Technologie maritime – Voile et gréement: Viking

La reconstruction des voiles du navire Skuldelev s’est avérée un défi particulier pour le Musée des navires vikings, car il n’y a que peu de traces conservées dans les archives archéologiques. Il est donc nécessaire de s’appuyer sur des informations provenant de découvertes comparables et de preuves ethnologiques. Voici un résumé des questions générales concernant la reconstruction de la voile et du gréement:

https://youtu.be/nAvm0isKXhs

La voile carrée des navires vikings était, en taille et en forme, développée avec la taille de la coque et le type de navire. Le facteur crucial central est l’équilibre élémentaire entre la coque, la voile et le gouvernail lorsque l’on navigue contre le vent, c’est-à-dire en navigation rapprochée.

Si la voile est trop large par rapport à la coque et à la forme de la coque, le navire cherche loin du vent – il a une barre sous le vent et ne peut pas virer de bord contre le vent.

Si la voile est trop étroite, le navire se transforme en vent sans que le gouvernail ne puisse l’empêcher – il a une barre météo. Si cela n’est pas corrigé, le navire est dangereux à naviguer – en fait, il est inutile en tant que voilier.

Si la voile est trop basse, le navire naviguera trop lentement et il naviguera d’abord correctement lorsque le vent est très fort.

Si la voile, et avec elle le mât, est trop élevée, la charge est trop importante et il est nécessaire de risquer la voile trop tôt.

De plus, il est essentiel que les différents types de navires soient lestés et chargés correctement.

Tous ces facteurs peuvent être suivis de près sur Skuldelev 3, qui a non seulement conservé des traces du mât, mais aussi des trous de fixation pour fixer la voile vers l’avant au rail, et des trous d’écoute vers l’arrière pour prendre la feuille. La largeur de la voile peut donc être calculée avec précision.

Dans les successeurs des navires vikings, les bateaux à gréement carré nord-européens, des conditions identiques peuvent être tracées. Ici, il y avait des réglementations pour les dimensions du mât, de la voile et du gouvernail pour les différents types de bateaux.

Il y a un certain nombre de découvertes de détails de gréage, par exemple des blocs, des épingles de linceul, des fragments de mât, des cours, etc. de la période Viking et du Moyen Âge. Ils montrent peu de variation de principe et d’exécution tout au long de cette période, ainsi que par rapport aux derniers bateaux nordiques à gréement carré du début du XXe siècle. En combinaison avec la tradition orale, il est donc possible de produire un gréement pour chaque navire à l’intérieur de contraintes très étroites.

Références
Andersen, Bent et Erik Andersen 1989: Råsejlet – Dragens Vinge. Roskilde.

Andersen, Erik 2001: La voile de laine. Recherche en longues longueurs. Bulletin d’archéologie maritime de Roskilde 16, 22-29.

Andersen, Erik, Ole Crumlin-Pedersen, Søren Vadstrup et Max Vinner 1997: Roar Ege. Skuldelev 3 skibet som arkæologisk eksperiment. Roskilde.

Super post