Le processus d’entrée pour les navires, y compris les superyachts, pour être admis en Nouvelle-Zélande pour l’America’s Cup est publié

Le processus d’entrée pour les navires, y compris les superyachts, pour être admis en Nouvelle-Zélande pour l’America’s Cup est publié

Senses – Superyacht – Waitemata Harbour – propriété du co-fondateur de Google Larry Page – 12 juillet 2020

Le processus d’entrée pour les navires, y compris les superyachts, pour être admis en Nouvelle-Zélande pour l’America’s Cup pendant que les frontières sont fermées a été publié par NZ Marine après des négociations avec les agences gouvernementales compétentes de la Nouvelle-Zélande.

Actuellement, l’exemption à la frontière ne s’applique pas aux personnes qui voyagent pour le plaisir pour entrer dans le pays; il permet aux navires d’être livrés en Nouvelle-Zélande pour le radoub, les réparations et la rénovation.

Les superyachts et les embarcations de plaisance ne sont autorisés en Nouvelle-Zélande que s’il existe une raison impérieuse pour que le navire ait un radoub ou une réparation en Nouvelle-Zélande et non sur un autre territoire. Il faut également montrer pourquoi il est impératif que les réparations ou le réaménagement soient effectués.

L’avantage économique pour la Nouvelle-Zélande est susceptible d’être accepté comme une raison impérieuse, tout comme le rapport qualité-prix, ou s’il existe une expertise particulière en Nouvelle-Zélande, ou une relation d’entretien ou de fabrication avec un voilier ou un sparmaker, par exemple.

La demande du navire doit être approuvée par le directeur général de la santé, qui prendra conseil auprès de Maritime New Zealand.

Pour être admissible à une exemption à la frontière néo-zélandaise fermée, un minimum de 50000 $ de travaux de radoub ou de réparation doit être entrepris et un contrat (ou un très bon courriel) en place confirmant la portée des travaux et l’estimation des coûts. Il est entendu que la dépense moyenne pour visiter les yachts et les engins de plaisance de moins de 65 pieds de LHT est d’environ 35 000 $ – et en dessous du minimum de 50 000 $ – mais il semble y avoir une certaine flexibilité sur ce point.

Applications individuelles d’équipage requises

Lorsqu’une demande a été approuvée par le ministère de la Santé, par l’intermédiaire d’un agent de superyacht ou d’un chantier naval, l’équipage professionnel doit déposer des demandes individuelles, qui doivent être approuvées par Immigration New Zealand.

Chaque membre d’équipage doit avoir un test COVID-19 dans le pays de départ, et les résultats fournis au ministère de la Santé. Une «déclaration de symptôme Covid-19» doit être faite par le capitaine du navire aux douanes néo-zélandaises 48 heures avant leur arrivée.

Quarantaine dans une couchette approuvée

À son arrivée en Nouvelle-Zélande, le navire devra rester dans un poste de quarantaine approuvé pendant 14 jours. Des postes de quarantaine sont disponibles dans les chantiers néo-zélandais et d’autres devraient être installés.

Une exception à la quarantaine sera autorisée pour les navires qui ont été en mer pendant plus de 28 jours, et il n’y a eu aucun contact avec des personnes qui n’étaient pas à bord au départ du navire pour la Nouvelle-Zélande.

L’équipage devra se conformer aux conditions de quarantaine habituelles pour la Nouvelle-Zélande – un test COVID-19 les jours 3 et 12 plus une vérification des symptômes le jour 14.

Il doit y avoir un isolement complet du navire pendant la période de quarantaine, y compris l’élimination des déchets et la fourniture de nourriture et de services. Les postes de quarantaine doivent généralement être sous surveillance CCTV 24h / 24 et 7j / 7.

Diverses fiches d’information et organigrammes ont été produits par le ministère de la Santé, dont un contenant 21 liens vers des informations couvrant des cas et des procédures spécifiques. Celles-ci comprennent des procédures si un membre d’équipage doit quitter la Nouvelle-Zélande. Dans ce cas, le membre d’équipage et le conducteur doivent tous deux porter un EPI, y compris un masque chirurgical et des gants.

Aucun invité autorisé

Des procédures sont en place pour les équipages de superyachts qui viennent en Nouvelle-Zélande pour un radoub. Mais il n’y a aucune disposition spécifique pour que les propriétaires ou les invités viennent en Nouvelle-Zélande pour voir la Coupe de l’America depuis un superyacht, ou même pour quiconque d’entrer en NZ du tout qui ne fait pas partie d’une équipe de l’America’s Cup ou qui est titulaire d’un passeport néo-zélandais.

Cependant, le document du Cabinet du gouvernement du 12 juin semble admettre qu’il peut y avoir « des cas marginaux sur des yachts livrés pour radoub ou réparation où il peut y avoir un brouillage des rôles entre les propriétaires, l’équipage et les passagers ».

Une faille de cyclone couvre la Coupe de l’America

En ce qui concerne le navire lui-même, il est entendu qu’ils n’ont pas à quitter la NZ entre le 31 décembre et le 1er avril, étant la saison des cyclones dans le sud-ouest du Pacifique et leur assurance contient généralement une clause exigeant qu’ils soient hors du cyclone. -Zone à risque, pendant cette période.

Sur cette base, le navire et son équipage peuvent rester en NZ pour une réparation / radoub et si cela traverse également la saison cyclonique de décembre à avril dans la période du Pacifique Sud-Ouest, alors le yacht et l’équipage obtiennent le bonus d’être en NZ pour le l’America’s Cup.

NZ Marine en association avec le ministère de la Santé, MBIE, Immigration NZ et Maritime NZ ont élaboré un guide étape par étape du processus de demande d’exemption à la frontière pour un navire en visite, ce guide est disponible sur www.nzmarine.com.