Cascade sous-marine et 13 autres sites incontournables de l’île Maurice

Personne n’a besoin d’aide pour trouver une belle plage à Maurice, mais il y a aussi des tonnes à explorer loin de l’eau.

Pour une petite nation, Maurice regorge de randonnées pittoresques à travers les montagnes, de lieux de pèlerinage sacrés, de plats incroyables et de zones historiques qui retracent l’histoire de l’île.

Cascade sous-marine

Juste au large de la côte du Morne, au sud-ouest de l’île, l’île Maurice offre une illusion spectaculaire.

Le sable et le limon au fond de l’océan s’écoulent d’une manière qui donne l’impression de couler dans une cascade – ou comme si l’île entière est aspirée dans un vaste drain.

C’est vraiment juste le flux de courants sous-marins qui crée l’image dramatique. L’eau de l’océan est spectaculaire depuis le rivage, mais pour voir cette vue particulière, il faut un tour en hélicoptère. Des visites sont organisées juste pour ça.

Terre colorée de Chamarel

Les sables colorés de Chamarel sont causés par la lave se transformant en minéraux argileux.

Sur une colline exposée à l’intérieur d’un parc, la terre prend des teintes arc-en-ciel magiques de violet, rouge, violet, vert, bleu et jaune.

Les couleurs sont plus vibrantes au lever du soleil, et elles semblent changer au cours de la journée lorsque le soleil se déplace et que les nuages ​​passent au-dessus. À proximité, une cascade étroite plonge sur une falaise et le parc national des gorges de la rivière Noire à proximité protège ce qui reste de la forêt tropicale d’origine de l’île.

Plage de Pereybere

Certains des meilleurs sites de plongée et de snorkeling à Maurice sont situés au large de la plage de Pereybere.

Parce qu’il doit y avoir une plage sur cette liste, nous avons traqué les meilleurs.

Juste après les bus touristiques et les camions de nourriture qui obstruent la plage principale de Grand Baie se trouve un rivage secret, une petite entrée où l’eau est tout aussi bleue, le sable tout aussi blanc.

Mais les gens sont principalement des familles qui amènent leurs enfants à nager dans les eaux calmes au large de Pereybere. Cela ne signifie pas que c’est une plage pour enfants.

C’est plutôt un endroit heureux entre les deux, à proximité des restaurants et de la vie nocturne de Grand Baie, mais assez calme pour se sentir loin de tout.

Ici, les eaux se déversent vers un sanctuaire marin protégé, où les développements hôteliers sans cesse croissants de l’île ne peuvent pas atteindre. Les petites îles à une courte distance en bateau sont inhabitées, à l’exception d’un petit poste de la Garde côtière.

C’est là que se trouvent certaines des meilleures plongées et plongées en apnée à Maurice.

Par endroits, même la plongée avec tuba est trop. Il suffit de patauger dans l’eau pour voir tout ce qui se cache sous la surface. Pour ceux qui se sentent moins actifs, il y a un catamaran de luxe pour offrir aux clients un dîner gastronomique au bord de la plage parmi les ruines de l’ancien manoir du gouverneur néerlandais.

Musée de la photographie

Dans la seule rue piétonne de Port Louis, en face du théâtre municipal, se trouve l’un des trésors cachés de la ville.

Le Musée de la photographie est l’aboutissement de la passion de Tristan Bréville pour les appareils photo, et sa collection personnelle d’un million d’images documentant l’histoire de Maurice.

Seuls quelques-uns sont exposés. Parmi les joyaux se trouve une collection d’images de daguerréotype qui sont les premières photos prises n’importe où en Afrique.

Dhal puri au marché central

Le marché central de Port Louis a subi une cure de jouvence il y a quelques années, ce qui a nettoyé le bâtiment et laissé intacts les couleurs, les odeurs et les saveurs qui définissent la cuisine mauricienne.

Les étals du marché regorgent de piments, de fruits du dragon, de pommes roses et de tours de légumes.

Vers le centre est une salle de restauration où les vendeurs servent des jus de fruits frais et la nourriture de rue locale définitive, le dhal puri. Il s’agit de pois cassés jaunes enveloppés dans un pain plat roti et servis avec du chili au goût.

Le Pouce

La montagne connue sous le nom de Le Pouce surplombe Port Louis. Ce n’est pas le plus haut sommet de l’île Maurice, mais son emplacement à côté de la capitale en fait le plus emblématique.

Monter au sommet prend environ une heure. En descendant, marcher jusqu’au centre-ville prend deux ou trois heures.

Près de la base, à Moka, se trouve la maison créole à Eureka. La maison coloniale a subi une magnifique restauration et le restaurant est fier de servir la meilleure cuisine mauricienne.

Grand Bassin

Lorsque les volcans qui ont créé l’île Maurice se sont éteints, l’un des cratères s’est rempli d’eau et est devenu un lac appelé Grand Bassin.

Il est également connu sous le nom de Ganga Talao, un nom qui relie symboliquement l’eau au Gange en Inde. Les eaux ici ont pris une signification religieuse similaire, avec un sanctuaire à Lord Shiva dominant le bord du lac.

