Passé, présent et futur de la marque Laser !

Passé, présent et futur de la marque Laser !

Alors que la sélection en tant qu’équipement olympique fait honneur à une association de classe, il en résulte le fardeau de répondre aux exigences de World Sailing et du Comité International Olympique. Telle a été la réalité de l’International Laser Class Association (ILCA).

Lorsque l’ILCA a réussi à faire campagne pour rester l’équipement à Paris 2024 pour le dériveur monoplace pour hommes et femmes, elle est venue avec le mandat de lever les restrictions actuelles limitant les fournisseurs d’équipement à trois fournisseurs, et pour que le marché dicte l’approvisionnement commercial.

Cette nouvelle ère pour l’ILCA n’a pas été sans batailles, la classe cherchant dans ce rapport à informer ses membres de l’impact de ces changements sur la voie à suivre:

À la suite des actions antitrust engagées en Europe, World Sailing a apporté un certain nombre de modifications au processus de sélection et d’examen des équipements olympiques. Afin de se conformer aux réglementations de l’UE, World Sailing exige désormais que toute partie intéressée répondant aux qualifications techniques et aux exigences réglementaires requises soit en mesure de fabriquer et de vendre de l’équipement olympique.

Pour ILCA, cette politique de World Sailing a nécessité un changement fondamental dans la façon dont notre classe fonctionne depuis près de 50 ans, non seulement dans la façon dont les constructeurs sont déterminés, mais surtout dans les marques utilisées sur les équipements légaux de la classe.

La commercialisation du canot laser a commencé au Canada au début des années 1970 avec un seul fabricant, Performance Sailcraft International (PSI), qui revendiquait les droits sur la marque LASER et l’insigne sunburst dans la plupart des régions du monde.

Alors que le bateau gagnait en popularité, PSI a reconnu la nécessité d’octroyer des licences aux nouveaux constructeurs afin de répondre à la demande. Ces nouveaux constructeurs ont obtenu une licence pour le manuel de construction confidentiel, qui décrit les spécifications techniques sur la façon de construire le bateau, ainsi que les droits d’utilisation de la marque LASER sur certains territoires.

Ces territoires exclusifs limitaient la concurrence pour la production d’équipements de classe légale et rendaient les droits de construire et de vendre le bateau plus lucratifs. Malheureusement, PSI a fait faillite au début des années 80 avec deux résultats principaux:

1) Le manuel de construction était sous le contrôle conjoint de l’ILCA, (concepteur) Bruce Kirby, et des fabricants autorisés qui existaient à l’époque, et
2) Chacun des fabricants sous licence a été autorisé à acquérir la propriété de la marque LASER sur son territoire.

Au fil des ans, les constructeurs sous licence sont venus et ont disparu, conduisant finalement à la situation que nous voyons aujourd’hui où Performance Sailcraft Japan (PSJ) détient la marque pour le Japon et la Corée, Performance Sailcraft Australia (PSA) possède la marque pour l’Océanie et Velum (qui concède une licence à LaserPerformance) revendique des droits sur la marque LASER dans d’autres parties du monde.

Tout au long de l’histoire de la Classe, ce sont les accords de licence ainsi que les droits de marque qui ont déterminé où les fabricants peuvent vendre leur équipement. Ce marché contrôlé a généralement bien fonctionné au cours de la première période à forte croissance de la classe, avec plusieurs constructeurs sur presque tous les continents donnant un accès raisonnable à l’équipement.

Mais au cours de la dernière décennie, la consolidation continue des constructeurs a conduit à des problèmes d’approvisionnement chroniques dans plusieurs parties du monde, des territoires restreints empêchant d’autres constructeurs d’intervenir pour aider à atténuer le problème. Le résultat a été une croissance limitée et un accès restreint à l’équipement dans de nombreuses régions du monde, ce qui a fait que l’ILCA a du mal à travailler au sein de la structure existante pour trouver des solutions.

Pour maintenir le statut olympique, le Comité International Olympique (CIO) exige que tous les athlètes aient un accès égal à l’équipement. Principalement, cela vise à atténuer la crainte qu’un athlète puisse avoir accès à un «meilleur» équipement qui n’est disponible que dans certaines parties du monde.

Par conséquent, pendant de nombreuses années, World Sailing a exigé que les marins individuels aient le droit d’acheter du matériel de n’importe quel fabricant, indépendamment des licences ou des restrictions de marque. Afin de maintenir notre statut olympique, les constructeurs approuvés par la classe ont accepté cette disposition, bien que l’obtention de l’équipement à travers les territoires ait généralement entraîné des dépenses beaucoup plus élevées pour les marins (par exemple, les frais d’expédition).

