Alors que les bateaux électriques démarrent, où en est le Canada?

Les Ferries et les bateaux de plaisance commencent à s’électrifier à travers le Canada.

À la fin de novembre 2019, Ports Toronto a annoncé que le traversier qui transporte les passagers vers l’aéroport de l’île Billy Bishop Airport, le Marilyn Bell I, doit être converti en énergie électrique. La rénovation, qui devrait être terminée d’ici la fin de 2020, en fera le premier service de traversier entièrement alimenté par batterie au Canada. La conversion du biocarburant actuel du traversier en électricité renouvelable, fournie par Bullfrog Power, devrait réduire les émissions de gaz à effet de serre de 530 tonnes.

Bien que le trajet de 90 secondes vers et depuis le continent de Toronto soit
parmi les itinéraires de ferry les plus courts du monde, c’est un petit signe de venir au Canada.

Couverture médiatique grand public de l’essor de la route électrique
véhicules est à un niveau record, avec une prise de conscience croissante tous les jours. Mais comment ça les progrès de l’électrification dans le monde nautique? Et d’où vient le Canada supporter?

L’électrification des bateaux présente un potentiel d’avantages environnementaux et économiques importants. Comme pour les voitures électriques, le problème de la pollution de l’air et des émissions de gaz à effet de serre est éliminé faute de moteur à combustion interne. L’absence d’entretien requis et les coûts de carburant évidemment moindres contribuent également à un prix de fonctionnement inférieur à celui de nombreux bateaux traditionnels.

Prenez la Norvège Ampère, le premier ferry entièrement électrique au monde, par exemple. Toujours l’un des plus grands du genre au monde, le ferry a commencé à couvrir un trajet de six kilomètres à travers le Sognefjord, le plus grand fjord de Norvège, en 2015. En 2016, l’Ampère a permis de réduire les émissions de 95% et les coûts de 80% par rapport à ses homologues alimentés au carburant. Fjellstrand, l’équipe derrière le Ampèreaurait fait face à un carnet de commandes de 53 navires électriques suite à son succès.

Ampère de Fjellstrand, le premier ferry électrique à batterie
le Ampère ferry électrique
Source: Fjellstrand

Le pays scandinave a depuis annoncé un plan pour faire de ses célèbres fjords une zone à zéro émission d’ici 2026. Les fjords sont une destination populaire pour les bateaux d’excursion; près de 180 navires de croisière auraient visité le fjord de Geiranger en 2015 seulement.

Les véhicules marins ne sont pas non plus une petite partie de l’économie canadienne; 41700 bateaux à moteur ont été vendus en 2018, soit une augmentation de 7% par rapport à l’année précédente. Il existe également 173 itinéraires de ferry opérationnels à travers le pays. Ainsi, l’impact potentiel que l’électrification pourrait avoir sur le pays, en termes de réduction des émissions et de réduction des coûts, serait significatif.

Les ferries deviennent électriques

Le traversier Billy Bishop de Toronto n’est pas le premier Canadien largement utilisé navire pour devenir électrique. Les routes limitées des ferries font leur électrification relativement simple; la recharge peut être planifiée dans les horaires quotidiens pour permettre interruptions minimales.

La Colombie-Britannique a récemment annoncé l’achat de 200 millions de dollars de quatre traversiers électriques-hybrides qui devraient rejoindre sa flotte Island Class en 2022, en joignant deux autres de leur genre qui devraient devenir opérationnels cette année. Les six bateaux sont construits par le groupe néerlandais Damen Shipyards. Le premier des deux ferries nouvellement achetés est arrivé à Victoria le mois dernier.

Les nouveaux ferries devraient desservir trois itinéraires – Campbell River-Quadra Island, Nanaimo Harbour-Gabriola Island et soit Powell River-Texada Island ou Port McNeill-Alert Bay-Sointula Île. Ils seront livrés avec 800 kWh de capacité de stockage d’énergie par batterie, et peut être mis à niveau jusqu’à 2 000 kWh.

Bateau électrique entrant de BC Ferries. Source: BC Ferries

« Ces quatre prochains navires de la classe Island sont un étape dans notre plan visant à réduire progressivement les émissions à travers la flotte et être un chef de file de la transition énergétique vers un avenir à faibles émissions de carbone », a déclaré le capitaine Jamie Marshall, vice-président de BC Ferries, développement des affaires et innovation, de
l’achat des bateaux.

