Infanta 5.2 | Navigation de plaisance

Infanta 5.2 | Navigation de plaisance

L’Infanta 5.2 SR (semi-rigide) n’est en aucun cas un nouveau venu sur la scène sud-africaine. En fait, ce modèle est le choix de l’artisanat pour de nombreux amateurs de navigation de plaisance à travers le pays. Construite en Afrique du Sud, elle a subi quelques changements cosmétiques au fil des ans. Mais il y a quelque chose de différent à noter car il est maintenant propulsé par un brillant moteur Honda BF75 2011. Nous faisons un essai routier à Knysna pour voir ce que cet gonflable offre pour en faire un excellent choix…

L’Infanta 5.2 a gagné en popularité facilement et avant tout pour sa fonctionnalité – qui est à peu près sans fin. Que vous cherchiez à faire de la pêche, de la croisière en famille, des tubes, du ski ou même du wakeboard pour débutants, l’Infanta 5.2 sera toujours en mesure de fournir une plate-forme sûre pour que votre famille ne soit jamais déçue. Vous avez peut-être déjà vu ce métier orner nos pages de magazines. Pour cette raison, nous allons sauter les petits détails et nous diriger directement vers les bonnes choses – le choix du pouvoir; qui dans ce cas, est une Honda BF 75 HP 2011.

D’où ça vient

Honda Afrique du Sud a fait de très grosses affirmations sur ce moteur hors-bord par rapport à des moteurs similaires d’autres fabricants. Mais qu’est-ce qui fait que Honda pense que c’est un cran au dessus du reste?

Le BF 75 HP abrite la même technologie que celle utilisée dans leur gamme de véhicules automobiles. Un moteur 4 cylindres de 1 496 cm3 (pesant seulement 163 kg) fait galoper les chevaux quand vous en avez besoin. Une injection électronique programmée (EFI) fournit la quantité précise de carburant / air à chaque cylindre. Le résultat est un démarrage facile et une réponse instantanée des gaz avec une grande efficacité énergétique.

Bien sûr, ce moteur hors-bord utilise le contrôle LeanBurn qui augmente l’efficacité énergétique en permettant à la combustion de fonctionner sur un mélange air / carburant plus pauvre. Honda affirme qu’à vitesse de croisière, cette technologie à elle seule fait fonctionner le moteur avec 20% de carburant en moins (basé sur la consommation du mode de carburant EPA) que les autres de sa catégorie.

Une autre raison pour laquelle Honda prétend que ce moteur hors-bord est au sommet de son jeu est l’utilisation du BLAST (Boosted Low Speed ​​Torque). Pour ceux qui ne le savent pas, un mouvement rapide de la commande des gaz active le système BLAST, qui fait avancer la courbe d’allumage de manière agressive.

Performance

Infanta 5.2Toutes les technologies ci-dessus sont excellentes en théorie, mais ne signifient en réalité rien à moins qu’elles ne soient utilisées à bon escient. Honda estime que ce BF 75 HP est jusqu’à 10% plus léger que les modèles concurrents – ce qui, sur un engin léger comme un Infanta 5.2, peut faire beaucoup de différence en termes de propulsion et de conduite de l’engin.

Le jour de l’examen, le 5.2 a revendiqué une vitesse de pointe de 70 km / h à 5 500 tr / min – ce qui est probablement plus rapide que ce dont vous auriez vraiment besoin pour ce type d’embarcation. À cette vitesse fulgurante, l’engin saute simplement sur l’eau – et je pouvais à peine sentir le clapot pendant que nous filions. À une bonne vitesse de croisière de 30 km / h, vous pouvez vous attendre à un régime moteur de seulement 3 000 tr / min – où le moteur est incroyablement économe en carburant.

L’une des qualités de l’engin qui m’a extrêmement impressionné était ses capacités de virage soignées, quelle que soit la vitesse. Ce paquet léger a pu tourner beaucoup plus serré que ce à quoi je m’attendais sans qu’un pied ne soit dérangé.

Le jour, nous nous sommes aventurés assez près des traîtres de Knysna Heads pour pouvoir mettre l’engin à l’épreuve. Avec une petite houle dans le lagon, je me suis vite rendu compte qu’il faudrait une petite armée pour que cet engin se relève d’un défi.

La disposition du pont de l’Infanta 5.2 est conçue pour être pratique – et c’est exactement cela. Cependant, j’ai une chose que je changerais, en fonction de mes préférences personnelles. Sur la base de ma taille et de mon style de conduite légèrement plus courts que la moyenne, la conception du siège du skipper ne serait pas mon premier choix.

J’imagine que le siège est fait à sa manière afin que le skipper puisse rester assis, ce qui permet un confort lors d’une utilisation prolongée, ainsi que la protection du skipper contre le vent. Vous pouvez voir sur les photos d’accompagnement que le skipper (Paul Weavers) choisit de semi-squat, ce qui est apparemment assez confortable pour lui. Je préférerais laisser des squats pour la salle de gym et soit m’asseoir légèrement plus haut sur l’Infanta 5.2 ou même me tenir debout (avec l’aide d’une structure de soutien confortable, bien sûr).

Conclusion

Infanta 5.2L’Infanta 5.2 SR est un excellent métier. Elle est légère en remorque, agile dans l’eau, facile à manipuler et sûre. De quoi avez-vous vraiment besoin d’un runabout familial abordable avec des possibilités infinies?

Elle est conçue pour durer aussi. C’est une bonne chose, car je suis sûr que le 5.2 sera un choix populaire pour de nombreuses années à venir.