Au cours de la dernière décennie, le petit nombre de fabricants et l’accès très limité des nouveaux constructeurs ont entraîné des pénuries chroniques d’équipements dans de nombreuses régions du monde. En tant que classe olympique, cela a été un vrai problème pour les aspirants olympiens qui ont été mis au défi d’acquérir à moindre coût l’équipement dont ils ont besoin pour concourir au niveau mondial. Mais de plus, l’offre limitée a également eu un impact significatif sur la croissance potentielle de notre Classe.

Dans ce contexte, au cours des dernières années, plusieurs fabricants d’équipements marins en Europe ont lancé des actions anti-monopole contre World Sailing, affirmant qu’ils se voyaient refuser l’accès au marché olympique des équipements de voile.

En raison de la taille du marché et du contrôle strict des nouveaux fabricants, la Commission européenne a fait de la classe laser un point central de ses enquêtes préliminaires, en examinant attentivement le fonctionnement de la classe dans le passé et les changements nécessaires pour l’avenir.

Il convient de noter que l’enquête de l’UE est en cours et que l’ILCA est désormais en communication directe avec la Commission européenne dans le cadre de nos efforts pour résoudre ce problème.

En raison des pressions en Europe, World Sailing a maintenant mis en place une politique d’examen antitrust en vertu de laquelle toutes les classes olympiques seront évaluées pour la conformité aux réglementations antitrust. L’ILCA a été la première classe olympique à passer par ce nouveau processus, après avoir terminé l’examen de l’équipement pour les Jeux olympiques de 2024 en mars 2019.

Après cet examen, le Conseil mondial de la voile, lors de sa réunion de mi-année en mai 2019, a voté à une écrasante majorité pour conserver la norme et la radiale pour les Jeux Olympiques de 2024, sous réserve de l’exigence que l’ILCA démontre la conformité avec la politique d’équipement olympique de World Sailing qui comprend l’exigence de accès ouvert aux constructeurs et aux fournisseurs d’équipement.

La politique sur les équipements olympiques exige que les classes de voile olympique disposent d’un processus par lequel «toute partie intéressée qui satisfait aux qualifications techniques et aux exigences réglementaires nécessaires doit être en mesure de fabriquer et de vendre des équipements olympiques». De plus, le processus de sélection du fabricant doit être défini. sur une base juste, raisonnable et non discriminatoire »(FRAND).

Pour mettre en œuvre la politique de World Sailing, l’ILCA a désormais établi les procédures nécessaires pour recruter de nouveaux constructeurs. L’objectif principal est de garantir le principe de conception unique qui est le fondement de notre classe – que tous les bateaux sont construits selon les mêmes normes strictes quel que soit le fabricant. Ce nouveau processus de création est en cours et les détails de la procédure d’approbation seront décrits dans les articles suivants.

Pour l’avenir, le plus grand changement visible que les marins verront concerne la marque des bateaux. ILCA ne possède ni ne contrôle la marque LASER et toutes les tentatives pour parvenir à un accord de licence mondial entre les trois propriétaires de marques pour le nom Laser et le logo sunburst ont échoué l’été dernier.

En conséquence, afin de se conformer à la politique d’équipement olympique de World Sailing, l’ILCA a procédé à un vote de modification des règles pour supprimer l’exigence selon laquelle les constructeurs agréés doivent également avoir le droit d’utiliser la marque Laser. Le changement de règle, approuvé par 79% des membres de la classe, permettra à la classe de «dé-marquer» et permettra aux nouveaux constructeurs de vendre l’équipement légal de la classe sous d’autres noms de marque.

Un point important à souligner ici est qu’il n’y aura plus de territoires artificiels pour la vente d’équipements légaux de classe – les constructeurs seront désormais autorisés à se faire directement concurrence.

Bien sûr, avec de nouveaux constructeurs utilisant de nouvelles marques, nous devrions nous attendre à voir des bateaux légaux de classe avec une marque alternative s’affronter dans les mêmes régates. Un article ultérieur abordera ce sujet plus en détail et ce à quoi nous pouvons nous attendre à l’avenir.

Dans les semaines à venir, nous avons l’intention de publier plus d’articles dans lesquels nous entrerons dans plus de détails et aiderons tous les membres à mieux comprendre comment notre classe continuera d’évoluer à l’avenir. Cet article est une introduction; fournir des informations de base pour définir le contexte.