Bien que les bateaux soient des hybrides, BC ferries affirme qu’en
la technologie de recharge «arrive à maturité rendre l’électricité disponible dans les quantités nécessaires », les à tout électrique.

En 2018, le gouvernement de l’Ontario a commandé deux traversiers entièrement électriques pour le transport en commun des passagers vers Wolfe et Amherst Island, tous deux situés près de Kingston. Le traversier d’Amherst Island, qui accueillera 300 passagers, est attendu cette année; le traversier de 399 passagers de Wolfe Island devrait être livré en 2021.

Les ferries, également achetés à Damen, sont le résultat de 94 $ millions de dollars du gouvernement de l’Ontario et plus de 31 millions de dollars
le gouvernement fédéral. Au cours de leur durée de vie de 60 ans, les navires devraient réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’équivalent de 446 millions de kilogrammes gaz carbonique.

Depuis 2017, Ottawa Boat Cruise organise également une visite du canal Rideau dans la capitale nationale à bord d’un bateau électrique partiellement solaire de 100 passagers. À l’époque, il était annoncé comme le plus grand navire à passagers électrique en Amérique du Nord.

Enfin, le traversier Quyon est un traversier à batterie qui transporte les passagers et les voitures de part et d’autre de la rivière des Outaouais entre le Québec et l’Ontario. Le ferry, qui ferme pour l’hiver, utilise 14 batteries de 3 400 livres pour se propulser sur un câble qui traverse la rivière.

Branchez-vous au chalet

Il existe également un éventail croissant d’options pour les Canadiens
cherche à acheter des bateaux électriques pour un usage personnel et récréatif.

L’été dernier, la société montréalaise Taiga Motors a dévoilé l’Orca, une motomarine de style jet ski électrique. Sa vitesse de pointe de 104 kilomètres par heure accompagnée de son moteur silencieux « prend [riding] d’être davantage un sport automobile que d’être un sport de plein air », a déclaré le cofondateur et PDG de la Taiga, Samuel Bruneau. Autonomie électrique Canada.

Motomarine électrique personnelle Taiga Orca

Une première série de 500 véhicules Orca est livrée à consommateurs cette année, qui sera bientôt suivie par des ventes internationales après. Selon ses fondateurs, les anciens constructeurs de bateaux à moteur à combustion

les ont approchés pour leur fournir des batteries et des technologies de propulsion produits électriques non encore annoncés.

Toujours en septembre de l’année dernière, Bombardier Produits Récréatifs a dévoilé un certain nombre de véhicules conceptuels électriques, dont l’un était une version à batterie de son Sea-Doo classique. Les véhicules restent cependant «des concepts préliminaires car nous évaluons actuellement la viabilité du marché», déclare Denys Lapointe, vice-président principal, conception, innovation et services créatifs chez BRP. En tant que tel, il n’y a pas de spécifications techniques permettant de les comparer à des véhicules tels que l’Orca.

Tahoe de Beau Lake - 14 bateaux électriques Source: Beau Lake
Tahoe de Beau Lake – 14 bateaux électriques Source: Beau Lake

La Canadian Electric Boat Company, basée à Boisbriand, au Québec, vend des bateaux électriques qu’elle commercialise comme «zéro émission, sans ondes et sans bruit» depuis 1995. Sa gamme de quatre bateaux à passagers utilise des moteurs de Torqeedo, un fabricant allemand de moteurs. Son modèle le plus rapide, le Bruce 22, utilise un moteur de 100 kWh et est capable d’une vitesse de pointe de 65,9 kilomètres par heure.

Un autre acteur sur le marché des bateaux de plaisance électriques est Beau Lake, un fabricant canadien de bateaux électriques nommé d’après un lac qui chevauche la frontière du Québec et du Maine. Ils proposent deux modèles de bateaux électriques d’inspiration vintage, en plus des pédalos et des planches à pagaie. Avec une glacière et une planche à charcuterie intégrées ainsi que des haut-parleurs Bluetooth en option, les bateaux de luxe de Beau Lake sont principalement destinés à la foule des chalets haut de gamme.

Malgré le nombre d’initiatives d’électrification des véhicules aquatiques à travers le pays, il reste encore beaucoup à faire avant que les moteurs à combustion interne disparaissent de nos cours d’eau. Le succès de ce qui a été accompli jusqu’ici, cependant, devrait continuer à parler de lui-même alors que de plus en plus de fabricants et de consommateurs envisagent d’entreprendre cette transition importante.