Philippe Briand | L’homme dont les créations ont lancé plus de 12000 yachts

Philippe Briand est réputé pour allier beauté et haute performance. Mark Chisnell l’a rencontré dans son studio de Londres

Il y a eu plus de 12000 bateaux construits selon les conceptions de Philippe Briand au cours des quatre dernières décennies dans une carrière remarquable qui a commencé avec un bateau en bois de 25 pieds à la règle internationale de l’offshore (IOR) dans les années 1970.

Briand n’avait que 16 ans lorsque ce premier bateau a été construit, et il a remporté la légendaire Admiral’s Cup – à la hauteur de compétition de l’IOR – avec une équipe française qui comprenait deux de ses designs.

Il a dessiné les challengers de la French America’s Cup de 1986 à 2000 puis, après avoir évolué sur des superyachts, il a conçu le 42m Mari-Cha IV, un ketch exceptionnel qui a détenu le record de traversée de l’Atlantique pour les monocoques pendant plus de 12 ans.

Philippe-Briand-profil-de-concepteur-de-superyacht-Mari-Cha-IV-Thierry-Martinez

Le «bateau fantastique» de Briand, Mari-Cha IV, a détenu le record de l’Atlantique pendant 12 ans. Photo: Thierry Martinez

C’est une carrière qui a eu des débuts prometteurs. Fils d’un marin du dragon olympique et propriétaire de voiliers, Briand a commencé à flotter à l’âge de trois ans sur les bateaux de son père, puis a été diplômé de son propre Optimist à neuf ans. «Je suis né dans une famille où nous nous en tenons à ne parler que de bateaux, de bateaux de course, à table.

«Nous avons toujours été profondément impliqués dans la course. Mon père est allé aux Jeux Olympiques en 68 [where he was 8th]. Il a remporté le championnat d’Europe Dragon. Il possédait également le plus grand voilier d’Europe à cette époque », explique-t-il.

Le premier bateau était un Quarter Tonner en bois (une classe à cote fixe IOR) qui a remporté des régates et a été reproduit 11 fois. «À 18 ans, je suis allé travailler avec Pelle Petterson en Suède, et il a été important pour moi parce que nous avons travaillé sur tant de types de designs différents.

Philippe-Briand-superyacht-designer-profile-close-up-credit-Gullaume-Plisson

Chaque détail tombe sous l’œil attentif de Briand, qui a conçu son premier bateau à 11 ans. Photo: Guillaume Plisson

«À cette époque, il concevait une voiture, la voiture de sport Volvo P1800, et était deux fois médaillé aux Jeux Olympiques de l’Étoile. Il a également conçu un bateau de production, le Maxi, qui a connu un grand succès dans les années 70 et le plus grand bateau de production à l’époque. J’en suis toujours très inspiré. »

Briand a travaillé avec Petterson sur la conception d’un championnat du monde de 6 mètres, puis du 12 mètres que Petterson a navigué à la Coupe de l’America en 1977. Il était célèbre pour les treuils à pédales sous les ponts. «C’était l’idée de Pelle», dit Briand. C’est une idée qui a refait surface avec beaucoup de succès pour Team New Zealand lors de la Coupe de l’America aux Bermudes en 2017.

C’est en 1978 que Briand rentre chez lui et crée son propre bureau de design à La Rochelle. Il n’avait aucune formation en architecture navale formelle. «J’étais pressé et je voulais me lancer dans la conception de bateaux.» À peine six ans plus tard, en 1984, il remporte la One Ton Cup, probablement la classe IOR la ​​plus compétitive de la période. C’était dans un bateau de son propre design appelé Passion 2. Briand n’avait que 28 ans et avait déjà remporté la Half Ton Cup en Norvège l’année précédente.

Philippe-Briand-superyacht-designer-profile-dog-credit-Gullaume-Plisson

Photo: Guillaume Plisson

« Cette [setting up his own design office] a été très courageux de ma part quand je regarde en arrière. J’ai même essayé de monter un défi français pour l’America’s Cup… J’ai commencé à concevoir un 12 mètres… Nous avons construit deux modèles réduits de voiliers et nous avons eu des résultats fantastiques…

« Malheureusement, cela s’est arrêté là parce que nous n’avons pas trouvé de parrainage. J’ai dû attendre un peu et j’ai attendu cinq ans de plus. J’ai rencontré Marc Pajot et c’est moi qui ai dit à Marc qu’il devait participer à l’America’s Cup. Il a trouvé du financement avec un syndicat et nous avons conçu French Kiss, qui était une extrapolation de la conception antérieure. » French Kiss a atteint les demi-finales du Challenger de l’America’s Cup 87 à Fremantle.

Briand a passé une grande partie des 13 années suivantes à essayer de remporter le trophée le plus prestigieux de la voile avec huit modèles pour six équipes. Il est entré dans la conception de superyacht en 1995 après avoir remporté la commission pour le 44m Mari-Cha III, puis a continué à dessiner Mari-Cha IV.

