses créateurs disent que cela permet d’économiser de l’argent et de l’espace et fait de la ville du futur un endroit plus dynamique. Et un plus durable.

« La ville d’Amsterdam surfe sur cette vague d’électrification, en particulier pour la mobilité », déclare Deinema. « Il a de très grandes ambitions. En 2025, tous les navires entrant dans le centre-ville devront être à zéro émission, donc Roboat correspond à cette ambition de développement durable.

Alors que notre démonstration touche à sa fin, Lucy se met à tourner en rond. « L’un des propulseurs est mort sur nous », explique Deinema en guise d’explication.

Il y a encore des problèmes à régler. Mais tout ce dont Lucy avait besoin aujourd’hui, c’était d’un redémarrage. À l’avenir, elle pourra être agrandie pour accueillir de plus grandes voies navigables et d’autres villes.

Venise, Paris, Seattle et Tokyo ont déjà manifesté leur intérêt, tandis que le port de Rotterdam pourrait un jour utiliser des navires intelligents comme le Roboat pour transporter des conteneurs maritimes sur l’eau plutôt que sur la terre. Quant à Amsterdam, le Roboat devrait parcourir les canaux de la ville dans deux ans.

Super post