ePropulsion apporte de nouvelles batteries Spirit 48V aux États-Unis

ePropulsion a lancé son prochain modèle de moteur électrique pour bateau Spirit 1.0 – le Spirit 1.0 Plus – sur le marché américain, ainsi qu’une nouvelle gamme de batteries LiFePo4 appelée E-Series.

Les Spirit 1 Plus et E-Series sont vendus au Royaume-Uni depuis avril et sont maintenant mis à la disposition des revendeurs et des consommateurs américains par l’intermédiaire des distributeurs américains d’ePropulsion, Mack ennuyeux (Est) et Quatre mers (Ouest).

Batteries ePropulsion jumelées à leurs 3 hors-bord: Spirit 1 Plus, Navy 3 et Navy 6

La principale différence entre le Spirit 1 original et le Spirit 1 Plus est que la tension nominale du Plus est de 48V, alors qu’elle était de 40,7V pour le modèle d’origine. Cela signifie que la tension nominale est désormais la même sur toute la gamme de hors-bord ePropusion: le Spirit 1.0 Plus, le Navy 3.0 et le Navy 6.0. La chimie de toutes les batteries ePropulsion est le phosphate de fer lithium (LiFePo4).

Pas par hasard, toutes les trois batteries de la gamme E-Series sont également de 48 V et ont des capacités en kiloWatt (kWh) heure de 2,05 kWh (le E40), 4,1 kWh (E80) et près de 9 kWh (8,960) pour le E175.

Pour être clair, la batterie E40 est une batterie auxiliaire et non la batterie fournie en standard avec le Spirit 1.0 Plus. Le pack standard a 1,276 kWh, soit environ la moitié de la capacité du E40. C’est encore plus gros que le pack de la première édition du moteur, et comparé à celui d’origine Spirit, le Plus a une autonomie d’environ 25% de plus que l’original.

Le résultat est que le Spirit 1.0 Plus peut fonctionner pendant 5 heures à vitesse de croisière / économique et une heure et quart à pleine vitesse. (En fonction du poids de la charge.)

ePropulsion fondée en 2012

ePropulsion a été fondée en 2012 par quatre étudiants en génie mécanique et électrique de l’Université des sciences et technologies de Hong Kong (HKUST), 27e au classement mondial des universités QS.

Le chef du groupe était Danny Tao, un passionné de sports nautiques qui avait l’habitude de faire du kayak pour profiter d’un quartier calme à environ cinq kilomètres du campus sur Clear Water Bay. Alors que de plus en plus d’amis ont commencé à le rejoindre, ils ont essayé un jour de prendre une barque à rames. «Ce n’est pas une bonne idée», se souvient-il. «Le bateau était au fond de l’eau et il était incroyablement difficile de se déplacer.»

Il a également travaillé comme bénévole dans une organisation de protection des océans. Il n’était donc pas intéressé par l’utilisation d’un moteur à combustible fossile malodorant et bruyant pour se rendre à destination. Il a acheté un moteur électrique d’occasion, installé un arbre et une hélice et l’a embarqué sur la chaloupe. (Pas tellement différent de Gustave Trouvé qui attachait un moteur électrique portable à un bateau sur la Seine 130 ans plus tôt.)

Pris par les possibilités d’un moteur de bateau électrique, Tao a fait son mémoire de maîtrise sur la façon de créer une entreprise pour les fabriquer. Il a été encouragé par son professeur-conseil, Li Zexiang, président de la plus grande société de drones grand public au monde, DJI.

En 2014, la société était en marche, l’ePropulsion Spirit 1.0 était prête pour le monde et elle a été présentée au salon METStrade d’Amsterdam en 2015.

S’exprimant lors du salon sur le développement de l’Esprit, Tao a déclaré à sail24.com «Au début, nous pensions que la puissance était cruciale, mais maintenant nous savons que le poids du produit joue un rôle plus important.»

Focus sur 3 moteurs – avec quelques ramifications!

Grâce à cet apprentissage, l’ePropulsion s’est développée en choisissant de se concentrer uniquement sur trois modèles hors-bord – Spirit, Navy 3.0 et Navy 6.0 – plutôt que de développer de nombreux moteurs différents sur une large plage de puissance. Les moteurs 1.0kW / 3hp et 3kW / 6hp viennent également comme pods pour les voiliers et la société s’est associée à RSSailing l’année dernière pour développer une configuration personnalisée pour les coureurs de jour de quillard RS21.

L’amour de Danny Tao pour les autres sports nautiques a également conduit l’entreprise à développer le Vaquita moteur léger pour SUP et kayak, Mertek planche de surf électrique et, peut-être avec une certaine influence de DJI, le Navatics drone sous-marin.

En 2018, ePropulsion a été nommée l’une des 50 entreprises technologiques chinoises les plus précieuses et a également reçu un investissement de 10 millions de dollars du fonds de capital-risque Beyond Ventures et Brizan Investments qui aidera à faire croître le Navatics MITO – un drone sous-marin 4K qui prend des photos sous-marines ultra-stables et vidéo.

Prêt à se développer sur le marché nord-américain en pleine croissance

Au cours des 6 dernières années, l’entreprise s’est bâtie une solide réputation pour ses produits fiables et innovants, tels qu’un module sans fil pour le Spirit qui vous permet de contrôler l’accélérateur depuis la proue ou le centre du bateau sans les tracas des câbles et des connecteurs.

Maintenant bien implanté en Europe, où le marché du bateau électrique est plus ancien et plus développé, ePropulsion travaille avec Mack Boring et Four Seas pour avoir le même genre de succès en Amérique du Nord. L’ePropulsion  montre environ 20 sites aux États-Unis, mais cela ne manquera pas de s’étendre avec l’intérêt croissant pour les bateaux et la navigation de plaisance sans fossiles.