Il a bâti sa carrière ultérieure sur le succès de ces croiseurs-coureurs légers de haute performance, construisant des bateaux avec plusieurs des chantiers navals les plus respectés au monde, notamment Alloy Yachts, CNB, Groupe Beneteau, Perini Navi, Royal Huisman et Vitters.

«Nous concevons des bateaux de course, nous concevons des voiliers, des bateaux de production, de grands yachts à voile, nous concevons également des yachts à moteur et de grands yachts à moteur de différents types», explique Briand. «Nous avons deux bureaux, un à La Rochelle en France, où sont basés les architectes navals; c’est le bureau d’origine.

«Et depuis 2008, nous sommes également basés dans un studio à Londres, car je vis ici. L’architecture navale et plus des travaux d’ingénierie se font à La Rochelle. Nous sommes dix personnes, donc nous sommes divisés entre cinq et cinq. Nous avons trois designers ici à Londres et un administrateur, et à La Rochelle nous avons cinq architectes navals.

Philippe-Briand-superyacht-designer-profile-studio-credit-Gullaume-Plisson

La planche à dessin: Briand dit avoir passé 250 000 heures de sa vie à réfléchir à la conception de bateaux. Photo: Guillaume Plisson

«Nos développements actuels dans les super yachts à voile sont une conception de 50 m et une conception préliminaire de 90 m pour l’un de nos clients réguliers. De plus, nous avons toujours conçu des projets de course dans le cadre de notre propre R&D. C’est pourquoi nous avons développé l’hiver dernier une étude préliminaire d’un AC75 et une version réduite à 6,5 m conçue pour être un bateau d’essai potentiel pour les syndicats. C’est très amusant de travailler sur ce nouveau type de monocoque défini par un autre Français, Guillaume Verdier. »

Le bureau de Briand dispose également de deux yachts à moteur de 55m en construction à Perini Navi, tandis que le 58m Najiba a été lancé par Feadship l’année dernière. «Nous avons maintenant deux nouveaux projets sur la planche à dessin, qui sont un nouveau type de bateau: l’un est un bateau d’expédition pour la classe de glace [55m] et son but est de traverser le passage du nord-est; et l’autre a sa priorité en tant que beauté. Nous concevons donc un très beau yacht à moteur, un franc-bord bas, un long pont affleurant, plus inspiré par la beauté de la voile.

La beauté est l’un des fondements de la philosophie du design de Briand. «Pour moi, le design est basé sur des valeurs et il y a quatre valeurs qui sont communes à tous nos designs, voile ou moteur. Il y a d’abord et avant tout la «beauté». Ensuite, il y a la «performance», et maintenant nous avons récemment ajouté «vert» et «explorateur». Je pense que ces quatre valeurs donnent un sens au yachting…

Philippe-Briand-superyacht-designer-profile-175-ft-sloop-concept

«La beauté est bien sûr fondamentale pour les yachts et je disais que la fonction première du bateau est d’être beau. Nous avons toujours l’intention de concevoir de beaux bateaux… c’est toujours notre premier objectif. Et bien que nous exprimions cela dans les bateaux de production et nos yachts de chantier naval, je pense que le style en soi ne veut rien dire.

«Le design, le style doit exprimer la beauté interne du bateau, donc les tripes du bateau, l’aspect technique, l’efficacité. C’est la raison pour laquelle nous travaillons, nous sommes aussi des architectes navals et nous connaissons donc l’ingénierie et l’aspect technique et pour nous la deuxième priorité est la performance, car la performance est le sens du transport.

«La performance, c’est aussi avoir un bon bateau en mer, confortable, en état de naviguer, un bon mouvement en mer. Tous les aspects qui vous mettent à l’aise à bord du bateau et obtiennent la relation privilégiée que vous entretenez parfois avec votre bateau, ce que parfois les gens ne comprennent pas. Lorsque nous sommes sur le bateau, nous avons cette interaction, comme, nous pourrions avoir avec une autre personne – c’est une performance pour nous, c’est important.

Philippe-Briand-superyacht-designer-profile-flYacht-concept

Le concept de flYacht de Briand s’inspire des monocoques à foil AC75

«C’est aussi le moment où ces deux autres valeurs [green and explorer vessels] doivent également être inclus dans le yachting; ils sont un peu liés. Green, je pense que c’est quelque chose que nous ne pouvions pas manquer aujourd’hui et le yachting n’est pas très avancé sur ce point, pour être honnête.

«Il reste encore beaucoup à faire, mais en tant que designer, j’ai hâte; Je pense qu’il est de notre responsabilité de suivre cette voie, de créer un bateau respectueux de l’environnement où le propriétaire sera fier d’être à bord. Pas un bateau qui fume et pousse la mer et pollue.

