Xavier Macaire remporte l’étape 1 de La Solitaire du Figaro

Saint-Brieuc, France (3 septembre 2020) – Xavier Macaire (Groupe SNEF) a franchi la ligne d’arrivée à 06h17: 55h heure française aujourd’hui pour remporter la première étape de 642 milles marins de la 51e La Solitaire du Figaro. Son temps écoulé est de 3 jours 17 h 55, terminant à seulement 1 min 35 secondes d’avance sur le deuxième Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance). Alexis Loison (Région Normandie) complète le podium à 7 minutes et 3 secondes après Macaire.

Il s’agit de la toute première victoire d’étape de Macaire, 39 ans, sur une carrière de course solo Figaro qui s’étend sur dix ans et qui comprend deux podiums au général, deuxième en 2013 et troisième en 2016.

Il s’est vu refuser une victoire d’étape lors de la dernière étape en 2015. Après avoir terminé premier à travers la ligne jusqu’à Dieppe, il a été jugé avoir navigué dans une zone interdite à quelque 18 milles de l’arrivée et a été pénalisé d’une heure par le jury.

Macaire est basé aux Sables d’Olonne et court avec le Team Vendée Formation. Il a pris la tête de la flotte de 35 bateaux Figaro Beneteau de coureurs solos lors d’une première nuit très difficile dans des vents très légers et instables et n’a jamais été dépassé.

Au retour rapide du spinnaker du phare du Fastnet, au milieu de l’étape qui a été arrondie le deuxième jour, Macaire a conservé une cohérence presque métronomique alors que sous la pression constante du peloton de poursuite, il a tenu bon pour remporter la plus étroite des victoires ce matin.

Les derniers kilomètres dans la ligne d’arrivée de Saint-Quay-Portrieux ont eu toute l’intensité d’une finale de championnat côtier, Macaire a couvert le jeune prétendant Loïs Berrehar, 27 ans, à travers une course de match acharnée dans une brise fulgurante mais le marin plus âgé l’a emporté d’une minute seulement. et 35 secondes.

« Quel soulagement … l’arrivée était assez tendue, car plus on s’approchait de la ligne, plus le vent se détendait, je voyais tout le monde se rapprocher de plus en plus, j’avais vraiment peur de me faire prendre et de perdre cette victoire juste sur la ligne. » dit Macaire. «Je l’attendais depuis longtemps, pour cette victoire d’étape, je visualisais les autres avec le champagne et je me demandais si je réussirai jamais après avoir gagné avant et avoir été déclassé en jury, cette fois c’est pour moi, pour réel. »

Sur ce qui est sa première étape de La Solitaire dans le nouveau design Figaro Beneteau 3 introduit l’année dernière, le Britannique Sam Goodchild a terminé à la 11e place, après avoir couché huitième pendant une grande partie de la seconde moitié de l’étape avant de perdre trois places dans les derniers milles à la ligne. Cependant, il se réjouit de son résultat, terminant à moins de 20 minutes du vainqueur qui dirige un Top 12 très serré.

«J’ai commis quelques erreurs qui m’ont coûté du temps ici et là et que je peux faire mieux la prochaine fois, mais dans l’ensemble, je pense que j’ai plutôt bien navigué», a déclaré Goodchild. «Les conditions météorologiques n’ont pas été très faciles mais je pense juste que si j’ai fait des choses un peu plus ordonnées et plus faciles, même si c’est mon premier Figaro en six ans, mon premier en Figaro 3 et donc ce ne sont pas de grandes surprises pour moi.

«Je suis à moins de 20 minutes de la fin de l’étape donc ce n’est pas trop mal. C’est drôle de courir si dur pendant des jours et de gagner 10 miles d’avance sur les gens et de finir à quelques minutes d’eux, mais c’est le Figaro. J’ai perdu ces endroits et ces temps stupides.

«Pendant la course, j’avais des algues autour de la quille que tout le monde récupère mais je me suis dérobé à ne pas naviguer correctement, j’aurais dû m’en débarrasser, arrêter le bateau, faire marche arrière et continuer. Et je n’étais pas si clair sur la météo et mes choix et j’ai passé trop de temps à zigzaguer et zaguer. Je n’ai pas bien géré la météo. »

En tant que meilleur international pour mener le classement du Trophée VIVI, il a battu Tom Dolan (Smurfitt Kappa) sur la ligne de deux secondes, le skipper irlandais prenant la 12e place. En troisième position sur l’approche Fastnet, Dolan a perdu des places sur l’approche mais livre un résultat solide sur lequel construire une certaine cohérence.

