Restauration de trois ans pour l’un des légendaires voiliers Flying-P | Le Pékin

[ad_1]

Restauration de trois ans pour l’un des légendaires voiliers Flying-P | Le PékinLe Pékin sur sa place de port permanente à Hambourg

La barque à quatre mâts vieille de 106 ans «Pékin» rentre en Allemagne depuis New York en juillet pour une restauration et une rénovation qui devraient durer environ trois ans et coûter environ 26 millions d’euros.

Le vétéran de 115,5 m de long et 14,3 m de large est l’un des légendaires voiliers Flying-P construits il y a plus d’un siècle pour la compagnie maritime F.Laiesz. Pékin a été achevé en 1911 au chantier naval Blohm + Voss de Hambourg et est à New York depuis 1975 en tant qu’attraction touristique. Maintenant, il revient définitivement à Hambourg.

Racheté par la fondation allemande Stiftung Hamburg Maritim, ses mâts de toit et son gréement ont été retirés l’an dernier en vue du retour à Hambourg. Il quittait New York début juillet dans la soute du porte-charge de projet de 169,4 m de long Combi Dock 111.

«C’est un contrat très spécial», a déclaré la compagnie maritime basée à Brême Combi Lift. L’arrimage et l’arrimage seuls prenaient quatre jours. La traversée de l’Atlantique vers Brunsbüttel près de Hambourg devait prendre douze jours. Après le déchargement, le navire était remorqué à environ 20 km en amont de Peters Werft. Après la fin de la restauration de ce chantier naval, Pékin deviendra la pièce maîtresse d’un nouveau musée maritime dans le port de Hambourg.

Le transport et la restauration du navire, d’un coût d’environ 26 millions d’euros, sont financés sur une subvention de 120 millions d’euros du gouvernement allemand. Les 94 millions d’euros restants serviront à la création du nouveau musée.

« Pékin ne naviguera plus jamais mais sera restaurée pour le Deutsche Hafen Museum de Hambourg où elle deviendra une exposition permanente », a expliqué Arne von Maydell. Il est porte-parole de la Stiftung Hamburg Maritim, qui affirme que la restauration sera un projet «ambitieux».

Peters Werft a remporté le contrat sur les offres de trois autres chantiers allemands. Fait inhabituel, ils ont été nommés par la Stiftung Hamburg Maritim Blohm + Voss, l’Emder Werft und Dock et un consortium regroupant Elsflether Werft et le BREDO de Bremerhaven. Tous connaissent bien la restauration de voiliers.

Peters Werft MD Peter Sierk a déclaré que le Pékin le travail, décrit comme «techniquement difficile», couvrira la restauration de la coque en acier, la reconstruction du gréement et un ensemble d’autres projets, y compris l’adaptation pour les visites d’exposition. Les travaux dureront jusqu’en 2020.

Pékin est le deuxième voilier Flying-P à trouver un poste d’amarrage permanent en Allemagne après sa sœur Passat, amarré à Luebeck comme navire-musée. Une autre soeur Pommern est un navire-musée en Finlande. Un vaisseau Flying-P, Padoue, est toujours en service actif en tant que voilier-école russe Kruzenshtern.

Le navire le plus tragique de la série était Pamir, perdu lors d’une tempête atlantique en 1957. Sur 86 personnes à bord, dont beaucoup de jeunes stagiaires, six seulement ont survécu.

[ad_2]