D’Hawaï aux îles Line | naviguer en haute mer avec le surfeur John John Florence

La réponse réside dans un nouveau projet vidéo appelé Vela par le célèbre surfeur de vagues John John Florence et la marque de plein air Yeti. Il s’agit d’une série en quatre parties documentant un voyage d’un mois sur la côte du Pacifique de 2 500 milles, que Florence et son petit équipage ont emmené d’Hawaï aux îles Line. Nommé d’après le catamaran qui les a emmenés à travers l’océan et à la maison, il a été lancé le 11 avril, mais son troisième épisode tombe aujourd’hui le jour de la Terre, et de manière appropriée, c’est le segment qui tourne autour d’une visite de l’île de Palmyre, où le Nature Conservancy et les scientifiques des poissons et de la faune documentent et travaillent pour maintenir son écosystème et l’aider à prospérer.

Si vous regardez suffisamment de films de surf, un schéma familier émerge. La caméra est massivement entraînée sur les surfeurs surfant sur les vagues, pour des raisons évidentes. Mais souvent, certains des aspects les plus intéressants et les plus convaincants sont les courts segments entre les vagues montrant le contexte de l’endroit où ils se trouvent dans le monde et comment ils y sont arrivés. Avec Vela, ce script est inversé, et le résultat est un récit de voyage amusant, avec des images étonnantes d’une partie du Pacifique que peu d’entre nous verront de nos propres yeux.

Alors Vela n’est pas une série de surf, mais plutôt un document du premier grand voyage en mer de Florence en tant que marin, quelque chose qu’il a repris ces dernières années et qu’il a plongé dans ses projets de surf, comme la série de l’année dernière Douze. C’est aussi un moyen pour Florence de poursuivre un nouveau projet de film après avoir rompu son ACL l’année dernière au Brésil, à l’époque où il détenait le no. 1 classement. Il a subi une intervention chirurgicale et est depuis sur le long chemin de la guérison.

Bien qu’il soit à court de vagues, Florence dit que son objectif ici était à la fois d’en apprendre davantage sur la responsabilité environnementale dans le Pacifique et d’inspirer les gens à sortir et à explorer. Une partie de cela se présente littéralement sous la forme d’une aventure de voile d’un mois, mais c’est aussi un message figuratif, illustré par Florence parlant ouvertement d’apprendre à naviguer et de naviguer comme un passe-temps.

«J’ai passé tellement de temps à surfer et à penser au surf, et à toutes les routines qui vont avec, comme la compétition professionnelle», explique Florence, actuellement distanciée sur le plan social à son domicile sur la rive nord d’Oahu. « En même temps, je me retrouve même coincé dans ce mode, » je suis un surfeur, je compétitionne, c’est ce que je fais. « Mais c’est tellement étonnant quand on peut faire un pas en avant et pouvoir aller dans ces autres choses et réaliser, wow, j’ai ces autres opportunités d’apprendre tellement de choses que je veux apprendre dans ma vie. Donc, pour pouvoir naviguer au milieu de l’océan Pacifique vers un endroit comme Palmyre – que, si j’étais dans ma routine de surf, je ne le verrais peut-être jamais – la voile a vraiment ouvert ça. »

Florence est ambassadrice de la marque Yeti depuis environ deux ans, mais il s’agit de son premier projet où la marque a été un partenaire principal. Fidèle à ses propres racines et à son pedigree de contenu de marque, la série réussit à transmettre un sens de l’aventure tout en étant incroyablement inclusive. Ce n’est pas seulement pour les surfeurs qui connaissent le nom de Florence, ou les fans de voile inconditionnels. «Même si nous surfions beaucoup plus, la dynamique aurait peut-être consisté à explorer le monde pour les vagues, ce qui est certainement un projet sur lequel je veux travailler à l’avenir», explique Florence. « Donc, dans les deux cas, je pense que cela aurait très bien fonctionné avec Yeti. »

Le capitaine Jacques Vincent, Kona Johnson, le cinéaste Erik Knutson et son frère Nathan ont rejoint Florence lors de ce voyage. Florence a toujours été son propre directeur de création, collaborant au processus de réalisation de films avec des projets comme celui de 2015 Vue depuis une lune bleue. Pas de surf – et les limites d’un voyage en bateau à distance – ont considérablement changé son processus de création et de production typique.

«Nous avons ce bateau qui ne dispose que d’une certaine quantité d’espace, donc nous sommes vraiment limités à ce que nous pouvons apporter», explique Florence. «Nous n’avons également qu’une puissance limitée. Nous sommes complètement déconnectés de la grille. Ce fut un voyage d’un mois sans ravitaillement. Nous utilisons toutes nos énergies renouvelables comme la production d’énergie solaire et hydraulique sur le bateau. Le pouvoir était donc un facteur important à considérer. Combien de caméras RED pouvons-nous apporter? Combien de drones pouvons-nous apporter? Est-il possible de charger cela un jour, et celui-ci un autre? Pouvoir déposer des clips avec l’ordinateur branché, tout cela demande des tonnes d’énergie, ce que vous ne réalisez jamais lorsque vous le faites à la maison. Dès que vous montez sur un bateau, et que vous branchez toutes ces choses, et que vous voyez que vos batteries commencent à se décharger, c’est comme ohhhhh . . . . Avant le voyage, c’était ce qui nous inquiétait. Nous savions que nous voulions les drones et la cinématographie de l’eau, et une caméra sur le bateau toujours prête. »

Avec cette série, Florence espère qu’elle transmet à la fois un sentiment de plaisir, mais montre également ce que nous risquons de perdre si nous n’acceptons pas la responsabilité environnementale durable. « Si vous pouvez inspirer les gens à aller sur le terrain et à explorer le monde, ils le verront aussi », dit-il. « Lorsque vous êtes au milieu de l’océan, vous ne pouvez pas vous empêcher de voir à quel point la terre est incroyable. »