«C’était formidable de voir Fastnet et c’était agréable d’être un peu en tête, mais j’ai juste foiré un peu en traversant la mer d’Irlande», a déclaré Dolan. «Nous avons eu toutes sortes de conditions. Les deux dernières années, mes premières jambes ont été un désastre. Mais le 12e est OK et je suis en contact avec le leader. Mais à ce stade, tout est question de temps, pas tellement de classement.

Parmi ceux qui ont le mieux récupéré, il y a Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) qui a traversé la flotte à la septième place après avoir passé le Fastnet 21e, à près de 10 milles derrière Macaire au virage pour la maison.

Ordre d’arrivée de l’étape 1, devant jury (tous les temps locaux français):
1. Xavier MACAIRE (Groupe SNEF), a terminé à 06:17:55 après 3 jours 17 heures 17 minutes et 55 secondes
2. Loïs BERREHAR (Bretagne CMB Performance), a terminé à 06:19:30 après 3 jours 17 heures 19 minutes et 30 secondes (à 1’35 ’’ du premier)
3. Alexis LOISON (Région Normandie), a terminé à 06:24:58 après 3 jours 17 heures 24 minutes et 58 secondes (à 7’03 ’’ du premier)
4. Armel LE CLÉAC’H (Banque Populaire), a terminé à 06:28:15 après 3 jours 17 heures 28 minutes et 15 secondes (à 10’20 ’’ du premier)
5. Fabien DELAHAYE (Laboratoires Gilbert), a terminé à 06:30:50 (à 12’55 ’’ du premier)
6. Tom LAPERCHE (Bretagne CMB Espoir), a terminé à 06:31:26 (à 13’31 ″ du premier)
7. Pierre QUIROGA (Skipper Macif 2019), a terminé à 06:33:15 (à 15’20 ”du premier)
8. Tanguy LE TURQUAIS (Groupe Quéguiner – Innoveo), a terminé à 06:36:48 (à 18’53 ″ du premier)
9. Corentin DOUGUAND (NF Habitat), a terminé à 06:34:04 (à 19’09 ”du premier)
10.Fred DUTHIL (Technique Voile / CabinandBourhis Generali), a terminé à 06:37:36 (à 19’41 ”du premier)
11. Sam GOODCHILD (Leyton), a terminé à 06:38:08 (à 20’13 ”du premier; 1er pour le trophée Vivi)
12. Tom DOLAN (Smurfit Kappa), a terminé à 06:40:02 (à 22’7 ”du premier)
13. Eric PÉRON (French Touch), a terminé à 06:41:20 (à 23’25 ”du premier)
14. Yann ELIÈS (Quéguiner Matériaux – Leucémie Espoir), a terminé à 06:41:46 (à 23’51 ”du premier)
15. Pierre LEBOUCHER (Guyot Environnement), a terminé à 06:43:19 (à 25’24 ’’ du premier)
16. Martin LE PAPE (Fondation Stargardt), terminé à 06:45:15
17. Achille NEBOUT (Be Green Ocean), a terminé à 06:46:12
18. Adrien HARDY (Ocean Attitude), a terminé à 06:46:35
19. Gildas MAHE (Breizh Cola), a terminé à 06:48:48
20. Anthony MARCHAND (Groupe Royer – Secours Populaire), a terminé à 06:53:44
21. Nils PALMIERI (TeamWork), a terminé à 06:55:36
22. Benoit MARIETTE (Génération Senioriales), a terminé à 06:56:06
23. Violette DORANGE (Devenir), a terminé à 06:59:37
24. Elodie BONAFOUS (Bretagne CMB Oceane), a terminé à 07:01:20
25. Jack BOUTTELL (Fromagerie Gillot), a terminé à 07:08:49
26. Alberto BONA (Sebago), a terminé à 07:09:05
27. Marc MALLARAND (CER Occitanie), a terminé à 07:14:16
28. Alan ROBERTS (Seacat Services), a terminé à 07:14:17
29. Phil SHARP (OceansLab), a terminé à 07:18:07
30. Kevin BLOCH (Team Vendee Formation), a terminé à 07:27:33
31. Erwan LE DRAOULEC (Skipper MACIF 2020), a terminé à 07: 29: 4032.
32. Robin FOLLIN (Ville de Sainte-Maxime), a terminé à 07:37:58
33. Robin Marais (Ma chance Moi aussi), a terminé à 07:43:35