«Et enfin, une beauté importante des yachts et des bateaux est qu’ils ont cette capacité d’explorer 70% de la terre – qui est la mer. Les bateaux ne sont pas seulement conçus pour se déplacer entre Portofino et Porto Cervo. Bien sûr, nous vendons des bateaux aujourd’hui à cette fin, mais si nous voulons développer l’intérêt pour la plaisance de demain, nous devons expliquer que le bateau est également utilisable pour plus d’eaux; que vous pouvez explorer la Baltique et pas seulement la Méditerranée. L’exploration est donc quelque chose que nous devons promouvoir … pour expliquer aux gens qu’ils peuvent utiliser leur bateau sur un territoire infini. Une belle pensée.

Philippe-Briand-superyacht-designer-profile-inoui-credit-Carlo-Baroncini

Le distinctif conçu par Briand Inouï à la Coupe Superyacht 2014. Crédit photo: Carlo Baroncini

Philippe Briand sur ses créations marquantes

«Le bateau que j’aime naviguer était le Mari-Cha IV, parce que c’était 42m de long, mais si facile à naviguer – une navigation facile, rapide. C’était donc un vrai plaisir. Elle a détenu le record de l’Atlantique pendant 12 ans et est toujours un bateau fantastique.

«Bien sûr, le plus emblématique est vertige car c’est le plus grand, à 67 m. Il y avait Galilée, un bateau d’exploration; c’était le genre de bateau qui a parcouru 85 000 milles en trois ans. Ce bateau était vraiment utilisé. C’est un beau bateau. »

« Nous avons eu P2 [38m], nous avons conçu un bateau pour Perini Navi; c’était aussi un exploit car nous devions faire un jeûne Perini, ce qui n’était pas l’image du chantier naval auparavant.

Philippe-Briand-superyacht-designer-profile-cnb-76

Briand est fier du succès de ses conceptions de yacht de série, comme ce CNB 76 pour le Groupe Beneteau

«Sur les bateaux de série, je suis aussi fier des grands succès comme nous avons aujourd’hui dans le CNB 76 ou le Jeanneau 64. J’en suis fier car si vous naviguez sur un bateau, cela signifie qu’il devrait être un bon design, et le coût est partie de la conception. Bien sûr, il y a beaucoup d’âme parce que c’est un bon projet, mais le projet est également bon parce que le designer a pris en compte cet aspect. C’est donc une réussite. »

«Nous avons conçu Inouï pour un propriétaire qui souhaitait un yacht performant à 30% et un yacht de croisière à 70% au look intemporel… Cependant, nous avons également réussi à vendre l’idée d’un gréement high-tech et de la grand-voile carrée. Maintenant, dix ans plus tard, le propriétaire fait principalement le tour du superyacht avec un équipage professionnel et enthousiasmé par les nouvelles voiles.  »

«Bien sûr, mon design préféré est toujours le dernier! J’aime les lignes simples, en gros. J’aime la beauté. J’aime le caoutchouc, pas le stylo. Supprimez les lignes et ne gardez que celles qui sont absolument nécessaires pour la fonctionnalité – c’est une simplicité utilisable. »

Briand en bref

Passe-temps: Voile. «Ma femme me pousse à voyager, alors nous venons de rentrer ce matin du Botswana. J’ai essayé de trouver de l’eau là-bas, donc j’étais content. Je suis tellement passionné par le design. J’ai fait un calcul approximatif: j’ai passé environ 250 000 heures de ma vie à penser aux bateaux. Je crois que cela a créé une sorte de contexte et d’expérience. Ce n’est pas du talent, je n’appelle pas cela un cadeau ou un talent, mais c’est seulement le temps de penser à la conception de bateaux. »

Inspirations: Mon père, Michel, marin du Dragon Olympique et fondateur de Tasker Sails en France; et Pelle Petterson, concepteur suédois de yachts, médaillé olympique et skipper de l’America’s Cup.

«Je suis né dans cet environnement et donc, bien sûr, je fais de la voile et de la course. J’ai vite compris que l’aspect technique était la priorité pour gagner une course. Mon père fabriquait également les mâts, les voiles, les treuils. J’ai eu l’occasion de rencontrer les meilleurs designers de l’époque car nous étions en France et ils venaient au voilier. C’était son réseau, alors j’ai utilisé ce réseau… puis j’ai commencé à concevoir. J’avais 11 ans.

Faits saillants de la carrière: « Personnellement [the highlight was] quand j’ai gagné la One Ton Cup [in 1984] moi-même en tant que concepteur et skipper du bateau. C’était une réussite.

Faits saillants de la carrière: «Je suis toujours frustré par la course. J’aimerais concevoir plus de bateaux de course et réussir dans ce domaine, qui est ma passion. Je pense que nous sommes dans un sport, et comme tous les sports, les gens croient davantage aux jeunes, ce qui peut être normal lorsque nous sommes à bord du bateau, mais qu’en est-il de l’ingénierie technique et de l’architecture? Cela n’a aucun sens. »