«Grand Bassin est un lac qui est considéré comme l’un des endroits les plus sacrés de Maurice, en particulier pour la communauté hindoue», explique Sarvesh Unuth, un professeur d’anglais visitant le lac.

Il dit qu’il peut y avoir du monde, visité par plus de la moitié de la population de l’île en quelques semaines lors du festival Shivratri célébré chaque année en l’honneur de Lord Shiva.

Les autres jours, c’est un lieu de réflexion tranquille avec un microclimat plus frais que le reste de l’île Maurice.

Musée Blue Penny

Un musée dédié à un seul timbre peut ne pas sembler être l’attraction la plus fascinante, mais le Blue Penny Museum présente un aperçu captivant de l’histoire mauricienne.

Le musée se concentre sur deux des timbres les plus rares au monde: le sou rouge et le sou bleu. Les deux ont été émis en 1847 par le gouvernement colonial britannique.

Seulement 500 ont été imprimés de chacun, à partir d’une seule plaque. Le dernier vendu aux enchères publiques en 2011 a rapporté plus de 1 000 000 £ à Londres – le prix le plus élevé jamais payé pour un timbre.

Le Blue Penny Museum présente de rares exemples de timbres, mais seulement pendant 10 minutes à la fois. Le musée présente également des œuvres d’art, des pièces de monnaie et des passages captivants de l’histoire mauricienne en tant que plaque tournante pour les marins traversant l’océan Indien.

Jardins botaniques Sir Seewoosagur Ramgoolam

Célèbres pour leurs nénuphars vraiment gigantesques, les jardins botaniques SSR sont un lieu de pique-nique préféré pour les Mauriciens qui s’étalent sous la canopée tropicale.

Toutes les plantes n’ont pas été étiquetées, mais tous ceux qui veulent connaître les histoires de la flore peuvent engager un guide à l’entrée.

En plus des palmiers imposants, les jardins comprennent de nombreuses plantes qui ont produit les épices qui ont amené les Européens à se battre en Asie pour le commerce de nouvelles saveurs.

L’église Saint-François d’Assise du XVIIIe siècle fait face aux jardins, construits pour les riches propriétaires terriens de l’époque.

Hippodrome du Champs de Mars

Le Champs de Mars à Maurice cherche à devenir le « prochain Dubaï » car il s’appuie sur son immense popularité.

L’hippodrome occupe une importance démesurée à Maurice.

Là où certains pays utiliseraient un stade ou un parc pour de grands événements nationaux, Maurice utilise son hippodrome. Créé en 1812, c’est là que le pays a déclaré son indépendance de la Grande-Bretagne en 1968.

Mais il reste utilisé pour les courses de chevaux entre avril et novembre, lorsque le temps est plus frais et que les foules se pressent sur le terrain pour placer des paris le week-end.

Dans les tribunes, la haute société se mêle à ses plus beaux atours, mais les terrains sont généralement gratuits et ouverts à tous.

Vergers du Labourdonnais

Cette grande maison de plantation a été minutieusement restaurée en 2006 et transformée en musée pour capturer le mode de vie des grands propriétaires fonciers mauriciens.

Le Château de Labourdonnais organise des visites (obligatoires) de la maison, mais propose également de délicieux repas dans son restaurant et une boutique remplie de produits bio à base de fruits cultivés dans les vergers. La distillerie produit du rhum à partir de la canne à sucre cultivée sur la propriété.

La Place d’Armes

L’esplanade principale à travers Port Louis attire l’attention, bordée de palmiers royaux et de vieux canons qui vont du port revitalisé à la maison du gouvernement colonial français, le plus ancien bâtiment de l’île Maurice.

Il fait souvent plus chaud ici que partout ailleurs sur l’île, mais le matin, le boulevard fait une belle promenade et un bon point central pour explorer les bâtiments coloniaux dans d’autres rues comme la rue Saint-Georges, où l’architecture est glorieuse – que ce soit fané ou restauré.

Le Morne

La montagne du Morne n’a été ouverte au public que l’année dernière, permettant aux visiteurs d’explorer le site de l’une des plus importantes communautés d’esclaves en fuite au monde.

Les bureaux du Fonds fiduciaire pour le patrimoine du Morne sont situés dans le village voisin du Morne, où les visiteurs peuvent rencontrer des guides qui expliquent l’importance de la montagne.

Avec des falaises sur trois côtés, le sommet de la montagne a fourni un site facilement défendable pour les marrons, comme les évadés étaient connus, qui ont recréé les traditions de l’Afrique continentale et ont donné naissance à une nouvelle forme de musique, le sega.

Aapravasi Ghat

Près de 500 000 travailleurs sous contrat ont été amenés d’Inde à Maurice entre 1834 et 1920, non seulement pour travailler dans les plantations locales, mais pour être envoyés dans toutes les colonies britanniques.

Lorsque les bâtiments d’Aapravasi Ghat ont commencé à traiter les nouveaux arrivants d’Inde, le système était censé montrer la supériorité des travailleurs « libres » après l’abolition de l’esclavage.

Le dépôt de Port Louis a été la première étape de ce qui est devenu un système mondial de migration. Les bâtiments sont mieux expérimentés avec un guide, disponible gratuitement, qui peut donner un meilleur aperçu des expériences des personnes dont la vie a changé ici.