Détails de la courseClassementTraqueurFacebook

La course en solitaire à quatre étapes de 1830 nm dans le Figaro Bénéteau 3 monotype équipé de fleuret de dernière génération est un terrain d’essai très compétitif pour les solitaires. Analyse du parcours par le directeur de course:

Étape 1: un voyage de 642 milles vers le Fastnet et retour (30 août au 2 septembre)

«Le seul waypoint de cette première longue étape sera le Fastnet Rock, qu’ils devront laisser à tribord. Cela va être très ouvert pour les solitaires dès le départ, chacun essayant de trouver la bonne tactique et d’éviter les pièges de la Manche et de la mer Celtique », a expliqué Francis Le Goff. Une fois sortis de la baie de Saint-Brieuc, les skippers se dirigeront vers l’Irlande en évitant les rochers autour des îles Scilly et en respectant les différentes voies de navigation (TSS) à l’ouest de Cornwall à l’aller et au retour. Tout est possible. Ils peuvent aller à l’intérieur ou à l’extérieur des îles, nous pouvons donc nous attendre à un jeu tactique passionnant …


Étape 2: 497 milles jusqu’à Dunkerque via la côte anglaise (6 au 9 septembre)

Ils devront faire attention à toutes les expéditions et aux bancs de sable. «Au départ de Saint-Quay-Portrieux, la flotte se dirigera vers le Wolf Rock au sud-ouest de Land’s End, puis se dirigera vers un waypoint proche du feu d’Antifer près d’Etretat avant de se diriger vers l’arrivée à Dunkerque. Dans cette étape, ils vont devoir s’assurer qu’ils sont capables de rester alertes et concentrés sur les derniers kilomètres. «C’est une étape, où garder la tête claire pour les derniers kilomètres sera la clé du résultat», a expliqué Francis Le Goff. Dans ce match retour, tout sera très ouvert entre Wolf Rock et la Côte d’Albâtre de Normandie, mais il y aura aussi beaucoup de pièges en réserve, comme le TSS, ce qui signifie que la marge de manœuvre sera limitée tout le temps. chemin de Dunkerque. Il y a toute la navigation transmanche entre Calais et Douvres, puis les courants de marée et les bancs de sable jusqu’à l’arrivée. Ils devront gérer leur sommeil et cela va être vital dans cette jambe pour qu’ils puissent rester frais pour la dernière ligne droite …


Étape 3: une étape côtière de 504 milles de Dunkerque à Saint-Nazaire (12 au 15 septembre)

Il y aura de superbes vues en cours de route dans cette troisième étape avec un large éventail de toiles de fond. Les côtes d’Opale, d’Albâtre, de Nacre de Normandie et de Granit Rose et les falaises escarpées à la pointe de la Bretagne, la Côte Mégalithique de Bretagne Sud, la Côte d’Amour et la Côte de Jade de la Loire Estauaire. Tant de choses brillantes à voir, mais la jambe est pleine d’obstacles: promontoires et caps délicats, courants de marée, îles et rochers, pêcheurs… 500 milles de navigation à haute tension, avec un œil sur les cartes et l’autre sur les voiles avec quelques nuits blanches à venir.


Etape 4: un sprint de 24 heures et 183 milles entre les îles pour la grande finale (19 au 20 septembre)

Après trois étapes difficiles et éprouvantes, les solitaires devront puiser profondément sur leurs réserves pour 24 heures de course, une boucle qui devrait les emmener entre l’Ile d’Yeu et Belle-Île via l’Ile de Groix avant de les voir revenir. en Loire-Atlantique pour couronner le grand vainqueur de cette 51e édition qui s’annonce pleine de rebondissements.