Connaître Paris par ses ponts

Connaître Paris par ses ponts

Des guides touristiques sur les bateaux-mouches vous diront que le Pont Marie est le pont des amoureux. L’histoire raconte que si vous faites un voeu alors que le bateau glisse sous le pont et gardez le voeu secret, il sera exaucé. Un soir d’été, j’ai emmené deux étudiantes pour une promenade en bateau. Alors que nous approchions du pont, un enregistrement annonçait: « Si vous êtes avec la personne que vous aimez, embrassez-la sous le pont, faites un vœu, et votre vœu se réalisera. » Un des élèves ferma les yeux et fit un souhait, même si son petit ami était loin de l’océan.

Il y a des ponts magnifiques qui surgissent au moment où vous vous y attendez le moins. Celui qui mérite d’être découvert n’est pas à Paris lui-même, mais près de la ville de Chatou à environ 16 km à l’ouest de Paris.

J’ai trouvé le pont en ramant un dimanche après-midi dans un bateau en bois à deux places centenaire le long de la Seine avec Kareen Sontag, membre de la Sequana Association, un club de trois décennies dédié à la restauration, la reconstruction et présentant certains des bateaux les plus importants ayant sillonné les eaux de la Seine entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.

Je pouvais entendre le grincement du siège de Kareen pendant qu’elle exécutait chaque coup, le plop de ses rames lorsqu’elle les plongeait brusquement dans l’eau et le gargouillis d’eau contre la coque lorsque le bateau avançait.

«Vous n’êtes pas en banlieue parisienne; vous êtes dans une forêt verte », a-t-elle déclaré. «Regardez la rivière et les arbres verts qui s’élèvent au-dessus au loin, et vous êtes dans le monde d’il y a 100 ans.» Elle a ramé devant des péniches décrépites et des péniches amarrées sur les rives. Elle s’est arrêtée alors que nous allions ramer sous un pont ferroviaire à trois arches en fer et en pierre qui transportait autrefois des trains le long de son itinéraire. Kareen m’a dit qu’elle était célèbre dans la peinture et la littérature comme symbole de modernité, car le chemin de fer était le moyen par lequel les Parisiens du XIXe siècle venaient dans les communautés fluviales locales pour profiter de leurs loisirs.

Pierre-Auguste Renoir a peint le pont en 1881, le cachant presque entièrement derrière des châtaigniers en fleurs à grandes fleurs roses. Il a mis le pont loin en arrière-plan de l’une de ses œuvres les plus connues de la même période, Déjeuner de la fête de la navigation de plaisance. Guy de Maupassant a évoqué le pont dans sa nouvelle «Femme Fatale», décrivant une ligne de chaloupes qui accélèrent le long de la Seine et «deviennent de plus en plus petites jusqu’à ce qu’elles disparaissent au-delà du pont ferroviaire et au loin». Le pont a été photographié en noir et blanc au début du XXe siècle pour les cartes postales.