Bagoù – Le nouveau catamaran électrique radical de France

Bagoù – Le nouveau catamaran électrique radical de France

Avec deux arcs inversés pour réduire la traînée et un large espace pour dîner, se divertir et nager, ce nouveau catamaran électrique est conçu pour une fête jusqu’à dix personnes pour profiter d’une journée relaxante et calme sur l’eau.

Le Bagoù 7.0 est la création du fondateur de Bagoù Boats, Jérôme Clément, un passionné de voile et chef d’une entreprise d’électricité à Lorient, en Bretagne («Bag» est le dialecte local du bateau et «Bagoù» au pluriel).

M. Clément n’est pas étranger à la conception de bateaux, ayant auparavant travaillé chez les spécialistes électriques et hybrides Barillec Marine et sur le trimaran Race for Water. Mais pour le 7.0, il a retenu l’expérience de son compatriote breton et architecte naval Julien Marin.

L’expérience est la chose

Ensemble, ils ont esquissé l’expérience qu’ils voulaient créer pour les clients. Ils ont imaginé le Bagoù comme un bateau à utiliser pour des journées de détente sur l’eau, avec une baignade à l’arrière et une atmosphère presque familiale comme dans la zone principale où les clients pouvaient s’étendre pour profiter du soleil, de cocktails et d’apéritifs ou même d’un repas.

À certains égards, son concept est similaire à celui du ponton électrique modifié par Elux que l’ancien entrepreneur médical Howard Root propose dans son chantier naval du Minnesota. GM a également présenté un bateau de croisière à ponton électrique conçu pour la détente au salon nautique de Détroit.

La vitesse n’est pas le problème critique avec le Bagoù, mais l’efficacité (lire l’autonomie de la batterie) et la stabilité sont toutes deux importantes. D’où les coques de catamaran inspirées des voiliers de course à voile et le choix du matériau: contreplaqué / époxy pour réduire le poids.

Deux moteurs et batteries sur chaque coque de catamaran

Lorsqu’il est vide, le Bagoù ne pèse que 850 kg / 1875 lb et les coques inhabituellement hautes et visuellement frappantes ont moins de 60 cm de large à la ligne de flottaison. En plus de réduire la traînée, ils ont été conçus pour accueillir les moteurs et maintenir les batteries à l’intérieur de chaque «ponton».

Alors que le bateau peut accepter tous les hors-bord, l’équipe a travaillé avec Torqeedos comme moteurs préférés et l’a testé avec des Cruise 2.0, des Cruse 10.0 et même deux RXL Deep Blue de 50 kilowatts. La portée et la vitesse varient évidemment en fonction du moteur et de la batterie, mais le bateau est optimisé pour des vitesses de 5 à 18 kts.

deux vues du catamaran électrique montrant différentes tables et disposition des siègesL’expérience à l’intérieur du Bagoù 7.0 a motivé chaque décision concernant le bateau. La largeur en soi – 2,77 m / 9 pieds à l’extérieur et 2,5 m / 8 pieds à l’intérieur – offre une conduite en douceur ainsi que beaucoup d’espace pour jusqu’à 10 personnes.

Il y a un grand banc en forme de U avec des coffres de rangement en dessous, une salle à manger avec table et une large plate-forme de natation. Le cockpit et la console ont tous les instruments pour surveiller les performances, y compris la vitesse, la consommation, la capacité restante de la batterie et la portée.

Plans pour plusieurs dispositions et options

Le premier modèle du Bagoù a été dévoilé la semaine dernière au salon nautique du Grand Pavois en France, mais il est prévu de donner aux clients de nombreuses options pour différentes expériences.

Xavier Petitcolin, en charge du développement et du marketing pour Bagoù, a déclaré: «L’avantage de construire cette plate-forme est qu’elle nous permet de l’adapter à différentes architectures. Nous pouvons absolument voir un toit bimini et des versions avec une cabine fermée ou spécialement conçues pour un club de plongée. »

Le bateau est destiné à la fois au bateau de plaisance et au marché commercial. «Nous ciblons également les professionnels du tourisme fluvial et de la gastronomie», précise Petitcolin. « Par exemple, il pourrait être utilisé comme navette d’hôtel ou bateau d’excursion ou nous pourrions imaginer un restaurateur organisant et cuisinant des dîners sur l’eau. »

Un essai routier

Quant au premier modèle exposé au Grand Pavois, la preuve en est au pudding. Le magazine nautique français Figaronautisme LINK a eu l’occasion de faire un essai routier et a dit ceci:

Dans la version que nous avons essayée (2 X Cruze 10 avec 10 kW / h de batteries chacune), nous avons navigué pendant environ 5 heures à 6 nœuds avec 7 personnes à bord pour une balade très agréable sur une belle mer avec une légère côtelette. Les commandes du moteur sont bien placées et l’accélération est rapide, ce qui nous permet de dégager rapidement la zone d’amarrage et de nous réveiller des autres bateaux. Dans l’ensemble, le bateau tient sa promesse et, bien sûr, ce qui a séduit les personnes à bord, c’est l’absence de bruit. C’est comme être sur un voilier.

Super post