Les superyachts à voile et la vie en mer hors réseau sont devenus tendance

L’émergence de Covid-19 a créé une série de surprises imprévues en 2020, et une hausse des ventes de yachts à voile de superyacht pourrait en faire partie. Les yachts à voile sont une petite niche dans le monde des superyachts et sont souvent construits pour les propriétaires qui les utilisent pour la course et la croisière. En ces jours de coronavirus, ces voiliers offrent également un isolement autonome dans les lieux de croisière les plus reculés du monde. L’attrait de la voile «hors réseau» suscite un regain d’intérêt.

Le chantier naval finlandais Baltic Yachts, spécialisé dans la construction de voiliers légers en fibre de carbone, a connu une augmentation significative de l’intérêt ces derniers mois, a déclaré le vice-président exécutif de la Baltique, Henry Hawkins. Les retombées de Covid-19 ont plus que contribué à cette augmentation, dit Hawkins, ainsi que l’impact environnemental réduit qu’offre la voile et «le mécanisme qu’elle fournit pour échapper à la course effrénée».

Hawkins raconte ce que Covid-19 a apporté pour certaines personnes, c’est le temps. «Ils ont eu le temps de rêver, le temps d’explorer Internet et le temps de parler à leurs partenaires et à leurs familles de ce qu’ils attendent de la vie», dit-il. «Il y a maintenant une vraie traction avec nos clients chez Baltic.»

Le navire à voile Superyacht Asahi fait partie de la tendance accrue du courtage

Au cours des derniers mois, des superyachts à voile comme le 184 pieds Asahi sont devenues des produits chauds sur le marché du courtage.

Au cours des 18 derniers mois, la maison de courtage Burgess a vendu 10 voiliers, dont cinq mesurent plus de 164 pieds de long. C’est une énorme augmentation de 50% par rapport aux 18 mois précédents, selon le courtier de vente Burgess Henry Craven-Smith, qui estime que la société britannique a établi une part de marché de 40% pour les voiliers de plus de 130 pieds, tandis que sa part de marché pour les voiliers de plus de 164 pieds est maintenant de 60 pour cent, et 80 pour cent à l’extrémité supérieure.

Burgess a vendu le voilier gréé en ketch de 185 pieds Mondango 3 par Alloy Yachts, 184 pieds Asahi construit par Perini Navi et yacht à voile Royal Huisman de 171 pieds Météore.

Craven-Smith, qui a vendu l’emblématique Perini Navi Faucon maltais en 2009, estime que les améliorations technologiques peuvent également être un facteur contributif. «Il y a eu un énorme progrès des gréements et de la technologie de manutention des voiles ces dernières années, ce qui a facilité certains projets remarquables», a-t-il déclaré. «Le regretté Tom Perkins a résisté à la tendance avec Faucon maltais et, sans aucun doute, elle était le protagoniste derrière certains yachts extraordinaires qui ont été construits depuis.

Twizzle Sailing Superyacht vendu récemment

Twizzle est l’un des nombreux superyachts à voile qui ont changé de propriétaire.

Aux États-Unis, les voiliers ne représentent que 10% des ventes totales de superyachts, explique Bruce Brakenhoff, Jr., qui a quitté en septembre 2020 son poste de président de Perini Navi USA après 23 ans pour rejoindre la société de courtage Edmiston, en tant que directeur de son bureau nouvellement ouvert à Newport, Rhode Island.

Jusqu’à présent cette année, les ventes de voiliers d’Edmiston comprennent le 134 pieds Valquest et 95 pieds Infini, entre autres. Brakenhoff a également vu une vague sans précédent de propriétaires cherchant à acheter des voiliers au milieu du verrouillage du coronavirus. Il compare le climat actuel aux conséquences du krach financier de 2008.

«Chez Perini, nos années les plus chargées ont été 2010 et 2011. Ce sont les années les plus productives», a déclaré Brakenhoff «Mais j’ai quelques vieux amis courtiers qui font cela depuis de très nombreuses années, et en juillet ou en août, ils ont dit qu’ils n’avaient jamais été aussi occupés au cours de leurs 40 ans de carrière. Cela m’a époustouflé.